La Lune a rendez-vous avec le Soleil lundi

Dans la région d'Ottawa-Gatineau, l'éclipse solaire se déroulera... (123RF)

Agrandir

Dans la région d'Ottawa-Gatineau, l'éclipse solaire se déroulera de 13 h 17 à 15 h 48, avec une pointe à 61 % à 14 h 35.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'éclipse solaire de lundi sera une nouvelle occasion pour les scientifiques d'observer le comportement de notre étoile.

Les chercheurs du Conseil national de recherches du Canada (CNRC) disposent notamment d'un moniteur de flux du Soleil, et de radiotélescopes spécialement conçus pour mesurer la luminosité du Soleil en continu.  

L'éclipse donne aux scientifiques l'occasion de séparer différentes zones du Soleil, et de mesurer l'activité dans chaque zone pour voir si elles changent, a expliqué Luc Simard, directeur Technologie astronomique au CNRC Herzberg, en Colombie-Britannique.

« Lorsque la Lune obscurcit le Soleil durant l'éclipse, elle cache progressivement différentes régions de la surface du Soleil, ce qui nous permet de voir où sont les points d'activité solaire à la surface du Soleil et de mieux comprendre les mécanismes d'activités solaires en activité en tout temps », a précisé le chercheur.  

Le programme d'observation solaire du CNRC vise aussi à étudier l'impact de l'activité solaire sur l'environnement terrestre, autour de la Terre et sur la surface de la Terre. L'étoile émet un flux de particules et de radiation qui, lorsqu'elles frappent l'atmosphère, produisent, par exemple, les aurores boréales. Mais elles peuvent aussi avoir un impact sur les communications par satellite, et peuvent même causer des problèmes sur les réseaux d'électricité. En 1989, le réseau d'Hydro-Québec avait été perturbé en raison d'une tempête géomagnétique, a rappelé M. Simard.

L'éclipse sera partielle sur le territoire canadien. Dans la région d'Ottawa-Gatineau, le phénomène se déroulera de 13 h 17 à 15 h 48, avec une pointe à 61 % à 14 h 35. 

L'éclipse solaire sera totale aux États-Unis sur un mince corridor d'une centaine de kilomètres de largeur, traversant le pays de l'Orégon jusqu'en Caroline du Sud. 

Il s'agira de la première éclipse totale visible en Amérique du Nord au XXIe siècle, a précisé le Planétarium Rio Tinto Alcan, de Montréal. La dernière éclipse solaire totale visible en Amérique du Nord avait eu lieu en 1979. La prochaine aura lieu en 2024. 

La durée de l'éclipse totale de lundi sera d'environ 2 minutes et demie. Durant cette courte période, les gens auront l'impression que la nuit est tombée. Toutefois, dans le cas d'une éclipse partielle, c'est presque imperceptible, a indiqué M. Simard.

Attention à vos yeux

Encore une fois, la consigne est de ne jamais regarder directement une éclipse. Une éclipse partielle est très dangereuse pour l'observation directe avec les yeux. Même si le Soleil est partiellement caché par la Lune, la luminosité qui reste peut endommager de façon permanente la rétine des yeux en une fraction de seconde si on n'a pas la bonne protection, a prévenu Luc Simard. 

Les gens ne doivent pas utiliser de télescope ni de lunettes soleil ou d'appareil photo pour regarder le phénomène. Une façon recommandée d'observer une éclipse est par projection par trou d'épingle avec une boîte à chaussures. 

« Ainsi, on ne regarde pas du tout directement le Soleil. On est donc protégé à 100 %. Il existe aussi des verres certifiés que l'on peut acheter, mais il faut faire très attention car il y a certains verres qui n'ont pas la certification requise. On recommande d'acheter des verres d'une source sûre, comme d'un musée ou d'un centre scientifique. Il est préférable d'éviter les achats en ligne », a spécifié M. Simard.

Le Musée de l'aviation et de l'espace du Canada invite les astronomes amateurs à venir assister à l'événement sur ses terrains puisque des membres de la Société royale d'astronomie du Canada seront présents. Le phénomène naturel pourra être observé en toute sécurité grâce à des télescopes solaires et des boîtes de projection par trou d'épingle.

Il est aussi possible de regarder le phénomène en webdiffusion sur les sites internet de la NASA et de l'Exploratorium, entre autres.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer