La page du Kid

Une belle acquisition que celle de Marc Hurtubise,... (Danny Gélinas)

Agrandir

Une belle acquisition que celle de Marc Hurtubise, maintenant directeur des opérations golf et professionnel en titre du parcours du Vieux Village.

Danny Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
danny gelinas chronique du kid
Danny Gélinas
La Voix de l'Est

Marc Hurtubise: un vrai «pro de club »

Lorsque j'ai appris que le parcours du Vieux Village venait de faire signer un contrat à un professionnel de golf du nom de Marc Hurtubise, j'ai tout de suite pensé qu'il venait de mettre la main sur l'ex-hockeyeur des Remparts de Québec répondant au même nom. 

Toutefois, le monde du sport étant un bien petit monde, sachez qu'il existe en effet un lien de parenté entre celui qui a également porté les couleurs des Foreurs de Val D'Or et son homonyme : le premier étant le fils du cousin du second !

Ceci étant dit, c'est avec joie que j'appréhendais ma première rencontre avec celui qui agissait auparavant comme professionnel en titre au club de Chambly, car lors de notre conversation initiale, deux minutes seulement après les traditionnels « bonjours », nous en étions déjà aux familiarités, le tout s'étant déroulé sous le signe de l'humour... 

Bref, le ton était donné... nous avions par le fait même convenu de jouer une ronde ensemble, chose qui s'est produite en fin d'après-midi, vendredi dernier.

Et pour tout vous dire, une vraie belle chimie s'est installée dès le départ entre lui et moi, d'autant plus que nous avons plusieurs amis en commun tant dans le monde du golf que du hockey. 

Le fruit du hasard 

« Après avoir appris le golf à Napierville et après avoir été professionnel en titre au club St-Jean Baptiste de Rouville de 2000 à 2003, on m'a proposé les mêmes fonctions au Club privé  de Chambly la saison suivante et j'y suis resté pendant 12 ans. Mon travail là-bas consistait surtout à jouer avec les membres, à donner des leçons ainsi qu'à représenter le club lors des nombreuses compétitions ». 

« De plus, étant donné qu'au Québec, on ne peut jouer au golf que six ou sept mois par année, je travaillais l'hiver pour l'entreprise de mon frère, spécialisée dans le domaine de l'automobile », de relater l'homme âgé de 53 ans qui a combattu avec succès un cancer des amygdales au début de la dernière décennie. 

« Puis, l'automne dernier, je reçois en pleine semaine, un appel de mon ami Roger Fortin (l'un des propriétaires du parcours du Vieux Village) que je connais depuis une trentaine d'années. Connaissant mon réseau de contacts dans le monde du golf, il me demande : « Écoute, Patrice (Fredette, l'ancien DG du parcours) vient de nous quitter. J'aimerais savoir si tu pouvais m'aider à trouver quelqu'un qui pourrait le remplacer ? »

« Je lui ai répondu : ''non seulement je vais t'aider à trouver quelqu'un, mais moi, ça pourrait m'intéresser ! '' Il a rétorqué : ''Écoute, je n'aurais jamais cru que tu pouvais avoir de l'intérêt. On y pense chacun de notre côté, et on se rappelle, mais il faut que le dossier soit réglé samedi, au plus tard ! ''»

« En ce qui me concerne, bien que j'ai toujours été bien traité par la famille Maclean au club Chambly, la perspective d'avoir à nouveau la chance d'être un pro de club  m'intéressait au plus haut point. Mais ce qui a vraiment penché dans la balance, c'est qu'après en avoir parlé avec ma femme, elle me lâcha tout de go : '' Qu'est-ce que tu attends ? C'est le genre d'emploi que tu as toujours voulu !  Sois sans crainte et vas-y ! '' », de poursuivre celui qui a déjà participé à trois tournois de la PGA au début des années 90 (Le New England Open, le Hartford Open et le Doral Open).

Toutefois, avant d'apposer son nom au bas d'un contrat dans le but d'officialiser l'entente entre les deux partis, Hurtubise avait deux demandes : « De un, je voulais devenir l'unique opérateur de la boutique du pro et de deux, je voulais mettre sur pied une académie de golf. »

Donc, une fois ces deux conditions acceptées tout comme les clauses salariales, Marc Hurtubise ainsi que la famille Fortin se sont entendus sur un contrat d'un an. 

Mais pourquoi un pacte d'une seule saison alors que la plupart des professionnels du Québec n'ayant même pas aussi une bonne réputation que celle d'Hurtubise, y vont généralement pour des contrats de trois à cinq ans ? 

« La raison en est bien simple. Premièrement, je voulais avoir un contrat de courte durée afin de pouvoir m'en libérer si jamais je n'aimais pas l'ambiance au Vieux Village ce qui est loin d'être le cas jusqu'à maintenant : les gens sont tellement gentils !  Et deuxièmement, si je fais du bon travail, Roger (Fortin, l'un des propriétaires) va être obligé de délier les cordons de sa bourse » devait-il conclure mi-sérieux, mi-blagueur.

Mais le moins que l'on puisse dire, c'est qu'après avoir passé l'après-midi en sa compagnie, on constate immédiatement que Marc Hurtubise et les gens du parcours du Vieux Village sont voués à une très longue relation...

Les conditions de jeu sont excellentes au parcours... (Danny Gélinas) - image 2.0

Agrandir

Les conditions de jeu sont excellentes au parcours du Vieux Village en ce début de saison de golf.

Danny Gélinas

On en jase autour d'un bon cigare

Tout en profitant d'une ronde très agréable avec Marc, je ne pus que constater à quel point les conditions de jeu sont excellentes au parcours du  Vieux Village,  et ce, des tertres de départ jusqu'aux verts. Un beau petit bijou qui rappelons-le est situé à moins de 15 minutes du centre-ville de Granby...

*****

Il y a quelques semaines, je vous ai parlé de la partie parfaite du quilleur Samuel Coderre, un jeune prodige de St-Joachim-de-Shefford. 

Cependant, sachez qu'il n'y a pas que « Sam » qui possède l'exclusivité du talent dans cette famille puisque sa maman Nancy Gariépy ainsi que son jeune frère Maxime viennent de décrocher récemment la deuxième position lors du Tournoi « King of the Hill ».

À noter que cette compétition qui s'est déroulée sur les allées du Quillorama, regroupait des as-quilleurs provenant des quatre coins de la province et aura permis à ce duo mère-fils de ramener à la maison la coquette somme de 1200 dollars. Toutes nos félicitations !

Un peu d'humour

Ma belle-mère prépare une sortie au zoo : que les lions se méfient...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer