NASCAR : on remet nos gants de boxe !

Ça brasse comme jamais en série canadienne de... (Joe Labrie)

Agrandir

Ça brasse comme jamais en série canadienne de NASCAR.

Joe Labrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Le petit monde de la série canadienne de NASCAR a rendez-vous dans l'Ouest canadien cette semaine. Au programme, deux courses à Saskatoon mercredi et une autre à Edmonton samedi.

Vous êtes prêts pour les rounds no 6, 7 et 8 du championnat ?

Car n'ayons pas peur des mots, ça brasse comme jamais en série Pinty's. Chaque course est devenue un véritable combat de boxe. Mais contrairement à la boxe, à peu près tous les coups sont permis.

À Mirabel, il y a trois semaines, un peu tout le monde a dénoncé le comportement en piste de Kevin Lacroix. Puis, à Toronto, Andrew Ranger fulminait contre Alex Tagliani, qui a mis fin à sa course au cinquième tour lorsqu'il a heurté sa voiture en tentant un dépassement.

À la suite de l'épreuve présentée dans les rues de la Ville-Reine, le propriétaire d'une voiture a mentionné : « C'est pas compliqué, cette série est devenue un vrai derby de démolition ! »

L'homme en question a exagéré un brin, on s'entend, mais il n'en reste pas moins que la série canadienne de NASCAR commence à mal paraître avec tous ces incidents à chacune des courses. Elle paraît mal et il est à se demander si ce n'est pas la raison première pourquoi le nombre de voitures est en chute libre.

On a beau dire, en effet, que l'économie n'est pas bonne et que le calendrier de la série Pinty's est exigeant, il n'en demeure pas moins, comme l'expliquait Andrew Ranger à Toronto, que ça brasse pour la peine en NASCAR et que ça en effraie probablement plus d'un.

« Ta voiture est rarement aussi belle à l'arrivée qu'au départ. Déjà que ça coûte cher, s'il faut que tu te mettes à dépenser des milliers de dollars en réparations toutes les semaines... », a-t-il dit.

Mais voilà, pourquoi ça brasse autant ? Parce que NASCAR le permet. Les pistes où se déroulent les épreuves sont devenues des cours de récréation. Ou des rings de boxe.

Ça se rentre dedans et les officiels sévissent rarement. NASCAR, on le sait, n'a rien contre les accrochages et les accidents parce que les gens aiment ça, parce que ça donne un bon show. Mais les accrochages et les accidents coûtent cher aux propriétaires de voitures. Et comme le disait Ranger, ça en décourage probablement certains. Peut-être qu'aux États-Unis, ça passe mieux, mais au Canada, où il y a moins d'argent disponible pour le sport automobile, c'est autre chose.

La série canadienne de NASCAR est une belle série. Elle est particulièrement compétitive, le niveau de pilotage est élevé et les médias s'intéressent de plus en plus à ses activités. Mais s'il n'y a plus de voitures, il n'y aura plus de série. Et ce serait vraiment dommage. 

Gens de NASCAR, le temps est venu de mettre vos pantalons. Il y a une série à sauver.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer