Ottawa en bref

Les événements du jour dans la capitale fédérale, en quelques mots. (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les événements du jour dans la capitale fédérale, en quelques mots.

Une portion de la rue Elgin fermée pour des raisons de sécurité

La rue Elgin est complètement fermée entre les... (Étienne Ranger, LeDroit) - image 3.0

Agrandir

La rue Elgin est complètement fermée entre les rues Isabella et Catherine, sous l'autoroute 417.

Étienne Ranger, LeDroit

La rue Elgin est complètement fermée entre les rues Isabella et Catherine, à Ottawa, à la suite du mouvement d'un bloc de béton du viaduc de l'autoroute 417.

Depuis mercredi après-midi, la circulation automobile est interdite sur cette portion de la rue Elgin, tout comme le passage des piétons et des cyclistes. Le ministère des Transports de l'Ontario a également procédé à la fermeture de la rampe de sortie vers la rue Melcalfe pour les gens circulant sur l'autoroute 417 Ouest.

Une enquête sur la cause de l'incident et des réparations temporaires sont en cours. Les deux voies de la rampe de sortie et le tronçon de la rue Elgin resteront fermés jusqu'à ce que les travaux soit terminés. Le ministère estime que plusieurs jours seront nécessaires.

L'accès au centre-ville restera gratuit

Le maire Jim Watson est intervenu dans le débat, mercredi, pour repousser toute idée d'une taxe d'entrée au centre-ville d'Ottawa comme moyen de réduire la congestion routière.

Le conseiller David Chernushenko avait abordé en comité l'idée d'identifier les causes de la congestion routière au centre-ville, proposant une étude de 80 000$ à cet effet. Or, selon le maire, cette motion ouvrait la porte à la création de postes de péage et à l'imposition d'une taxe d'entrée pour décourager les automobilistes à prendre les petites rues du centre-ville comme, cela s'est fait à Londres, en Angleterre.

«Il n'y a pas de problème de congestion au centre-ville d'Ottawa», a signifié le maire. Il a expliqué qu'il y avait des embouteillages sur les rues Albert et Slater et que cela rendait les déplacements des autobus d'OC Transpo difficiles à certains moments de la journée. Mais on a une solution pour cela: le train léger, a-t-il expliqué lors de la réunion du conseil municipal.

«Cette motion est le premier pas vers une taxe d'entrée ou des péages, a déclaré le maire Watson. Je ne peux pas voir comment un conseiller des banlieues ou des régions rurales pourrait soutenir une telle proposition.»

Une majorité de conseillers se sont finalement rangés derrière le maire, qui était soulagé de constater la défaite de cette motion.

Commerces d'avance de fonds: la Ville demandera plus de pouvoirs

On dénombre 10 commerces d'avance de fonds à... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 6.0

Agrandir

On dénombre 10 commerces d'avance de fonds à Vanier et une soixantaine dans la capitale.

Martin Roy, Archives LeDroit

Les élus municipaux de la Ville d'Ottawa ont adopté sans débat l'idée de demander des pouvoirs accrus à la province pour pouvoir encadrer la prolifération de commerces d'avance de fonds dans le secteur Vanier.

Le conseiller Mathieu Fleury n'a rencontré aucune résistance à la motion qu'il a présentée en ce sens à la réunion du conseil municipal. La Ville a maintenant été mandatée de demander au gouvernement de l'Ontario de modifier la Loi sur les municipalités pour lui permettre de légiférer en la matière.

Selon ce qui est proposé, Ottawa veut limiter le nombre de ces commerces qui pullulent sur le chemin Montréal et les empêcher de s'installer n'importe où comme par exemple, près d'une école.

Vanier est l'endroit dans la province où l'on trouve le plus grand nombre de ces commerces. Les Money Mart et autres y sont très visibles. On leur reproche d'exiger des taux d'intérêt exhorbitants aux personnes à faible revenu qui s'y rendent pour encaisser un chèque ou emprunter de l'argent pour arrondir leurs fins de mois.

Reprise des admissions au Centre Jules-Léger

Le processus d'admission pour l'année scolaire 2016-2017 a été relancé mercredi dans les quatre écoles provinciales et d'application, dont le Centre Jules-Léger, à Ottawa.

Depuis février, l'inscription de nouveaux élèves avait été mise au neutre dans les institutions qui accueillent des élèves sourds, malentendants, aveugles ou avec des troubles d'apprentissage sévères, le temps que le ministère de l'Éducation de l'Ontario mène des consultations visant l'amélioration de ces établissements.

Entre 2004 et 2014, le Centre Jules-Léger a enregistré une baisse de 63% des inscriptions.

La suspension des inscriptions avait suscité l'inquiétude, alors que l'école est la seule de sa catégorie à offrir un enseignement en français.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer