• Le Droit > 
  • Actualités 
  • > Des Autochtones du Manitoba exigent la démission des commissaires de l'Enquête 

Des Autochtones du Manitoba exigent la démission des commissaires de l'Enquête

La commissaire Marilyn Poitras a annoncé mardi qu'elle... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

La commissaire Marilyn Poitras a annoncé mardi qu'elle quittait son poste parce qu'elle se sentait incapable de mener à bien son mandat selon les paramètres fixés par le gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

(Winnipeg) Des familles manitobaines réclament la démission de toutes les commissaires qui siègent encore à l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Ces familles soutiennent que les proches des victimes ne font plus confiance à ce mécanisme, dans sa configuration actuelle, et souhaitent la nomination de nouvelles commissaires qui sauront davantage être à l'écoute des survivants et des intervenants.

En conférence de presse mercredi à Winnipeg, Sandra Delaronde, coprésidente d'une coalition manitobaine de proches, a estimé que les commissaires devraient être liées aux victimes ou leurs proches. Ils souhaiteraient aussi que les audiences publiques s'inspirent davantage des coutumes autochtones et moins des tribunaux, avec prestation de serment.

Ces familles auraient aussi aimé que l'Enquête nationale compte au moins une commissaire provenant du Manitoba.

La commissaire Marilyn Poitras a annoncé mardi qu'elle quittait son poste parce qu'elle se sentait incapable de mener à bien son mandat selon les paramètres fixés par le gouvernement libéral de Justin Trudeau. Cette décision survient peu de temps après le départ de la directrice générale Michèle Moreau, qui a évoqué des «raisons personnelles». En tout, six personnes ont quitté la commission depuis un an et de ce nombre, cinq ont démissionné.

Selon Mme Delaronde, les familles des victimes ne souhaitent pas l'abolition de la commission, mais plutôt sa restructuration afin d'encourager davantage les témoignages des proches et être à l'écoute de leurs préoccupations.

Sheila North Wilson, grande chef crie qui représente des communautés autochtones du nord du Manitoba, avait réclamé, la semaine dernière, la démission de la commissaire en chef de l'Enquête nationale, Marion Buller.

La commission a pour mandat d'étudier les causes systémiques de la violence contre les femmes et les filles autochtones. Malgré les départs annoncés récemment, la commission maintient son calendrier, dont la série de neuf audiences prévues l'automne prochain, qui doivent débuter en septembre à Thunder Bay, en Ontario. L'Enquête nationale doit s'arrêter à Maliotenam, sur la Côte-Nord au Québec, pendant la semaine du 27 novembre.

«Il faut se retrousser les manches», dit Michèle Audette

L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées sera capable de poursuivre son travail malgré la démission de la commissaire Marilyn Poitras, assure Michèle Audette, l'une des quatre commissaires encore en fonction.

«Il faut se retrousser les manches et garder le cap», affirme-t-elle tout en disant avoir été déçue par chacun des départs au sein de la commission.

Michèle Audette, une des commissaires de l'Enquête nationale sur... (Archives, La Presse Canadienne) - image 3.0

Agrandir

Michèle Audette, une des commissaires de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA).

Archives, La Presse Canadienne

Six personnes ont quitté la commission depuis sa mise sur pied il y a moins d'un an. Sur ces six personnes, cinq ont démissionné pour toutes sortes de raisons.

La commissaire Marilyn Poitras a annoncé au gouvernement lundi qu'elle quitterait son poste le 15 juillet parce qu'elle se sentait incapable de mener à bien son mandat selon les paramètres fixés par le gouvernement. Cette décision est survenue peu de temps après le départ de la directrice générale Michèle Moreau, qui a évoqué des raisons personnelles.

Michèle Audette s'attendait à ce qu'il y ait d'autres démissions en cours de route «parce que la pression est trop forte pour certaines personnes», mais pas à la démission d'une commissaire.

«Sa contribution est majeure, a remarqué Michèle Audette. D'entrée de jeu, Marilyn Poitras a fait en sorte que chaque commissaire se dote d'une grand-mère spirituelle. Il n'y a pas une commission qui a eu ça avant.»

Un soutien nécessaire auquel elle fait appel lorsque l'émotion suscitée par les témoignages tragiques des familles est trop vive.

En plus de la pression, les commissaires se heurtent aussi à la lenteur de la bureaucratie fédérale, alors qu'ils n'ont que deux ans pour remplir leur mandat.

«On fait une demande de bureau en septembre et on l'a le 20 février, a révélé Michèle Audette. Une entreprise, le mois suivant serait déjà installée dans ses bureaux.»

Le même scénario s'est répété pour les ordinateurs et les cellulaires si bien que les commissaires ont dû utiliser leurs appareils personnels pour démarrer les travaux de la commission.

«Il y a des gens au sein du gouvernement qui ont déchiré leur chemise pour accélérer les choses», a-t-elle raconté.

Le problème a été abordé lundi lors de la rencontre d'urgence demandée par la ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, à la suite de la démission de Marilyn Poitras.

Les commissaires lui ont présenté leur plan de travail, mais ont aussi abordé les difficultés auxquelles ils font face.

La plus importante: les communications. La ministre Bennett a affirmé mardi que les communications de la commission étaient «problématiques», faisant ainsi écho aux propos de certains militants et leaders autochtones.

«La plus grande recherche qu'il n'y a jamais eu dans l'histoire sur un enjeu aussi sensible que des assassinats, des disparitions et la violence faite aux femmes dans un contexte légal et on a seulement trois personnes en communications», a exposé Michèle Audette.

Les commissaires auraient aimé embaucher 2 ou 3 agents de communication de plus. Des postes ont été affichés, mais les embauches sont ralenties par des questions administratives.

«C'est de dire regardez là, essayez de rendre les règles un peu plus flexibles pour qu'on puisse embaucher rapidement les gens», a relaté Michèle Audette.

C'est la raison pour laquelle l'Enquête nationale n'a toujours pas dévoilé son plan de travail complet au grand public, a-t-elle expliqué.

Les commissaires vont faire le point avec plusieurs organisations autochtones au cours des prochaines semaines, dont l'Assemblée des Premières Nations qui tiendra son assemblée générale annuelle du 25 au 27 juillet.

Michèle Audette et deux autres commissaires faisaient la même chose mardi, lorsque La Presse canadienne l'a jointe, avec les signataires d'une lettre ouverte publiée en mai, très critique envers les travaux de la commission.

À l'instar de sa collègue, Michèle Audette a parfois eu envie de tout laisser tomber face à l'ampleur de la tâche, mais elle ne veut pas se laisser submerger par ces brefs moments de découragement.

«Ce sont des milliers de personnes, pas juste 400, qui disent j'ai une vérité à partager, j'ai une histoire à raconter et j'espère que je peux, dans un contexte sécuritaire, faire en sorte que des politiques changent, des mentalités changent. C'est gros!», a-t-elle dit la voix entrecoupée par l'émotion.

«Faut pas manquer notre «shot», a-t-elle poursuivi. Et l'émotion que j'ai, c'est ça. C'est tous ces espoirs-là qu'il ne faut pas décevoir.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer