«Le fugitif de La Pêche» de retour au Canada

M. Boily devrait être transféré dans un pénitencier... (Courtoisie)

Agrandir

M. Boily devrait être transféré dans un pénitencier fédéral, dans la région de Montréal.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Le fugitif de La Pêche», qui a fait la manchette au début des années 2000 pour s'être terré en Outaouais après son évasion d'un pénitencier mexicain, sera de retour au pays d'ici quatre à six semaines.

Régent Boily avait été retourné dans une cellule mexicaine au terme de sa cavale de plus de six ans en sol québécois. Ces dix dernières années, il tentait d'obtenir l'appui du gouvernement canadien afin de purger sa peine au pays, plus près des siens.

L'avocat Christian Deslauriers, qui représente M. Boily au Canada, a confirmé la nouvelle au Droit.

«Sa demande de transfert a été approuvée par le ministère de la Sécurité publique. Selon les fonctionnaires fédéraux, cela pourrait prendre de quatre à six semaines.»

M. Boily devrait être transféré dans un pénitencier fédéral, dans la région de Montréal.

Le service des communications de Services correctionnels Canada n'a pas commenté l'affaire. «Conformément à la Loi sur la protection des renseignements personnels, nous ne pouvons formuler des commentaires sur un cas en particulier», indique la conseillère principale en communications, Avely Serin.

Régent Boily a été impliqué dans une dramatique évasion en 1999. Un gardien de prison avait été abattu lors de son évasion de la prison, avec d'autres détenus.

Il s'était ensuite réfugié en secret en Outaouais, à La Pêche. Extradé en 2007, après deux ans de combat pour éviter un retour forcé au Mexique, il semblait destiné à passer le reste de ses jours derrière les barreaux, au sud de la frontière américaine.

Originaire du Vieux-Hull, Régent Boily a été arrêté en possession de 580 kilos de marijuana, le 9 mars 1998, dans l'État du Zacatecas, au Mexique. Il avait alors été condamné à purger 14 ans de prison.

Les choses se sont corsées lors de son évasion, mais M. Boily a toujours nié avoir tiré, ni avoir commis le meurtre.

À son retour au Mexique, il soutenait avoir été torturé, victime de la vengeance des gardiens de prison qui avaient perdu l'un des leurs, quelques années auparavant.

L'homme, aujourd'hui âgé de 73 ans, a reçu une sentence de 40 à 60 ans pour l'homicide involontaire du geôlier.

Le clan Boily a intenté une poursuite de 6 millions $ contre Ottawa, en 2010, pour avoir permis l'extradition du détenu au Mexique, malgré les risques de subir la torture.

«On est bien contents»

La famille de Régent Boily est soulagée de la récente décision des gouvernements mexicain et canadien d'autoriser le retour du «fugitif de La Pêche» au pays.

«On est bien contents que ce soit réglé», a réagi sa nièce, Louise Potvin, vendredi.

La famille s'inquiétait du sort de l'homme, confiné dans une prison mexicaine depuis son extradition en 2007, après une évasion qui a mal tourné.

«Il pourra mieux voir à sa santé, ici, dit Mme Potvin. Ce n'est pas évident, là-bas.»

Celui qui s'était réfugié en secret à La Pêche, en 1999, a été interpellé par les autorités en 2005, avant d'être renvoyé au Mexique en 2007. Depuis, la famille et les avocats de M. Boily ont fait de nombreuses représentations politiques et judiciaires pour obtenir l'aval des deux gouvernements pour son retour.

«Il a perdu des proches depuis tout ce temps, ici. Il n'a pas pu aller aux funérailles. Au moins, ici, il pourra voir les siens, sa famille», raconte sa nièce.

Avant de quitter le Canada pour le Mexique, dans les années 90, Régent Boily travaillait avec des gens vivant avec des problèmes en santé mentale, à Valleyfield.

Sa conjointe actuelle, une Mexicaine, tentera de le suivre au Canada, dit Mme Potvin. C'est elle qui faisait le lien entre M. Boily et sa famille au Québec, ces dernières années.

«On ne se fait pas trop d'espoir, non plus, sur la date de son retour. Après toutes ces années de délais, on sait que tout cela peut encore être retardé. On espère aller le voir dès qu'il arrivera ici.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer