CHRONIQUE / Le goût de l'aréna

Les Inouk connaissent un départ intéressant, mais il... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Inouk connaissent un départ intéressant, mais il semble clair qu'ils ne seront pas seuls dans la course.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le printemps dernier, les Inouk, les Maroons et les Braves ont tous atteint la finale de leur circuit. À Granby, comme à Waterloo et à Farnham, les amateurs ont eu droit à du bon hockey d'un bout à l'autre de la saison.

Les feuilles tombent, l'Halloween s'en vient et il commence à faire frais. Bref, on commence, on commence à peine, à être dans une ambiance propice au hockey. Et tout d'un coup, personnellement, ça me tente d'aller à l'aréna.

La saison est encore jeune dans le junior AAA, dans le senior et dans le junior AA, mais on en a vu assez pour avoir une idée de ce à quoi on peut s'attendre des trois gros clubs de hockey de la région.

À Granby, les attentes envers les Inouk sont très élevées. Normal quand on sait que la grande majorité des joueurs qui se sont battus pour la coupe Napa la saison dernière sont de retour, un an d'expérience de plus au compteur.

Mais voilà, on se rend compte que les Inouk ne seront pas seuls dans la course. Les Cobras de Terrebonne (12-0) connaissent un incroyable début de saison alors que le Collège Français de Longueuil (12-1) n'a pas l'air parti pour s'en laisser imposer. Et il y a les Braves de Valleyfield (9-4-1), l'Arctic de Saint-Léonard (8-4) et les Panthères de Saint-Jérôme (8-5-1) qui sont solides.

Les Inouk possèdent d'excellents éléments en attaque et en défensive. À l'avant, on a l'impression que certains peuvent toutefois en donner plus. Avant qu'il ne s'en donne à coeur joie face aux Montagnards, Philip Sardinha, par exemple, ne connaissait pas la saison du tonnerre que tous lui prédisaient.

À l'opposé, levez le doigt ceux qui avaient prévu un tel départ pour Maxime Borduas, qui montre 19 points, dont 12 buts, en 12 matchs. Et surtout, qui avait prévu qu'il s'impose tel un grand leader lorsque la situation est corsée?

À l'heure où on se parle, c'est devant le filet que les Inouk semblent le plus vulnérables. À 19 ans, Nathan Ward-Raymond a eu sa part de difficultés depuis le début de la saison. Et on ne peut demander à Jimmy Lemay de prendre les choses en main à 17 ans.

Ward-Raymond, un bon garçon et un bon joueur d'équipe, a encore le temps de se reprendre. Mais il devra commencer à accumuler les bonnes performances.

Derrière le banc, Patrick Gosselin ne cesse de répéter qu'il apprend à connaître ses joueurs et la Ligue junior AAA. Nous aussi, on apprend à le connaître. Difficile de lui accorder une note pour son travail jusqu'ici, mais il n'en demeure pas moins que son équipe a une fiche intéressante (7-4-1).

Soulagement

Parlant d'entraîneurs, Michel Deschamps a dû pousser un grand soupir de soulagement, samedi soir, après que ses Maroons aient remporté leur première victoire de la saison. On parle de hockey senior ici et une quatrième défaite en autant de matchs aurait mis beaucoup de pression sur celui qui a mené les Waterlois au championnat de la Ligue des Cantons-de-l'Est en 2015 et à la finale de la Ligue de la Mauricie la saison dernière.

Les Maroons ont très certainement une meilleure équipe que leur fiche ne l'indique. La perte de Kevin Asselin semble toutefois faire mal au moral des troupes. Et lors de ses deux premiers matchs à domicile, le club (du moins les joueurs) n'avait effectivement pas l'air préparé.

Au hockey senior, chaque victoire compte et chaque défaite fait mal. Les joueurs sont payés et ça prend du monde dans les estrades. Chez les Maroons, toute la pression financière repose maintenant sur un seul homme, Daniel Roy, qui n'est pas millionnaire. Clairement, l'équipe devra faire mieux que de jouer pour une moyenne de ,250 au cours des prochaines semaines.

L'Estrie-Mauricie aux commandes

À Farnham, les choses vont bien pour les Braves (6-2-2), bien que Jean-Charles Lajoie ne soit pas à 100% satisfait. Et il faut applaudir l'honnêteté de l'homme quand il avoue que la Ligue Laurentides-Lanaudière est moins forte que la défunte Ligue Estrie-Mauricie.

La saison dernière, les Pétroles Courchesne de Nicolet en arrachaient dans la Ligue Estrie-Mauricie. Après 11 matchs, cet automne, ils comptent déjà sept victoires. Ça donne une idée. Et les Draveurs de Trois-Rivières, eux, n'ont pas encore perdu après 11 rencontres!

Au moins, la Ligue Laurentides-Lanaudière, elle, ne risque pas de tomber à tout moment.

N'en doutez pas, les Braves, qui ont encore beaucoup de talent, seront dans le coup jusqu'à la fin. Et ça va encore jouer du coude avec Trois-Rivières et Nicolet...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer