La page du Kid

J'ai été très heureux d'apprendre que mon ami... (tirée d'Internet)

Agrandir

J'ai été très heureux d'apprendre que mon ami Alain Vigneault venait de signer une prolongation de deux ans avec les Rangers de New York... mais vous verrez qu'il y a un début à cette histoire...

tirée d'Internet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
danny gelinas chronique du kid
Danny Gélinas
Le Nouvelliste

Alain Vigneault: un pas en arrière pour mieux avancer !

Le merveilleux monde du hockey regorge de bonnes histoires. 

Permettez-moi de vous en raconter une, d'autant plus qu'elle concerne mon bon ami Alain Vigneault, qui vient de parapher une prolongation de contrat de deux saisons avec les Rangers de New York. 

Cette situation me réjouit au plus haut point compte tenu du fait qu'ayant été un de ses proches collaborateurs - je l'ai côtoyé tant avec les Sénateurs d'Ottawa que chez le défunt Rocket de Montréal -, je suis bien au fait de son cheminement. 

Étant tout un meneur d'hommes en plus d'être l'un des individus les plus sympathiques avec lesquels j'ai travaillé tout au long de mon parcours chez les pros, « Vigne » avait pourtant fait un « gros » pas en arrière au début des années 2000, à la suite de son congédiement par le Canadien. Un recul qui l'aura plus tard aidé à obtenir une seconde chance derrière le banc d'une équipe de la LNH.

Je me souviens de notre quatrième saison d'existence avec le Rocket, au cours de laquelle, bien que nous disposions d'une bonne banque de « prospects », notre groupe d'entraîneurs - avec Gilbert Delorme en tête - avait eu certaines difficultés à les faire progresser.

Il devenait de plus en plus évident qu'un changement derrière le banc s'imposait, même si nous, membres de l'état-major, désirions l'éviter puisque chacun d'entre nous adorions cet homme gentil, honnête, respectueux et travaillant qu'était et est toujours Gilbert.

Toutefois, un peu avant la période des Fêtes, nous avons dû nous faire à l'idée que nous devions agir et vite, car nos chances de participer aux séries étaient de plus en plus compromises. En ce qui me concerne, j'avais dans le haut de ma liste les candidatures de Judes Vallée et d'André Tourigny, mais c'était avant une rencontre tout à fait inattendue qui allait radicalement changer le cours des choses. 

La semaine suivante, j'avais croisé par hasard dans un supermarché Raymond Bolduc, alors directeur des opérations hockey de la LHJMQ. Après nous être mutuellement salués, M. Bolduc me souffla à l'oreille :

« J'ai du mal à comprendre ce qui se passe avec vous autres (le Rocket). C'est sûr que vous devriez gagner plus souvent, surtout avec le club que vous avez sur la glace. Vous êtes rapides, pis vous avez beaucoup plus de talent que ce que vous nous démontrez ! »

Il poursuivit :

« En tout cas si jamais Serge Jr. Savard, le DG et copropriétaire de notre équipe, veut faire des changements derrière le banc, dis-lui que Vigneault est disponible », me dit-il, sachant fort bien que cela devenait imminent, en homme de hockey d'expérience qu'il était.

Petite note : les lecteurs avertis se demanderont sans doute la raison pour laquelle un homme de la trempe de Raymond Bolduc pouvait connaître si bien la situation personnelle d'Alain Vigneault. C'est que voyez-vous, lorsqu'Alain était l'entraîneur-chef des Olympiques de Hull (LHJMQ) à la fin des années 80, l'adjoint au dépisteur-chef du club avait pour nom Raymond Bolduc. Quelques saisons plus tard, Alain était devenu l'entraîneur-chef des défunts Harfangs de Beauport, qui eux avaient comme directeur général un certain... Raymond- Bolduc ! Depuis une trentaine d'années, ces deux-là conversent toujours plusieurs fois par semaine, et ce malgré l'éloignement. 

Après cette conversation, j'avais saisi le téléphone afin de rejoindre Serge Jr dans le but de lui signifier qu'Alain était bel et bien disponible. Le lendemain midi, il me retourna l'appel en me disant :

« Maudit que t'es bien tombé mon Danny, car Gary - Connelly, notre directeur administratif de l'époque - vient de me croiser en arrivant au bureau. T'as raison parce que Vigneault est justement passé à l'émission de Ron Fournier hier soir pis il n'a vraiment pas de job. Penses-tu qu'il viendrait avec nous autres ? »

Je lui répondis :

« J'ai parlé avec Raymond Bolduc hier soir pis il me dit que "Vigne" n'a vraiment rien depuis septembre. Il serait parfait avec nous autres (le Rocket) et ça lui permettrait aussi de relancer sa carrière. Si tu veux son numéro à Gatineau, je l'ai. (...) »

C'est ainsi que quelques minutes plus tard, les négociations étaient enclenchées, elles qui allaient se terminer sur l'heure du souper avec l'annonce le lendemain du congédiement de Gilbert Delorme, suivie de celle de l'embauche d'Alain Vigneault. 

On connaît la suite... D'autant plus que mardi dernier, il signait sa 600e victoire comme entraîneur dans la LNH...

Bravo au jeune Louis Blanchette des Cougars de... (Pierrette Godin) - image 2.0

Agrandir

Bravo au jeune Louis Blanchette des Cougars de Granby, qui a récemment été nommé au sein de l'équipe d'étoiles du Tournoi novice de Sherbrooke.

Pierrette Godin

On en jase autour d'un bon cigare

En ce qui me concerne, une seule scène peut vraiment décrire le dernier match du Super Bowl, soit lorsqu'à quelques minutes de la fin, le propriétaire des Falcons en compagnie de sa conjointe ont décidé de quitter leur loge, fiers comme des paons, pour se rendre aux abords du terrain afin de célébrer leur victoire qui, selon eux, était imminente...

Mais non, Belichick et Brady en ont toutefois décidé autrement...

Cependant, une statistique a notamment retenu mon attention et elle aide assurément à comprendre la remontée historique des Patriots : peu importe le match, que ce soit en saison ou en série, une équipe gagne généralement lorsque sa défensive est d'office sur le terrain pour 65 jeux en moyenne. Dimanche dernier, celle des Falcons l'a été pour 93 jeux... Il n'est donc guère surprenant de constater qu'il leur manquait quelque peu d'essence dans le réservoir, pour employer une expression bien de chez nous... 

*****

Le jeune Louis Blanchette, valeureux attaquant des Cougars de Granby, a récemment eu l'agréable surprise d'être nommé au sein de l'équipe d'étoiles du Tournoi novice de Sherbrooke. 

On me dit que lors de la présentation des joueurs, sa grand-maman, la charmante Pierrette Godin, aurait eu une petite larme à l'oeil...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer