Canadien: ça sent bon, mais...

Carey Price devra rester en santé et être... (Paul Chiasson, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Carey Price devra rester en santé et être encore bon. Très bon.

Paul Chiasson, archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors, êtes-vous excités?

Oui, c'est jeudi soir que le Canadien entreprend sa nouvelle saison. Pour commencer, les Sabres représentent une petite équipe l'fun, pas trop dangereuse. On va partir ça en douceur.

Mais mercredi matin, un semblant de vent de panique a soufflé lorsqu'on a appris que Carey Price, toujours affaibli par un virus, ne sera pas du match d'ouverture. Car vous le savez, le Tricolore a démontré, la saison dernière, qu'il n'était rien, du moins pas grand-chose, sans son super gardien.

Mais prenons pour acquis que Price reviendra rapidement et qu'il sera là toute la saison. Et rappelons-nous que le Canadien a ajouté Alexander Radulov et Andrew Shaw à son attaque. Et pensons qu'Alex Galchenyuk continuera à progresser de façon magnifique. Et que Brendan Gallagher et Jeff Petry ne rateront pas encore une trentaine de matchs chacun.

Vu comme ça, avouez que ça augure plutôt bien.

Shea Weber? Il stabilisera la défensive, mais sera-t-il plus utile que P.K. Subban? Je suis de ceux qui pensent qu'il faudra voir.

Oui, je suis d'avis que le Canadien participera aux séries éliminatoires et connaîtra une saison intéressante. Mais je ne suis pas enthousiaste au point de leur prédire une campagne où tous les espoirs sont permis comme certains savants confrères le prétendent.

D'abord, les nouveaux venus sont somme toute nombreux et il faudra que tout ce beau monde forme un tout. Ce qui n'est jamais gagné d'avance. Et reste qu'il y a beaucoup de si. Comme dans si Radulov est bien disposé, si Weber s'impose comme il le devrait, si Andrei Markov a encore un peu de bon hockey dans le corps...

Mais surtout: si Price demeure en santé. Le Canadien s'est amélioré en mettant la main sur Al Montoya, qui sera un bon second, mais les succès de cette équipe reposent encore et avant tout sur les épaules du grand no31.

Et Price devra encore être bon, très bon. Le Canadien a une meilleure équipe, mais il ne sera pas encore une assez bonne équipe pour rivaliser avec les meilleures si son gardien n'est pas au sommet de sa forme.

Par ailleurs - et au risque de me faire lancer des tomates -, je ne suis pas encore prêt à dire que Price est le meilleur gardien au monde, ce qu'on entend 14 fois à la douzaine par les temps qui courent dans les médias. On pourra lui accorder le titre quand il aura mené son équipe à la Coupe Stanley. L'or olympique et la conquête de la Coupe du monde, avec une formation archi talentueuse devant lui, ne font pas de lui le meilleur de sa profession, selon moi. Et rappelons-nous qu'il y a un an et demi, il n'avait pas eu le dessus sur Ben Bishop, du Lightning, en séries éliminatoires.

Une dernière question: usé, Michel Therrien prendra-t-il les bonnes décisions lorsque les choses seront plus difficiles au cours des prochains mois? Le succès d'une équipe passe aussi par la performance de son entraîneur.

Si vous êtes un vrai de vrai partisan du Canadien, bref, ça sent bon et vous avez raison d'être optimiste. Mais il y a des si. Bon nombre de si.

«Les succès des Blue Jays sont bons pour... (Mark Blinch, La Presse canadienne) - image 2.0

Agrandir

«Les succès des Blue Jays sont bons pour le baseball à la grandeur du pays.»

Mark Blinch, La Presse canadienne

Merci aux Jays!

Si, un jour, le baseball majeur revient à Montréal, il faudra dire un gros merci aux Blue Jays de Toronto.

Le week-end dernier, je participais au traditionnel tournoi de baseball-poches tenu lors de l'Action de grâces dans ma belle-famille. Et normalement, les cousins, les cousines, les mononcles et les matantes me parlent de la prochaine saison du Canadien. Mais cette fois, ce sont des succès des Jays qu'ils me parlaient absolument tous.

Depuis le départ des Expos, les Jays sont notre lien le plus proche avec le baseball majeur. Et ils savent entretenir notre passion pour la balle. En venant jouer des matchs préparatoires à Montréal, en embauchant le Québécois Russell Martin, en étant une équipe qui donne un sapré bon show, tout simplement.

Les Expos ont quitté à la fin de la saison 2004. Et si vous avez moins de 25 ans, nos Z'Amours, ça ne vous dit pas grand-chose... Le baseball, pour vous, ce sont les Jays, devenus l'équipe du Canada.

Les succès des Blue Jays sont bons pour le baseball à la grandeur du pays. À Montréal et au Québec, présentement, il y a 100 fois plus d'intérêt pour la balle que lors des dernières années des Expos. Et c'est grâce au club de Toronto.

Maintenant, il faut que le projet du retour du baseball à Montréal commence à avancer, à véritablement prendre forme. Quand est-ce qu'un plan pour un nouveau stade sera déposé? Quand??? Car voilà, on est rendu là.

En attendant, on va continuer à suivre les Jays, qui devraient venir à bout des Indians de Cleveland lors de la série de championnat de la Ligue américaine. Tout va bien aller jusqu'à tant qu'ils affrontent les très, très, très puissants Cubs de Chicago, qui remporteront leur première Série mondiale depuis 1908.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer