Les Inouk se laissent aller

Les Inouk jouent du bon hockey, mais peu... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Inouk jouent du bon hockey, mais peu de gens en sont témoins...

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / J'entends d'ici les plus farouches partisans des Inouk réagir en lisant le titre qui chapeaute cette chronique: «Bon, Tassé cherche encore des poux !».

Vrai que les Inouk viennent de connaître un week-end de trois victoires et que, à la mi-saison, ils montrent une fiche de 17 gains en 25 matchs, ce qui est très bon. Tout va être parfait, dans le fond, quand ils réussiront à venir à bout des gros clubs...

Les kids font leur travail. Il faut maintenant que le reste de l'organisation soit à niveau.

Vendredi dernier, ils étaient 491 dans les gradins. Un vendredi soir de la fin novembre (pas de septembre ou d'octobre alors que les gens ne sont pas encore dans l'ambiance) tandis que l'équipe joue du bon hockey, c'est très peu. Peut-être pas très peu pour la grande majorité des équipes de la Ligue de hockey junior AAA, mais très peu pour Granby, le plus gros marché du circuit.

Je n'étais pas au match de vendredi, mais je sais que les Inouk ont souvent gonflé leurs chiffres d'assistance cette saison. Quand ils annoncent 475 spectateurs et que des partisans viennent me voir sur la galerie de presse pour me dire qu'ils ont compté et qu'il n'y pas 300 personnes dans le building, y'a un problème...

Mais les foules à la baisse ne sont représentatives que du laisser-aller qu'il y a présentement au sein de l'organisation. Pas sur la glace ni parmi les hommes de hockey, on s'entend.

Lundi matin, je suis passé devant le centre sportif Léonard-Grondin. Et il y a ce panneau qui indique les matchs locaux à venir des Inouk. Lundi, ça affichait encore les matchs du... 16 octobre au 4 novembre.

Allô, y'a quelqu'un?

À l'intérieur, on cherche encore la bannière représentant le retrait du chandail d'Érik Longtin, qui a été honoré il y a un an. Ça manque un peu de respect envers le meilleur joueur de l'histoire de l'équipe.

On pourrait aussi parler de l'affichage aux couleurs des Inouk et du hockey à Granby qui n'est pas entretenu, du fait que l'organisation ne fait plus imprimer de calendriers promotionnels, qu'il ne se passe pas grand-chose sur la page Facebook de l'équipe, etc.

Il y a deux semaines, la dame qui s'occupe du marketing avait organisé une très belle cérémonie, une cérémonie touchante même, dans le cadre de la soirée des toutous. Mais elle semble seule pour tout faire.

Les Inouk, plus précisément leur «deuxième étage», se laissent aller. Et en bout de ligne, ce sont les joueurs qui en paient le prix. Ils méritent mieux que de jouer devant 1500 sièges vides.

Les Inouk demeurent l'équipe no 1 de la région. Mais leurs dirigeants font une grave erreur en tenant leurs partisans pour acquis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer