La région en bref

Les événements du jour, en quelques mots. (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les événements du jour, en quelques mots.

La Confédération des peuples autochtones veut se faire entendre

Les événements du jour, en quelques mots. (Martin Roy, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

Martin Roy, LeDroit

Une délégation de la Confédération des peuples autochtones a perturbé la circulation au centre-ville de Gatineau et dans la Basse-Ville d'Ottawa, lundi matin. Ils souhaitaient rencontrer le gouverneur général du Canada, David Johnston, pour lui remettre un bâton sacré auquel était attaché un message à l'attention de la Couronne du Canada.

Le grand chef de cette organisation qui représente un nombre indéfini d'autochtones hors réserve, Guillaume Carle, se réfère au jugement de l'affaire Daniels c. Canada pour indiquer que son organisation doit être consultée au même titre que les autres au moment de prendre une décision qui touche les premières nations.

Le gouverneur général ne s'est toutefois pas rendu à la rencontre de la délégation, qui a plié bagage en début de soirée.

Entente entre Plasco et Ottawa

La saga qui implique l'entreprise Plasco Energy Group et la Ville d'Ottawa est définitivement réglée depuis le 31 mai dernier. Ce fût confirmé dans un courriel du greffier de la municipalité, Rick O'Connor, adressé aux élus du conseil municipal - et partagé avec les médias lundi.

Rappelons que Plasco s'est placé sous la protection de la loi sur la faillite en février 2015. Depuis, la Ville négocie avec l'entreprise pour qu'elle démantèle ses installations.

M. O'Connor a indiqué aux élus que le bail de l'entreprise et les ententes avec la Ville, notamment en matière d'approvisionnement des déchets, ont été résiliés. Plasco a également versé une somme de 198 855,23$ en restitution du reste de la caution de mise hors service.

Nouveau campus de l'hôpital d'Ottawa: Poilievre en a assez

Le député fédéral de Carleton, Pierre Poilievre, exhorte les résidents à signer une pétition en ligne qui exige une décision ferme concernant le lieu du nouveau campus de l'hôpital d'Ottawa.

Selon lui, le gouvernement libéral de Justin Trudeau se traîne les pieds dans ce dossier et bloque par méchanceté la décision antérieure des conservateurs pour s'en prendre à l'ex-ministre des Affaires étrangères John Baird.

Le gouvernement précédent avait accepté la décision d'une table ronde d'experts qui avait opté, après avoir évalué 12 sites, pour un terrain de l'autre côté de la rue du campus actuel, a déclaré M. Poilievre par voie de communiqué. Depuis qu'ils forment le gouvernement, les libéraux «ont mis les freins» sur le choix de l'emplacement du futur campus de l'hôpital et demandé à la direction de l'établissement de fournir diverses options, a-t-il ajouté le député.

La direction a proposé quatre options, mais le gouvernement Trudeau consulte maintenant la Commission de la capitale nationale, bien que l'organisme ne soit aucunement responsable du dossier de la santé ni propriétaire des terrains en question, reproche M. Poilievre.

«Les libéraux ont bloqué la décision sur l'emplacement de l'hôpital par méchanceté car ils en veulent à John Baird et le gouvernement conservateur précédent. Maintenant, ils se démènent pour trouver un autre lieu afin d'éviter d'admettre que leur décision politique est un échec.»

Entretemps, l'hôpital qui en est à sa 92e année d'existence, est en train de tomber en ruines, dit-il, et la capitale doit faire la file pour obtenir des fonds en matière de santé. 

Sylvie Goneau réélue à la vice-présidence de la FCM

La conseillère du district de Bellevue à Gatineau,... (Claire Ratté, collaboration spéciale) - image 7.0

Agrandir

La conseillère du district de Bellevue à Gatineau, Sylvie Goneau

Claire Ratté, collaboration spéciale

La conseillère du district de Bellevue à Gatineau, Sylvie Goneau, poursuit son ascension au sein de la Fédération canadienne des municipalités (FCM).

Lors du congrès annuel le week-end dernier à Winnipeg, Mme Goneau a été élue au poste de suxième vice-présidente de la FCM, elle qui occupait la troisième vice-présidence depuis l'an dernier.

Sylvie Goneau présidera le comité du membership et aura notamment le mandat de ramener des élus québécois dans le giron de la FCM. «Le Québec est le deuxième caucus avec le moins de membres», soutenait l'élue gatinoise dans un communiqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer