Pas de répit, encore des milliers d'évacués

Du sud au nord de cette province de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Du sud au nord de cette province de la côte pacifique, 159 feux sont toujours actifs, dont 60 hors de contrôle, selon le dernier bilan du Centre inter-service des feux de forêt du Canada (CIFFC).

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

(Montréal) Les feux continuaient mardi de ravager les forêts de Colombie-Britannique  et si certains habitants ont pu regagner leur domicile ce sont toujours près de 40 000 personnes qui restaient évacuées.

Du sud au nord de cette province de la côte pacifique, 159 feux sont toujours actifs, dont 60 hors de contrôle, selon le dernier bilan du Centre inter-service des feux de forêt du Canada (CIFFC). Plus de 188 000 hectares de friches et forêts ont brûlé et les conditions restent critiques.

Évacués avant le dernier week-end, un millier de résidents de Cache Creek, à un peu moins de 100 km à l'ouest de Kamloops, ont commencé mardi à rentrer chez eux, 11 jours après avoir fui devant l'avancée des flammes.

«Les habitants doivent se rappeler que la bourgade de Cache Creek reste en alerte d'évacuation» car l'incendie d'Ashcroft, le plus important de la province, reste actif plus au sud et n'est toujours pas maîtrisé, ont souligné les autorités régionales.

À Kamloops, ville d'environ 100 000 habitants à 350 km au nord-est de Vancouver, les volontaires et services de secours s'organisent pour accueillir les milliers de sinistrés.

La distribution d'eau et de vivres s'organise sous des chapiteaux en toile et les évacués peuvent aussi recevoir des conseils ou commencer à remplir des dossiers d'indemnisation.

Des centaines de lits de camp ont été disposés dans l'immense gymnase pour accueillir les sinistrés, venant parfois de Williams Lake à 300 km au nord-ouest.

Près de 3 000 pompiers aidés de 200 hélicoptères et avions combattent ces feux et des renforts devaient encore arriver dans la journée, notamment en provenance de la côte atlantique.

Plus à l'est des Rocheuses, les feux ont forcé la fermeture de certaines parties des parcs naturels nationaux les plus prisés, comme celui de Banff, en Alberta.

Fermée la veille, une partie de ce parc, visité chaque année par près de quatre millions de touristes, restait interdite aux visiteurs mardi.

La province de l'Ouest canadien, comme la Californie aux États-Unis voisins, est régulièrement la proie des flammes. L'ampleur des feux cette année s'approche des gigantesques feux en 2003 qui avaient obligé plus de 50 000 personnes à abandonner leur logement.

La fumée des incendies de forêt rejoindra l'Alberta mercredi

(Edmonton) Environnement Canada estime que la fumée générée par les incendies de forêt en Colombie-Britannique migrera vers l'Alberta, mercredi, abaissant considérablement les niveaux de qualité de l'air.

L'agence signale que si un front froid a évacué une bonne partie de la fumée en Alberta, elle traversera à nouveau les Rocheuses durant la nuit, transportée par le vent. Les particules fines présentes dans la fumée posent un danger pour la santé, plus particulièrement celle des enfants, des personnes âgées et des gens souffrant de maladies cardiaque ou pulmonaire.

Une mauvaise qualité de l'air peut causer une toux inhabituelle, l'irritation de la gorge, des maux de tête et de l'essoufflement, a-t-on précisé. Le pire corridor de fumée devrait se situer entre les régions d'Edmonton, de Hinton et de Red Deer.

Environnement Canada déconseille le port d'un masque, recommandant plutôt aux résidants des régions touchées de rester à l'intérieur, idéalement dans un bâtiment doté d'un climatiseur pour rafraîchir et filtrer l'air.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer