Des chiens retrouvés, puis perdus à nouveau

Deux chiens qui s'enfuient puis qui sont retrouvés,... (Jessy Laflamme, LeDroit)

Agrandir

Deux chiens qui s'enfuient puis qui sont retrouvés, mais qui, à la suite de péripéties, sont revendus à de nouveaux propriétaires: le récit des Marcotte-Lalonde et de leurs chiens Rocky et Nala pourrait faire l'objet d'un film du type Retour au bercail. La fin heureuse du film de Disney en moins.

Jessy Laflamme, LeDroit

Partager

Sur le même thème

Deux chiens qui s'enfuient puis qui sont retrouvés, mais qui, à la suite de péripéties, sont revendus à de nouveaux propriétaires: le récit des Marcotte-Lalonde et de leurs chiens Rocky et Nala pourrait faire l'objet d'un film du type Retour au bercail. La fin heureuse du film de Disney en moins.

Karl Marcotte et Mélissa Lalonde de Papineauville vivent un cauchemar à quelques jours de Noël. Leurs deux malamutes de l'Alaska, deux jeunes chiens de traîneaux, se sont enfuis le 6 décembre dernier.

Ce n'est que sept jours après la disparition, après avoir patrouillé les environs de leur demeure, communiqué avec les corps de police et les municipalités environnantes et placardé le secteur d'affiches rapportant leur disparition que Mélissa Lalonde communique, en désespoir de cause, avec la Société pour la prévention de la cruauté faite aux animaux (SPCA) de l'Outaouais, située à Gatineau.

La bonne nouvelle? Rocky et Nala ont bel et bien été retrouvés, errant le long de l'autoroute 50, et se portent bien.

La mauvaise? Ils ont été vendus, un peu moins de 24 heures plus tôt, à deux différents propriétaires.

«On n'y croyait pas», explique Mélissa Lalonde.

 

Karl Marcotte et Mélissa Lalonde de Papineauville vivent... (Jessy Laflamme, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Karl Marcotte et Mélissa Lalonde de Papineauville vivent un cauchemar à quelques jours de Noël.

Jessy Laflamme, LeDroit

Les chiens ayant apparemment perdu leurs colliers et les deux bêtes n'ayant pas été munies de puces électroniques permettant de les identifier, ils ont été mis à vendre au bout de trois jours, explique Karine Dunnigan, directrice adjointe de la SPCA de l'Outaouais.

«Le Code civil prévoit que l'on garde (les animaux) de trois à cinq jours afin de donner la chance aux propriétaires des animaux perdus de les réclamer. Nous les avons gardés sept jours», explique-t-elle.

L'acheteur de Nala a finalement accepté de rendre la femelle au couple. Mais les nouveaux propriétaires de Rocky ne semblent pas emballés à l'idée de s'en défaire, malgré une généreuse récompense.

«Mon petit gars de deux ans ne comprend pas. Il a hâte de revoir ses chiens. Il ne comprend pas pourquoi ils ne sont plus là», plaide M.Marcotte, qui dit étudier ses recours légaux.

M.Marcotte estime que la SPCA aurait dû faire plus pour retracer les propriétaires originaux des deux chiens. Mais avec près de 9000 animaux traités chaque année, la SPCA n'a pas les moyens d'entreprendre de telles recherches, explique MmeDunnigan.

«Les propriétaires doivent prendre leurs responsabilités. Ils auraient dû nous appeler avant», indique la gestionnaire.

Les Marcotte-Lalonde et la SPCA tentent toujours de convaincre les nouveaux maîtres du malamute de faire preuve de générosité et de compréhensions, à quelques jours de Noël.

«On a hâte de le revoir», dit M.Marcotte.

Toutes nos nouvelles sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer