L'Office des transports du Canada ouvre une enquête

L'Office des transports du Canada ouvre une enquête... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

L'Office des transports du Canada ouvre une enquête sur les appareils d'Air Transat qui ont été immobilisés pendant plusieurs heures, lundi, à Ottawa.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Office des transports du Canada (OTC) a ordonné à Air Transat de lui faire rapport sur les circonstances entourant deux de ses appareils qui ont été retenus pendant plusieurs heures lundi soir à l'aéroport d'Ottawa.

Le tribunal quasi judiciaire exige notamment du transporteur aérien de lui indiquer si, au moment des incidents, elle a respecté les conditions de transport applicables aux vols internationaux, plus précisément en ce qui touche les services offerts aux passagers coincés à bord de l'aéronef. L'OTC pourra ordonner à Air Transat d'apporter les mesures correctrices s'il constate que la compagnie n'a pas respecté les conditions.

«Le transport aérien fait partie intégrante de la vie moderne. Habituellement, tout se déroule bien, mais si quelque chose tourne mal, les passagers ont des droits. L'OTC est résolu à assurer le respect de ces droits», a précisé Scott Streiner, président et premier dirigeant de l'Office, dans un communiqué.

Cette enquête déterminera si la compagnie aérienne a satisfait à ses obligations pour ce qui est des services qu'elle a offerts aux passagers, et quelles mesures correctrices s'imposent dans le cas contraire, a continué M. Streiner.

Quatre avions d'Air Transat ont dû atterrir à l'aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa lundi en raison de mauvaises conditions météorologiques à Montréal et Toronto. Deux d'entre eux, un provenant de Bruxelles et un autre de Rome, sont restés immobilisés sur le tarmac pendant plusieurs heures sans que les passagers puissent sortir. 

Plusieurs voyageurs dans l'appareil qui effectuait la liaison Bruxelles-Montréal ont dénoncé sur les médias sociaux les conditions dans lesquelles ils étaient. Manque d'eau, absence d'air climatisé, manque de nourriture et communication déficiente sur l'état de la situation figuraient parmi les plaintes des passagers qui sont restés près de six heures dans l'appareil, à Ottawa, sans pouvoir sortir.

Air Transat et la direction de l'aéroport se renvoient la balle sur à qui revenait la responsabilité de procéder au débarquement en attendant le retour à la normale, lundi. 

La compagnie aérienne a indiqué que l'aéroport était dans l'incapacité d'offrir les équipements pour procéder au débarquement des passagers alors que la direction de l'aéroport a répliqué qu'elle n'avait reçu aucune requête en ce sens.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer