25 ans de nouveaux toits

Depuis sa création, Action-Logement aide les gens à... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Depuis sa création, Action-Logement aide les gens à trouver du logement «sain, salubre, abordable et sécuritaire», à long terme, explique son directeur général, Étienne Grandmaître Saint-Pierre.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un organisme francophone voué à mettre un toit au-dessus des têtes des personnes plus vulnérables célébrait ses 25 ans d'existence, hier soir, à l'hôtel de ville d'Ottawa.

Action-Logement aide des milliers de personnes à trouver du logement «sain, salubre, abordable et sécuritaire» à long terme.

«Nous oeuvrons surtout dans la prévention de la perte de logement et nous intervenons lorsque quelqu'un est en situation de crise», explique Étienne Grandmaître Saint-Pierre, directeur général de l'organisme.

À titre d'exemple, le personnel d'Action-Logement peut se mettre à l'oeuvre pour trouver un logement à une personne qui est victime de violence conjugale ou dont le couple a pris fin abruptement - ou encore qui est aux prises avec une infestation de punaises de lit ou qui vit des pressions financières après la perte de leur emploi ou d'une maladie.

«L'an dernier, près de 3000 personnes ont bénéficié de nos services; presque les deux tiers de nos clients sont des femmes. La moitié de nos clients demandent des services en français», souligne M. Grandmaître Saint-Pierre.

En moyenne, une nouvelle victime de violence conjugale se présente à leurs bureaux à chaque semaine pour demander de l'aide pour obtenir un logement où elle et ses enfants, bien souvent, pourront se sentir en sécurité, ajoute-t-il.

C'est ainsi grâce à l'intervention d'Action-Logement que des cas plus urgents peuvent ainsi se trouver une place au sommet de la liste d'attente de 10000 personnes attendant un logement abordable.

«Évidemment, l'exemple de la violence conjugale est quelque chose qu'on peut évaluer concrètement. Il faut une aide immédiate. Certes, il y a des situations où que ce n'est pas aussi clair, comme le harcèlement», précise le directeur général.

Ce dernier rappelle toutefois que les solutions doivent toujours répondre aux réalités d'une personne. «Quand il y a une incertitude au chapitre du logement, il devient difficile de s'occuper d'autres priorités comme l'emploi, voire la famille», résume M. Grandmaître Saint-Pierre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer