Appels frauduleux liés à Phénix

L'AFPC demande à ses membres d'informer leur ministère...

Agrandir

L'AFPC demande à ses membres d'informer leur ministère de ces appels et de les signaler au Centre antifraude du Canada.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) a mis ses membres en garde contre une possible arnaque liée au système de paye Phénix.

Des fonctionnaires ont reçu des appels de personnes prétendant représenter des agences de recouvrement.

«Leur objectif est de récupérer, au nom du gouvernement, de l'argent versé par Phénix. Ces appels sont frauduleux. Le gouvernement a confirmé qu'il ne faisait pas affaire avec des agences de recouvrement», indique le syndicat sur son site Internet. 

L'AFPC demande à ses membres d'informer leur ministère de ces appels et de les signaler au Centre antifraude du Canada.

Même s'il s'agit d'une semaine de paye, le ministère des Services publics et de l'Approvisionnement n'a pas fait de mise à jour mercredi, comme il avait l'habitude de le faire depuis septembre. La ministre Judy Foote a plutôt profité de sa présence devant un comité parlementaire pour indiqué qu'il reste encore 15 000 des 82 000 dossiers d'employés à régler, soit 3000 de moins qu'il y a deux semaines. La prochaine mise à jour du ministère aura lieu le 14 décembre.

Un total de 121 152 fonctionnaires fédéraux travaillant pour divers ministères et organisations ont complété la formation sur le système Phénix, offerte en ligne par l'École de la fonction publique du Canada. Dans les derniers mois, le gouvernement a admis que la formation des employés avait été un facteur important ayant mené aux problèmes d'implantation de Phénix. Au ministère des Services publics et de l'Approvisionnement, responsable de la mise en oeuvre du système, 10 333 employés et 1821 gestionnaires avaient complété cette formation «obligatoire» en ligne, soit près de 90 % des effectifs. La date butoir pour compléter le cours avait été repoussée au 7 novembre dernier.

Médiation

Par ailleurs, lLe gouvernement fédéral a accepté la demande de médiation faite par l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) dans le cadre des négociations pour le renouvellement du contrat de travail de plus de 100 000 de ses membres. Le syndicat avait formulé cette demande à la suite de dix jours de négociations, entre le 1er et le 9 novembre. L'AFPC avait accepté de retourner négocier, après avoir appris que le gouvernement avait donné un nouveau mandat à ses équipes de négociations. Toutefois, les pourparlers n'avaient pas permis d'en arriver une entente. Le nom du médiateur n'a pas encore été divulgué, ni la date de la reprise des négociations.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer