• Le Droit 
  • > Double meurtre à Ottawa: le fils accusé de meurtre prémédité 

Double meurtre à Ottawa: le fils accusé de meurtre prémédité

Cameron Rogers a affirmé avoir tué ses parents,... (PATRICK WOODBURY, Le Droit)

Agrandir

Cameron Rogers a affirmé avoir tué ses parents, Dave et Merrill. Leurs corps ont été découverts à l'arrière de leur résidence du 1614, avenue Apeldoorn, à Ottawa.

PATRICK WOODBURY, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Les cadavres d'un journaliste retraité et de sa conjointe ont été découverts lundi soir à Ottawa, après que leur fils, qui vivrait avec une déficience intellectuelle, ait appelé les policiers de Montréal pour avouer son crime.

Le suspect du meurtre de ses parents, Cameron... (Facebook) - image 1.0

Agrandir

Le suspect du meurtre de ses parents, Cameron Rogers, en 2014.

Facebook

Dave Rogers... (The Ottawa Citizen) - image 1.1

Agrandir

Dave Rogers

The Ottawa Citizen

Dave Rogers, 69 ans, et sa femme Merrill Rogers, 63 ans, ont été découverts sans vie derrière la remise de leur résidence du 1614, avenue Apeldoorn, dans le quartier Carleton Heights. Le père avait pris sa retraite du Ottawa Citizen en 2010.

Leur fils Cameron, 22 ans, aurait appelé le 911 lundi soir en disant avoir tué ses parents il y a deux semaines, à Ottawa. Il semble qu'il s'était rendu à Montréal en train, et qu'il errait dans les rues de la métropole depuis ce temps.

Le SPVM a contacté le Service de police d'Ottawa (SPO), qui s'est rendu à la résidence des Rogers pour faire la macabre découverte, peu après 22h. Le jeune homme a été transporté au centre des enquêtes du SPVM, où des agents d'Ottawa se sont rendus pour l'interroger, quelques heures plus tard.

Le SPO a confirmé mardi midi que Cameron Rogers était accusé des meurtres prémédités de ses parents, et qu'il avait comparu à Montréal. Le prévenu doit être amené au palais de justice d'Ottawa ce mercredi.

Selon le voisin immédiat des victimes, Ehab Zahook, le couple tentait d'offrir une éducation de qualité à son fils. «Cameron (le suspect) passait du temps avec une personne qui était, je crois, payée pour être avec lui. Je le voyais parfois dehors, seul à vélo, ou en train de jouer avec un ballon de soccer.» Selon M.Zahook, son jeune voisin avait une déficience intellectuelle.

Le voisin se souvient d'avoir vu le jeune homme à l'Halloween. «Il était déguisé, faisait des peurs aux enfants et donnait des bonbons, à sa porte.»

Selon M.Zahook, Cameron Rogers était solitaire et ne recevait pratiquement jamais d'amis chez lui.

Les Rogers étaient de fervents amateurs de jardinage. «Ils avaient une très belle cour arrière, dit-il. Je les voyais surtout au printemps et en été. Des gens très bien. C'est ce que j'ai compris en déménageant ici en 2012.»

Rafela Plastino, qui habite sur la même avenue depuis les années 1970, était sous le choc. «Oh Seigneur! Le monde est à l'envers. C'est un très beau voisinage. Pour moi, (les Rogers) étaient des gens bien.»

Mardi matin, le périmètre de sécurité du SPO était toujours érigé au 1615, Apeldoorn. Outre la présence policière réduite depuis la veille, on pouvait apercevoir qu'une vitre de la porte d'entrée était cassée. Il a été impossible de savoir s'il s'agissait d'un élément d'enquête ou de la trace laissée par le SPO en tentant d'entrer dans la résidence.

Selon le Citizen, un corps était recouvert d'une bâche et l'autre, dissimulé dans une valise.

Dans sa carrière de journaliste, M.Rogers a couvert la région d'Ottawa, dont certaines morts suspectes et saisies de drogue, et les élections dans la capitale. Il a aussi écrit sur le secteur de Chelsea, en Outaouais, où vit une importante communauté anglophone. Merrill Rogers est issue d'une famille de militaires.

Il s'agit des 18e et 19e meurtres de l'année à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer