La page du Kid

Selon son proprio Stéphane Morin, le golf Le... (Danny Gélinas)

Agrandir

Selon son proprio Stéphane Morin, le golf Le Rocher est le meilleur rapport qualité/prix de la région.

Danny Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danny Gélinas
La Voix de l'Est

La meilleure saison au Rocher en 13 ans!

Le professionnel du Club de golf Les Cèdres,... (Fournie) - image 1.0

Agrandir

Le professionnel du Club de golf Les Cèdres, François Bernard (à gauche), a bien aimé sa rencontre avec la jeune sensation Brooke Henderson.

Fournie

J'ai foulé pour la première fois le Club de golf Le Rocher de Roxton Pond il y a de cela 14 ans. J'y avais été d'ailleurs invité par deux amis, Simon Desautels («Monsieur Hockey» à Saint-Hyacinthe) et Frédéric Delage (bien connu sur la scène régionale du soccer), qui aimaient bien jadis arpenter chacun des différents terrains de la région pendant la période estivale.

Dès lors, je suis tombé en amour avec ce 18 trous tout comme avec son staff. Du comité de direction (le proprio Stéphane Morin et son épouse Chantal, accompagné par Martin Ducharme, directeur général à l'époque) aux gens de la boutique (Denis Galipeau, Gilles Hamelin, Ernest Parizeau et cie se reconnaîtront sans doute), en passant par les employés besognant sur le terrain (Véronique Bachand, une jeune dame formidable, et toute son équipe), j'y ai toujours été très bien accueilli. Depuis, à chacune de mes visites, je m'y sens vraiment comme chez moi.

Et que dire du parcours comme tel, qui présente d'année en année des conditions parfaites, des tertres de départ aux verts, ce qui est tout à l'honneur du travail effectué par Véro et son groupe.

«Sans prétention, je crois sincèrement que notre terrain, c'est un véritable trésor caché. En ce qui me concerne, on offre le meilleur rapport qualité/prix de la région, car non seulement nos prix sont abordables, mais on est assurés que le terrain sera toujours beau grâce aux bons efforts de Véronique et de sa gang. Cette fille-là, on se compte vraiment chanceux de l'avoir parmi nous. Elle est ici depuis tellement d'années, qu'elle fait partie des meubles! Elle est excellente dans le travail qu'elle fait tout en étant passionnée en plus d'être très professionnelle. Elle a seulement un patron et c'est moi, donc l'entente ne peut être meilleure!», de déclarer d'entrée de jeu Stéphane Morin, qui a pris la relève de son père Léopold, décédé au milieu des années 2000.

Les rumeurs de vente, suite et fin

Par contre, ce que certains retiendront du club Le Rocher depuis les dernières années, ce seront les nombreuses rumeurs qui ont couru en ville en ce qui a trait à la possible vente de ce joyau. «Si je vous disais que je n'ai pas testé le marché, je serais menteur. Mais comme nous ne voulons pas le vendre à tout prix, nous ne le donnerons pas non plus. Je peux d'ores et déjà vous affirmer que quatre ou cinq groupes se sont montrés intéressés, mais s'il y avait vente, elle se ferait assurément en fonction de la valeur de nos actifs. Pour l'instant, on est loin d'en être rendus là!», de poursuivre Morin.

Un été record

Et lorsque l'on s'entretient plus longuement avec l'homme d'affaires de 48 ans, on comprend pourquoi la vente de son club n'est pas aussi imminente que certains pourraient le prétendre. «Peu importe le club au Québec, on constate que le membership est à la baisse, ce qui fait que depuis deux ou trois ans, on travaille de plus en plus à attirer une clientèle corporative en mettant en vente des livrets de 10 ou 20 parties (avec voiturettes ou non) qui, elles, sont transférables. Dans notre cas, il y a eu aussi la mise sur le marché de coupons internet que les gens peuvent retrouver sur des sites comme Groupon et Tuango. Cela nous a vraiment apporté une clientèle nouvelle tant et si bien que pour la saison 2016 seulement, nous en avons vendu entre 4000 et 5000 et ce n'est pas fini...», d'ajouter fièrement ce père de deux enfants.

«On ne se fera pas de cachettes: avec 30 terrains ouverts pour une population d'environ 80 000 habitants, les golfeurs de notre région ont l'embarras du choix. Il nous faut donc innover! Dans notre cas, je n'ai pas peur de vous dire que l'achat en ligne est venu sauver la mise, si bien que cette année, il devrait se jouer chez nous un total d'environ 40 000 rondes de golf, ce qui nous donnerait notre meilleure saison en 13 ans!», a-t-il conclu, non sans fierté.

Décès de Bob Bissonnette : 35 ans, c'est... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Décès de Bob Bissonnette : 35 ans, c'est trop jeune pour mourir.

Archives La Voix de l'Est

J'ai été très attristé - pour ne pas dire ébranlé - lorsque j'ai appris le week-end dernier le décès du chanteur Bob Bissonnette, aussi connu dans le milieu du hockey sous son vrai nom, Roberto Bissonnette.

Je me souviens de lui comme étant tout un joueur d'équipe qui, surtout, ne ménageait aucun effort pour gagner. Alors que j'étais l'adjoint de Serge Savard Jr. avec le défunt Rocket de Montréal (LHJMQ) à la fin des années 90, nous étions venus bien près d'obtenir ce leader charismatique lors du repêchage d'expansion menant à notre entrée en scène.

Toutefois, ce fin renard qu'est Charlie Henry, alors DG des Olympiques de Hull, réalisant sa bourde de l'avoir laissé sans protection, nous troqua des choix au repêchage en échange de la non-sélection de Roberto et de son coéquipier Daniel Clermont. Bref, que de souvenirs...

Inutile de vous mentionner que j'offre mes sincères condoléances à sa famille ainsi qu'à ses nombreux amis... Mais entre vous et moi, 35 ans, c'est trop jeune pour mourir, n'est-ce pas?

***

Un autre de mes amis, Pierre Bertrand, du Club de chasse et pêche de Farnham, me prie de vous rappeler que l'Association des chasseurs et pêcheurs de l'Estrie, mieux connue sous l'acronyme de l'ACPE, convoque tous ses membres en règle à son assemblée générale annuelle, qui aura lieu ce jeudi 15 septembre 19 heures à l'Érablière Bernard (1268, rue Denison Ouest à Granby).

En plus de la formation d'un nouveau conseil d'administration, la situation financière de l'organisme sera également l'un des nombreux sujets à l'ordre du jour. C'est donc un rendez-vous!

***

Finalement, félicitations au vénérable Robert «Bob» Bergeron qui, il y a quelques jours, a joué des rondes consécutives de 68, 65 et 64 sur le parcours Yamaska du Club Granby St-Paul. Âgé de 68 ans, plusieurs le comparent au bon vin, plus il vieillit, plus il s'améliore...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer