• Le Droit > 
  • Actualités 
  • > La pire tuerie de l'histoire des États-Unis fait 50 morts à Orlando 

La pire tuerie de l'histoire des États-Unis fait 50 morts à Orlando

La fusillade a fait 50 morts et 53... (AFP/Police d'Orlando)

Agrandir

La fusillade a fait 50 morts et 53 blessés. Le bilan des décès pourrait s'alourdir.

AFP/Police d'Orlando

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press

Une fusillade survenue dans une discothèque bondée d'Orlando, en Floride, a fait 50 morts - dont le tireur - et 53 blessés dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'agit de la pire tuerie de l'histoire des États-Unis.

En conférence de presse dimanche matin, les autorités ont revu le bilan des morts à la hausse, sans s'avancer sur le motif ou l'identité du tireur, qui a utilisé un fusil d'assaut pour commettre son crime.

Les autorités ont indiqué qu'elles traitaient l'événement comme un acte de terrorisme. Elles tentent de savoir s'il s'agit d'une attaque terroriste d'origine intérieure ou internationale et si le tireur a agi seul.

Au moins 53 personnes sont hospitalisées et la plupart d'entre elles sont dans un état grave. Le docteur Mike Cheatham, chirurgien au centre médical régional d'Orlando, croit que le bilan des morts s'alourdira prochainement.

L'auteur de la tuerie, qui est mort après un échange de coups de feu avec les policiers, s'était présenté vers 2 h à la boîte de nuit Pulse Orlando, un établissement qui accueille une clientèle gaie. Il a ensuite échangé des coups de feu avec un policier de l'établissement, avant d'entrer et de prendre des otages parmi les quelque 300 personnes présentes à l'intérieur.

En plus de son fusil d'assaut et de son pistolet, l'assaillant avait en sa possession un «dispositif suspect», selon le chef de police John Mina.

Le tireur serait Omar Mateen, originaire de Port St. Lucie, en Floride, selon le représentant Alan Grayson, qui rapportait les propos des forces de l'ordre. Son identité a été confirmée par un responsable fédéral bien au fait de l'enquête. Ce dernier a requis l'anonymat puisqu'il ne pouvait pas discuter publiquement de l'enquête en cours.

Ron Hopper, agent du Bureau fédéral d'enquête (FBI), a indiqué que le nom du tireur serait révélé à la prochaine conférence de presse prévue en début d'après-midi.

M. Hopper a assuré qu'aucune autre menace ne pesait sur Orlando et ses environs. Interrogé sur les possibles liens du tireur avec l'islamisme radical, M. Hopper a répondu que les autorités «avaient des suggestions selon lesquelles l'individu penchait vers cela».

Les autorités locales, étatiques et fédérales sont impliquées dans l'enquête.

Le président Barack Obama a été informé du drame et il suit de près les derniers développements, a indiqué la Maison-Blanche.

Jon Alamo a raconté qu'il était à l'arrière de l'une des salles de la discothèque lorsque un homme armé est entré. «J'ai entendu 20, 40, 50 coups. La musique s'est arrêtée», a-t-il relaté.

Rob Rick, qui était aussi dans la boîte de nuit, a indiqué que l'incident était survenu vers 2 h, juste avant la fermeture. «Tout le monde buvait sa dernière gorgée», a-t-il affirmé.

Il a estimé qu'il restait plus d'une centaine de personnes à l'intérieur lorsque les coups de feu ont retenti.

La police avait dit plus tôt sur Twitter qu'il y avait eu une «explosion contrôlée» sur les lieux du crime. M. Mina a précisé que l'explosion visait à distraire le tireur.

L'incident fait suite à un autre drame survenu vendredi soir à Orlando. La chanteuse Christina Grimmie, 22 ans, a été abattue après son concert par un homme de 27 ans qui s'est finalement enlevé la vie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer