Le Canadien en séries malgré des points d'interrogation

La saison du Canadien: tout est lié à... (Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

La saison du Canadien: tout est lié à Carey Price!

Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
danny gelinas chronique du kid
Danny Gélinas
La Voix de l'Est

(Granby) Du temps où il était directeur général du Canadien, mon vieil ami Pierre Gauthier répétait à qui voulait bien l'entendre que l'objectif de la formation était toujours de se hisser au sein du premier tiers des équipes de la Ligue nationale.

Puisque la saison débute, permettez-moi de me laisser aller au petit jeu des prédictions afin de savoir si le successeur de Pierre, Marc Bergevin, peut enfin espérer voir nos Glorieux arriver à cette terre promise.

Bien entendu, cette chronique se voudra davantage une analyse de la formation telle qu'elle l'est aujourd'hui qu'une vision de ce à quoi pourrait ressembler le classement général au mois d'avril.

Dans mon esprit, il n'y a aucun doute: le Canadien sera des séries, mais il faudrait vraiment que les «planètes soient alignées» pour espérer les voir dans le top-3 du classement de sa conférence.

Pourquoi? Parce que tout simplement, je pense qu'il y a trop de points d'interrogation au sein de son alignement pour prétendre qu'ils sont soudainement devenus une équipe de premier plan.

Quant à savoir les raisons qui motivent mon propos, les voici:

Premièrement, certes le CH possède le meilleur gardien du circuit en Carey Price. Mais s'il fallait qu'il se blesse à nouveau (une blessure aux genoux laisse toujours des séquelles...), peut-on espérer gagner un grand nombre de matchs sans lui? Souvenons-nous du post mortem de la dernière saison: n'avait-on pas attribué la déchéance de l'équipe presque exclusivement à l'absence de son gardien étoile? Entre vous et moi, si Price se blessait encore une fois de façon sérieuse, pensez-vous un seul instant qu'Al Montoya serait prêt à assumer la relève sur une aussi longue période? Poser la question, c'est y répondre...

À la ligne bleue - vous conviendrez que je me suis déjà largement prononcé sur le sujet... -, la venue de Shea Weber viendra combler bien des lacunes et là, je ne parle pas uniquement de son leadership en dehors de la glace. Il amènera un élément de robustesse qui manquait vraiment au CH, formation qui ne comptait sur aucun défenseur dur et intimidant, le tout jumelé à un joueur de pointe qui, lui, lance TOUJOURS sur le filet, contrairement à un autre que nous avons déjà connu. Et en plus, Weber est un défenseur droitier, réputé pour prendre de bonnes décisions avec ou sans la rondelle. Que peut-on demander de plus?

Autre fait à mentionner, comme la robustesse se trouve du côté droit de la défensive (avec Weber et Pateryn), plusieurs attaquants adverses refuseront de payer le prix et devront se rabattre sur son côté gauche. Cela viendra d'autant plus aider grandement Carey Price qui, de ce fait, devrait recevoir bon nombre de lancers «à angle» en ligne avec son poteau gauche. Quand on sait que Price ne laisse pratiquement jamais passer de rondelle de son côté rapproché grâce à son excellente mitaine, voilà qui est de bon augure...

Pour le reste, il est vrai que Markov vieillit, mais il peut toujours bien se tirer d'affaire comme troisième défenseur, ce qui laisse ici un trou béant au poste de second. À vrai dire, les véritables points d'interrogation constituent les performances qu'offriront Nathan Beaulieu, Jeff Petry et Alexei Emelin. Si les deux premiers se doivent absolument de connaître une grosse saison s'ils veulent consolider leurs places au sein du top-4, Emelin à mon avis, une fois jumelé à un bon espoir ou è un choix au repêchage, pourrait servir de monnaie d'échange en vue d'aller chercher un attaquant pouvant évoluer au sein des deux premiers trios.

Parlant de l'attaque, c'est justement selon moi le talon d'Achille du Canadien. On a beau sous-estimer le véritable talent d'Alex Galchenyuk (j'en prendrais des tonnes comme lui!), le vrai problème tient au fait que l'on en surestime d'autres.

Je peux me tromper, mais des ailiers comme Gallagher et Shaw (deux copies conformes) doivent évoluer sur les troisièmes trios de leur équipe si celles-ci espèrent remporter la Coupe et non pas sur les deux premiers. Même chose au centre en ce qui concerne Tomas Plekanec.

Considérons qu'outre Galchenyuk, Max Pacioretty, les nouveaux venus Alexander Radulov et Artturi Lehkonen doivent se retrouver au sein du top-6. Il reste deux places à combler au sein de celui-ci. Certes, Gallacher et Plekanec vont s'y trouver une niche, mais à défaut de n'avoir rien d'autre au sein de l'alignement.

Mais pour parler franchement, quand on jette un coup d'oeil à la formation, on y constate que celle-ci regroupe beaucoup trop de joueurs de troisième et de quatrièmes trios.

Dans le hockey d'aujourd'hui, si tu veux espérer gagner, tu te dois de compter des buts. Ce n'est pas pour rien que Pittsburgh, Chicago et Los Angeles ont tour à tour remporté la coupe Stanley au cours des dernières années: leurs dirigeants y avaient construit de superbes machines offensives!

Bref, allons-y avec la traditionnelle prédiction: si Price demeure en santé, oui, le Canadien sera une équipe du premier tiers, devrait terminer au cinquième rang de sa conférence et faire au moins une ronde en séries.

Au plaisir de s'en reparler à la fin avril!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer