«LeDroit est ici pour rester» - Martin Cauchon

Le nouveau propriétaire du Droit et des autres quotidiens du nouveau Groupe... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le nouveau propriétaire du Droit et des autres quotidiens du nouveau Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, entend miser sur la proximité et la qualité de l'information afin d'assurer la pérennité de ses six journaux «profondément enracinés dans leur région».

«Il n'y a pas de transformation prévue. LeDroit est ici pour rester, a martelé le principal intéressé. On vient tout juste de renouveler le bail du Droit pour six ans.»

L'entrepreneur était de passage dans les bureaux du quotidien de la rue Clarence, mardi matin, pour rencontrer la direction, les représentants des syndicats et tous ses artisans dans le cadre de sa tournée provinciale de ses nouvelles acquisitions.

M. Cauchon a répété que ses visites, qui prennent fin aujourd'hui, lui ont permis de prendre le pouls de l'entreprise.

«Maintenant, on va se mettre au travail solidement et sérieusement pour s'assurer de remplir notre mandat», a-t-il déclaré.

Le nouveau patron affirme néanmoins que sa priorité à court terme s'impose d'elle-même. 

«C'est-à-dire la négociation de la convention collective, lance-t-il. À long terme, je ne suis pas un entrepreneur qui est classique - c'est un euphémisme de dire ça. J'ai à coeur les valeurs, les principes. (Je veux) assurer la pérennité de ces journaux-là qui sont bien enracinés, qui font partie de notre histoire. (Il faut) maintenir une qualité de l'information et une proximité, ce sont les grands objectifs pour lesquels je vais me battre.»

Pour ce faire, M. Cauchon prévoit revoir le modèle d'affaires pour assurer une longue vie à ses quotidiens régionaux. Il évite d'établir un échéancier précis pour y arriver, mais il reconnaît qu'il n'y a pas de place pour la procrastination.

«Il y a déjà deux ou trois jours de retraite qui est prévue avec l'ensemble des têtes dirigeantes du groupe. Nous déterminerons les grandes orientations. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'il y a déjà un certain nombre d'éléments qui ont été mis en place au moment où l'on se parle. [...] Pour la notion de temps, je suis le genre d'entrepreneur où j'ai toujours une notion de ce que j'appelle, l'urgence. Pour faire les choses, il faut les faire rapidement, mais correctement. C'est une entreprise qui est particulière, mais étant donné les défis économiques et les réalités du milieu aussi, je pense que l'espace-temps est restreint. Il faut bouger.»

Franco-Ontariens

Par ailleurs, M. Cauchon s'est dit bien conscient de l'importance historique du Droit aux yeux des Franco-Ontariens.  Pas  question de changer de cap, dit-il.

«LeDroit dessert et le Québec et l'Ontario. Je suis parfaitement conscient du rôle historique du Droit. Parfaitement conscient de l'importance qu'a joué LeDroit ici en Ontario et au chapitre du mandat historique et traditionnel que nous avons comme journal, c'est un mandat sans aucun doute que nous allons maintenir.»

Format hybride

M. Cauchon a profité de sa visite pour rappeler que ses journaux «sont rentables», même si les réalités économiques demeurent les mêmes.

«L'érosion du papier, qui a commencé il y a plusieurs années, est maintenant moins prononcée dans l'ensemble des régions. Cela nous donne beaucoup de temps pour essentiellement regarder ce vers quoi on veut aller. Il y aura possiblement un modèle tablette aussi. Je pense qu'on va terminer dans un modèle qui va être hybride pour l'ensemble des régions.»

Chose certaine, le nouveau patron de presse est prêt à aller au front. 

 «Je crois à une presse régionale forte, une qualité d'information en région. Pour moi, c'est une question de vie démocratique aussi. Je vais me battre pour réussir.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer