• Le Droit 
  • > Labeaume devrait s'excuser, selon des élus indépendants 

Labeaume devrait s'excuser, selon des élus indépendants

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La poussière soulevée par le passage du maire de Québec, Régis Labeaume, n'a pas encore fini de retomber, deux semaines après sa tonitruante visite à Gatineau.

La poussière soulevée par le passage du maire de Québec, Régis Labeaume, n'a pas encore fini de retomber, deux semaines après sa tonitruante visite à Gatineau.

Les citoyens qui ont suivi jusqu'à la toute fin la web diffusion de la séance du comité plénier, mardi, ont assisté à quelque chose d'assez inédit au cours du présent mandat. L'ensemble des représentants des médias locaux avait déjà quitté la pièce quand le conseiller et candidat pressenti à la mairie en 2017, Denis Tassé, a pris la parole pour dénoncer la saveur partisane qu'a prise l'escapade d'un jour du maire Labeaume à Gatineau.

Le maire de Québec avait alors affirmé, entre autres, que les Gatinois devraient à nouveau voter pour le maire Maxime Pedneaud-Jobin aux prochaines élections et s'était prononcé contre le projet des tours Brigil.

Pas moins de dix autres conseillers indépendants ont par la suite fait écho aux propos de M. Tassé. Tous ont souligné leur malaise par rapport au traitement réservé par le maire de Québec à l'endroit de leur collègue Sylvie Goneau, lors du dîner organisé avec le conseil municipal. Les élus membres d'Action Gatineau sont demeurés silencieux devant cette dénonciation en règle faite par les indépendants. 

Les propos les plus virulents sont venus du conseiller Gilles Carpentier. «De la façon dont est venu se comporter M.Labeaume à Gatineau, je ne crois pas qu'on avait besoin de lui offrir une caricature, il a été une caricature de lui-même, a lancé M.Carpentier en faisant référence au cadeau protocolaire offert par le maire Pedneaud-Jobin à son homologue de Québec. Que ce soit le maire de Québec ou le pape du Vatican, personne n'a le droit de venir ici pour nous insulter. J'ai été estomaqué de voir le comportement impoli, arrogant et disgracieux du maire Labeaume à l'égard de Sylvie Goneau.»

Le conseiller Mike Duggan a suggéré qu'une demande officielle soit envoyée au maire de Québec pour exiger des excuses de sa part. «Comme plusieurs, je ne suis pas confortable avec la façon dont il a traité Mme Goneau», a ajouté M. Duggan.

Les événements auxquels font référence les conseillers indépendants se sont produits lors d'une période d'échange entre le maire Labeaume et les membres du conseil présents au dîner. Le président du conseil, Daniel Champagne, avait confié au Droit, au lendemain de cette visite, avoir quitté la pièce en signe de protestation face à l'attitude du maire de Québec envers Mme Goneau.

Journée partisane

Les élus indépendants dénoncent en choeur la saveur partisane qu'a prise cette journée. En l'absence du maire Maxime Pedneaud-Jobin, mardi, c'est son chef de cabinet, Melvin Jomphe, qui a précisé certains éléments liés à cette visite, à savoir que des coûts de 2800 $ seront assumés par les contribuables gatinois. Ce montant exclut toutefois les dépenses relatives à l'activité de financement organisée par Action Gatineau en soirée. 

Les conseillers Denis Tassé, Marc Carrière et Maxime Tremblay sont d'avis que les contribuables gatinois ne devraient pas avoir à débourser un sou pour cette visite qui, selon eux, n'a servi qu'à «mousser le maire et son parti». Le conseiller Tremblay affirme que la ligne entre la démocratie et la partisanerie a été brisée et suggère que le conseil interpelle le Directeur général des élections pour s'assurer qu'il n'y a pas eu ce qu'il qualifie de «bris de démocratie». Mme Goneau affirme encore chercher ce que Gatineau a retiré de bon de cette visite du maire Labeaume.

Pas question de demander des excuses, dit Pedneaud-Jobin

Les récriminations d'élus indépendants froissés par l'attitude du maire Régis Labeaume lors de sa visite à Gatineau, il y a deux semaines, sont loin d'émouvoir le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Interpellé à ce sujet par les médias, mercredi matin, le maire de Gatineau a indiqué qu'il n'avait «pas du tout» l'intention de demander à son homologue de Québec de présenter ses excuses. «Nous avons chacun notre interprétation, je n'ai pas de commentaire à faire là-dessus», a-t-il affirmé. Il a aussi indiqué qu'il n'avait «absolument pas» l'intention de demander à son parti de rembourser les dépenses publiques liées à la visite de M. Labeaume. «Nous avons fait les choses dans les règles de l'art, a-t-il rétorqué. C'était une belle visite. Il y a eu des messages positifs, c'était motivant pour les gens dans le domaine économique, c'était une visite très productive. Le reste, selon moi, c'est de la politique. Il y en a qui n'ont pas aimé certaines opinions du maire Labeaume, mais un politicien, ça exprime des opinions.»

Un «vaudeville», dit Labeaume

Au cabinet du maire de Québec, on a tourné en dérision la demande d'excuses des élus indépendants de Gatineau. «Mais quel vaudeville!», a lancé l'attaché de presse de Régis Labeaume, Paul-Christian Nolin lorsque questionné sur le reportage du Droit faisant état de la position de l'opposition au maire Maxime Pedneaud-Jobin. «Ça commence à sentir la récupération politique», a poursuivi le porte-parole du maire de Québec. «Après deux semaines, que les élus de l'opposition continuent de s'acharner sur cette visite nous laisse croire que les choses doivent plutôt bien aller à Gatineau s'ils n'ont rien d'autre à critiquer», a conclu M. Nolin.  Valérie Gaudreau - Le Soleil

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer