L'immigration francophone, l'affaire de tous

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario a tenu... (Martin Brunette)

Agrandir

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario a tenu une consultation communautaire sur le sujet de l'immigration francophone en Ontario, jeudi au Collège d'Alfred.

Martin Brunette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'immigration francophone en Ontario devrait être au menu de tous les gouvernements, les employeurs et les communautés. Il s'agit d'une des conclusions tirées lors de la consultation communautaire sur le sujet, organisée par l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), jeudi au Collège d'Alfred.

Environ une dizaine d'intervenants issus de différentes sphères d'activité de l'Est ontarien ont pris part à l'exercice qui doit mener au développement du Livre blanc pour favoriser l'immigration francophone. Celui-ci accompagnera la province dans l'atteinte de son objectif en matière d'immigration francophone.

Actuellement, l'immigration francophone est à son plus bas niveau en 15 ans et continue de diminuer. En 2012, la province avait établi un objectif de 5% pour l'immigration francophone. Le taux actuel est de moins de 2%.

La stratégie de la province ne se résume pas seulement à l'augmentation du taux d'immigration francophone, mais également à l'amélioration de l'accueil et de l'accompagnement de ceux-ci dans leur cheminement.

«Avec le livre blanc, on va se retrouver avec des solutions qu'on va proposer à la province. On veut être proactif plutôt que seulement porter nos doléances. On veut dire qu'avec ce qu'on connaît maintenant de la réalité, on propose de telles solutions toujours dans le but d'atteindre 5% d'immigration francophone», explique Brigitte Duguay Langlais, coordonnatrice du Réseau de Soutien à l'immigration francophone de l'est de l'Ontario.

Plusieurs ministères à impliquer

Les participants à la consultation ont tous convenu que les discussions de même que les solutions ne doivent également pas se limiter qu'au Ministère des Affaires civiques et de l'Immigration de l'Ontario, mais bien à plusieurs ministères.

«Tant qu'on n'aura pas nos décideurs politiques avec nous, j'ai l'impression qu'on va travailler trois fois plus fort pour arriver à notre objectif. Ce sont les politiciens qui tirent les ficelles et tant qu'on ne les aura pas avec nous, on n'avancera pas», a fait valoir Daniel-Pierre Bourdeau, agent de liaison pour le projet Élargir l'espace francophone.

Une des solutions avancées sera d'inclure dans le livre blanc un mandat pour l'AFO d'approcher différents ministères.

«Il y a des actions que chaque ministère pourrait prendre pour améliorer le sort de l'immigration francophone. Nous allons dire à l'AFO, pour chacun des ministères, voici ce qu'on suggère et voici comment chaque ministère pourrait s'impliquer que ce soit par des programmes ou du financement ou autres», a souligné MmeDuguay Langlais.

Les consultations se poursuivront à travers la province jusqu'en mars 2017. Le Livre blanc pour favoriser l'immigration francophone en Ontario sera publié et diffusé au printemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer