Les faits divers en bref

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les faits divers du jour, en quelques mots.

Un vol bien propre à Hawkesbury

Du savon artisanal... (David Boily, Archives La Presse) - image 3.0

Agrandir

Du savon artisanal

David Boily, Archives La Presse

Un ou des malfaiteurs font mentir l'expression «avoir les mains sales», alors qu'ont été volés plus de 17 000$... en pains de savon.

Les milliers de précieuses barres ont été volées à une entreprise située sur l'avenue Spence, à Hawkesbury, le 20 août dernier.

La Police provinciale de l'Ontario enquête toujours sur cette infraction inhabituelle.

Toute personne qui aurait des informations sur le ou les voleurs de savon peut les partager à la PPO, au 613-632-2729 ou au 1-888-310-1122.

Un cycliste happé par une voiture à Ottawa

Un homme dans la cinquantaine était dans un état critique, mardi après-midi, après avoir été happé par une automobile à Ottawa. Un véhicule utilitaire sport a percuté la victime vers 10h, près de l'intersection des chemins Ogilvie et Cyrville.

Le cycliste a été blessé à la tête et était inconscient à l'arrivée des paramédics. Des témoins ont prodigué les premiers soins.

L'ex-chroniqueur Philippe Boucher plaide coupable de harcèlement

L'ex-chroniqueur et organisateur politique Philippe Boucher a plaidé coupable à des accusations de harcèlement envers deux femmes, dont la directrice générale de Tourisme Outaouais.

En liberté provisoire, mais introuvable depuis ce printemps, l'homme de 38 ans a été arrêté par la Sûreté du Québec dans les Laurentides, il y a deux semaines. Il est revenu mardi après-midi au palais de justice de Gatineau pour répondre aux chefs de harcèlement et de bris de condition.

Il écope 90 jours de détention. Il devra aussi observer une période de probation de trois ans, pendant laquelle il ne pourra contacter les deux femmes - à l'exception de questions de garde partagée d'un enfant avec l'une d'elles.

Le tribunal lui avait interdit, plus tôt cette année, d'utiliser les médias sociaux et de contacter ses deux victimes. Le prévenu a contrevenu à cette ordonnance.

En février dernier, la directrice de Tourisme Outaouais, France Belisle, avait confié au Droit que la situation s'était envenimée au point tel qu'elle s'était transportée au sein même de son institution.

M. Boucher a plaidé coupable d'avoir utilisé Facebook, en contravention avec un engagement de la cour, et d'avoir contacté les deux femmes par messagerie.

Mme Bélisle s'est dite satisfaite de la décision de la cour. Par écrit, elle a fait savoir au tribunal qu'elle avait vécu des années de mensonges et de peur.

M. Boucher a fait des «excuses publiques» mardi. «Je veux juste m'excuser d'avoir agi de la sorte. Je lui souhaite tout le bonheur.»

M. Boucher a agi comme organisateur politique au Bloc québécois au début des années 2000.

Recherché pour introduction par effraction

La SQ recherche un individu qui s'est introduit par effraction dans un commerce du chemin du Poisson-Blanc, à Denholm, le 10 août dernier.

Le malfaiteur se serait introduit par une porte du commerce avant de prendre la fuite avec un montant d'argent. Il pourrait être relié à une série de vols commis dans le même secteur.

L'homme recherché est âgé d'une trentaine d'années, mesure 1,70 m (5' 7") et pèse environ 82 kg (180 livres). Il portait un chandail à capuchon et une casquette.

La mère disparue avec son nouveau-né est revenue chez elle

Les faits divers du jour, en quelques mots. (Courtoisie) - image 8.0

Agrandir

Courtoisie

La jeune mère d'Ottawa et son fils de cinq semaines qui avaient disparu depuis presqu'une semaine ont été retrouvés sains et saufs mardi soir.

Madeline Atagootak, 20 ans, avait été vue pour la dernière fois avec son fils Elijah vers midi, le 26 août, dans les environs de la rue Somerset Est. Elle est finalement revenue chez elle avec son nourrisson mardi soir, vers 21h30. Ni l'enfant ni elle n'avait subi de blessures.

Le Service de police d'Ottawa confirme que l'incident n'est pas suspect, et que personne d'autre que Mme Atagootak n'était lié à sa disparition.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer