Du nouveau sous le soleil

La voiture baptisée Esteban VII s'est présentée à... (Courtoisie)

Agrandir

La voiture baptisée Esteban VII s'est présentée à la ligne de départ de cet événement international, mercredi.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Gabrielle Caron poursuit sa course dans une voiture à énergie solaire, jusqu'à demain, au Texas. Originaire du secteur Aylmer à Gatineau, l'apprentie ingénieure a fait son chemin jusqu'à la Polytechnique de Montréal, où elle a pris part au projet Esteban VII, une voiture qu'elle espère aujourd'hui voir terminer dans le top 5du Formula Sun Grand Prix, disputé dans le sud des États-Unis.

La voiture baptisée Esteban VII s'est présentée à la ligne de départ de cet événement international, hier. L'équipe de la Polytechnique est la seule du Québec à avoir passé le test des qualifications. Dix équipes rivalisent de génie pour faire franchir le plus de tours de piste à leur voiture solaire, à raison de huit heures quotidiennement, pendant trois jours.

Mme Caron, inscrite au programme de génie électrique, est l'une des pilotes de son équipe.

«Le principal défi est la sécurité dans la voiture. Nous avons une bonne machine, nous la connaissons bien. Le moteur est performant et nous avons une bonne stratégie, explique la pilote. On peut être dans le top5.»

Vers un concept hybride

Au Texas, la chaleur est accablante. Dans le petit habitacle d'Esteban VII, une ventilation et beaucoup d'eau servent à rafraîchir les compétiteurs.

Ce projet parascolaire est un préambule à la carrière que vise l'ex-étudiante du Cégep de l'Outaouais.

Mme Caron espère travailler dans le domaine de l'automobile, un jour. «On concrétise ici ce qu'on voit dans nos cours. À long terme, on cherche à développer une technologie qui pourra un jour servir à tous, probablement dans un concept hybride.»

Une quinzaine d'équipes ont dû soumettre leur véhicule à plusieurs inspections techniques et prendre part à de rigoureuses épreuves de qualifications.

Cette compétition a été lancée en 1990. Les responsables modifient chaque année les règlements pour forcer les équipes à repousser les limites du transport mû par énergie solaire. Le circuit de cette année récompense cette année les équipes dont la voiture se comporte bien dans les courbes, lors du freinage et de l'accélération.

Avec sa 4e place à l'American Solar Challenge 2014, l'équipe de la Polytechnique vise cette année une 3e place.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer