L'Autodrome Granby perd un grand sage

Serge Saint-Sauveur (à gauche) en compagnie de son... (Daniel Mailhot)

Agrandir

Serge Saint-Sauveur (à gauche) en compagnie de son ami Dave Paryzo, avec lequel il était impliqué dans le Mémorial de la terre battue.

Daniel Mailhot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le petit monde de l'Autodrome Granby et du stock-car sur terre battue en général est en deuil à la suite du décès de Serge Saint-Sauveur. L'homme nous a quittés vendredi à l'âge de 71 ans des suites d'une longue maladie.

Propriétaire de la voiture de Denis Ruel de 1978 à 1984 en classe récent modèle, M. Saint-Sauveur a ensuite été copropriétaire de l'Autodrome de 1985 à 2008 en compagnie de son frère Normand, René Pelletier et feu Bob Gatien. Il a toujours été perçu comme le sage du groupe, celui qui calmait les esprits quand ça brassait, celui qui arrivait toujours avec le bon compromis qui faisait l'affaire de tout le monde. Il travaillait toujours dans l'ombre et c'est pourquoi il n'a jamais défrayé les manchettes.

Depuis 2014, il était impliqué dans le Mémorial de la terre battue, qui rend hommage à ceux qui ont fait l'histoire du stock-car sur la terre. Il était très heureux lorsque son ami Dave Paryzo, qui a initié le projet avec Anthony Marcotte, a fait appel à ses services.

Copropriétaire et promoteur de l'Autodrome, Dominic Lussier a rendu un bel hommage à Serge Saint-Sauveur.

« Serge n'était pas rendu à prendre sa retraite lorsque son groupe a vendu l'Autodrome, a-t-il commencé par dire. Et quand je suis arrivé dans le décor, en 2010, il m'a énormément aidé. Si vous saviez comment il m'a appris des choses au sujet de l'Autodrome et sur le stock-car sur terre battue en général. Jusqu'à tout récemment, on se parlait encore trois à quatre fois par semaine. C'était un passionné de courses et un connaisseur, mais c'était d'abord et avant tout un être humain exceptionnel. Son but était toujours que tout le monde soit heureux autour de lui. Il va nous manquer énormément... »

M. Saint-Sauveur a assisté à son dernier programme de courses il y a deux semaines. J'étais assis à côté de lui sur la galerie de presse. Il n'avait pas l'air en grande forme, mais il avait quand même cette étincelle dans les yeux en regardant son sport préféré.

C'était alors soir d'ouverture à l'Autodrome et j'étais pas mal occupé. Trop pour jaser comme il faut avec lui. Mais on a quand même échangé et on a ri. À la fin de la soirée, je me suis excusé et je lui ai dit qu'on allait se jaser davantage la prochaine fois.

Il n'y aura pas eu de prochaine fois.

Salutations, Monsieur Serge.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer