Démissions à l'enquête fédérale

La président de Femmes autochtones du Québec (FAQ),... (Robert Skinner, Archives la Presse)

Agrandir

La président de Femmes autochtones du Québec (FAQ), Viviane Michel

Robert Skinner, Archives la Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La présidente de Femmes autochtones du Québec (FAQ), Viviane Michel, estime qu'il y a lieu de s'inquiéter d'une nouvelle démission au sein de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, et déplore que son organisation n'ait pas encore obtenu de confirmation formelle pour sa participation aux audiences.

Vendredi soir, la directrice générale de l'Enquête nationale, Michèle Moreau, a annoncé sa démission, disant avoir choisi pour des « raisons personnelles » de retourner chez elle à Montréal auprès de sa famille.

Plus tôt en juin, on apprenait le départ de la directrice des opérations, Chantale Courcy, et d'une agente de liaison avec les communautés, Tanya Kappo. Dans le premier cas, la directrice des communications, Bernée Bolton, avait indiqué à Radio-Canada que Mme Courcy, ex-fonctionnaire fédérale, avait « accepté une promotion du gouvernement fédéral le 12 juin ».

Aussi, deux autres personnes ont quitté l'équipe des communications depuis février, soit Michael Hutchinson et Sue Montgomery - cette dernière ayant annoncé par la suite son intention de briguer l'investiture du parti Projet Montréal en tant que candidate à la mairie de l'arrondissement de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce.

Les premières audiences de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées se sont conclues au Yukon il y a environ un mois et ses employés passeront l'été à se préparer aux prochaines audiences à l'automne.

En entrevue téléphonique, Mme Michel a fait valoir que son organisation et d'autres groupes qui représentent des membres des Premières Nations sont en droit d'« avoir des réponses » et d'«être rassurés ». « Certaines familles ont pu témoigner, mais je crois qu'il y a encore un travail pour rétablir la confiance », a dit Mme Michel.

Les commissaires ont commencé officiellement l'Enquête nationale le 1er septembre 2016. Ils sont censés présenter un rapport provisoire d'ici l'automne 2017 et un rapport final d'ici la fin 2018.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer