Ottawa et Gatineau au c.a. de la CCN

Les maires de Gatineau et Ottawa, Maxime Pedneaud-Jobin... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Les maires de Gatineau et Ottawa, Maxime Pedneaud-Jobin et Jim Watson, ont signé la déclaraiton officielle en compagnie de Mark Kristmanson, premier dirigeant de la CCN, Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, et Russel Andrew Mills, président du c.a. de la CCN.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Journée historique », « changement de culture », ou encore « nouveau chapitre »; les intervenants présents n'ont pas manqué de formules, lundi matin, pour qualifier la signature de la déclaration officielle qui fait des maires d'Ottawa et de Gatineau des membres du conseil d'administration de la Commission de la capitale nationale (CCN).

Dans les faits, c'est à titre d'observateurs sans droit de vote que les maires Jim Watson et Maxime Pedneaud-Jobin siégeront à la table de la CCN à partir du 28 avril. Il n'en demeure pas moins que cette ouverture de la CCN est considérée comme un grand pas en avant par les deux maires. M. Watson a fait cette demande pour la première fois en 1997. « Il faut parfois savoir attendre pour que les bonnes choses se réalisent », a-t-il lancé. 

Le maire de Gatineau a pour sa part tenu à saluer la rapidité avec laquelle le nouveau gouvernement libéral à Ottawa a accédé à cette demande de longue date des deux grandes villes qui forment le coeur de la région. 

« C'est une occasion historique de faire en sorte de vraiment développer le potentiel incroyable de la région de la capitale nationale, tant au plan du développement économique, qu'urbanistique et du transport en commun, a affirmé la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly. En travaillant de concert avec les maires, on pourra améliorer la collaboration, la transparence et à terme pouvoir développer le potentiel de la capitale nationale. »

La ministre Joly a ajouté que d'autres villes dont des terrains sont sous la juridiction de la CCN pourront éventuellement avoir droit à une représentativité à la table du conseil d'administration. « J'attends une recommandation de la CCN à ce niveau, a-t-elle précisé. Il y a des discussions. La première étape était de s'assurer que les maires d'Ottawa et Gatineau soient représentés. De mon côté, il reste à m'assurer qu'il y ait aussi des représentants des Premières Nations et qu'il puisse y avoir différentes formules pour la représentativité des différentes municipalités. »

Jim Watson estime que la présence des deux villes à la CCN permettra de créer une situation gagnant-gagnant. « L'organisation pourra avoir une perspective municipale et nous, comme villes, nous pourrons mieux expliquer à nos citoyens les impacts des décisions prises à la CCN. »

La façon dont l'information pourra circuler entre la CCN est les élus municipaux des deux villes demeure un point de réflexion, précise le maire Pedneaud-Jobin. « Il faut voir comment l'échange d'informations pourra se faire dans le respect des règles qui encadre la CCN et en respectant la volonté des deux maires de faire les choses de manière transparente », dit-il. 

Les premiers grands dossiers dont le maire de Gatineau voudra discuter à la table du conseil d'administration de la CCN toucheront la redéfinition des berges. « Il y a la rivière des Outaouais, mais aussi le ruisseau de la Brasserie qui fait partie des plans de la CCN, dit-il. On va aussi vouloir suivre de près les discussions en cours depuis longtemps concernant le bail de l'usine Kruger. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer