La page du Kid

L'intérieur du T-Mobile Arena est majestueux, mais où... (Carol Groleau)

Agrandir

L'intérieur du T-Mobile Arena est majestueux, mais où sont les places de stationnement ?

Carol Groleau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danny Gélinas
La Voix de l'Est

De l'engouement pour le hockey à Vegas, vraiment?

J'ai fêté la fin de l'année scolaire à Las Vegas en compagnie de ma conjointe et de nos fidèles complices que sont le photographe Carol Groleau et son épouse Guylaine Beauchamp, nouvellement retraitée de Bell Canada.

Avant de partir, j'ai demandé à un homme de hockey originaire du Québec qui demeure maintenant dans le Nevada de m'organiser une rencontre avec des gens associés de près à l'organisation de la nouvelle équipe de Las Vegas, ne serait-ce que pour les bienfaits de cette chronique.

En fait, je voulais surtout vérifier l'engouement de la population environnante par rapport à la venue d'une telle formation. De plus, j'en ai profité pour effectuer une courte visite au tout nouveau T-Mobile Arena, amphithéâtre qui servira de domicile à l'équipe qui pourrait porter le nom «Black Knights».

À vrai dire, la véritable question à laquelle je voulais trouver une réponse lors de cette visite était la suivante: sur un plan strictement sportif, pourquoi Las Vegas a-t-elle été préférée à Québec? Superbe aréna, pas de stationnement!

Tout d'abord, mentionnons que j'ai été estomaqué par le complexe comme tel. J'ai pu constater à quel point cet aréna allait répondre - à l'intérieur du moins - adéquatement aux nouveaux standards des années 2010 émis par la LNH.

Ayant la forme d'un grand cylindre duquel on aurait allongé les bouts, il est tout simplement magnifique. Avec ses loges corporatives, ses sièges luxueux et son architecture des plus modernes, il fait penser quelque peu au Amalie Arena de Tampa Bay en ce sens que peu importe le siège choisi, vous êtes près de l'action.

Par contre, l'un de ses grands désavantages constitue assurément son emplacement. Situé derrière les hôtels Monte Carlo, New York New York et adjacent au Aria, le stationnement y est presque inexistant si ce n'est qu'un grand espace au-devant qui contient entre 2500 et 3000 places. Les retardataires aux différents événements devront assurément se rabattre sur plusieurs parcs improvisés dont certains se retrouvent à plus d'un demi-kilomètre des lieux et il en coûte au-delà de 40$ par véhicule pour s'y stationner. Toutefois, on me dit que certains grands hôtels se préparent à conclure des ententes avec les autorités de l'amphithéâtre afin d'éviter ce chaos. Aucune mention nulle part...

En ce qui concerne l'engouement comme tel, je me serais attendu à voir des banderoles un peu partout en ville, des publicités dans les journaux, à la télé et à la radio annonçant la venue de l'équipe. Mais non... Rien, niet, zéro comme dans Ouellet, mis à part une brève annonce sur le tableau électronique installé en bordure de l'aréna!

Toutefois, c'est lorsque ma visite s'est terminée que j'ai eu ma réponse. En sortant de l'édifice, on m'a présenté un septuagénaire du nom d'Arthur Walker, qui, me dit-on, est une véritable encyclopédie du sport à Las Vegas.

Selon ce fidèle partisan des Rebels de l'UNLV (University of Nevada in Las Vegas) et des 51's, équipe de baseball AAA, «Las Vegas une ville de happening dans le sens où ce sont les grands événements présentés occasionnellement qui vont attirer les foules». Il pensait aux combats de boxe, au UFC, au NASCAR, etc.

«Quand j'ai entendu les premières rumeurs voulant qu'un club de la LNH s'en vienne ici, m'a-t-il dit, j'ai tout de suite pensé qu'il s'agit d'un premier pas vers quelque chose de plus gros. Parce qu'à mon avis, si une ville veut accueillir les quatre sports majeurs (football, basketball, baseball et hockey), elle se doit de commencer par obtenir une première concession. Et le hockey était sans doute le plus facile à obtenir des quatre.»

«Est-ce qu'il y a assez de fans ici à Vegas? Je le crois, a-t-il continué. Est-ce qu'ils seront en grand nombre pour suivre l'équipe soir après soir? J'en doute, mais disons qu'il est trop tôt pour te donner une réponse définitive. Par contre, je suis certain d'une chose: le promoteur Bill Foley - propriétaires de l'équipe - et son groupe sont immensément riches et l'équipe pour eux, ce n'est qu'un grain de sable dans le désert et un premier pas dans le but d'obtenir autre chose. On dit qu'il est déjà en pourparlers avec les propriétaires des Chargers de San Diego (NFL) pour les déménager ici pour la saison 2018...»

Un autre bel exemple comme quoi l'argent - et non la présence de fans - dicte encore les pensées de Gary Bettman et de ses bonzes de la LNH...

Bonne chance à l'ami Yves Deslongchamps dans ses... (Tirée de Twitter) - image 2.0

Agrandir

Bonne chance à l'ami Yves Deslongchamps dans ses nouvelles fonctions.

Tirée de Twitter

On jase autour d'un bon cigare

Après avoir besogné pendant quelque temps pour le compte de Granby Multi-Sports en tant que DG, l'ami Yves Deslongchamps est retourné dans la région métropolitaine afin de prendre la direction de la division sportive de l'arrondissement Montréal-Nord. On ne peut que lui souhaiter la meilleure des chances... En passant, pour ceux qui l'ignoraient, Yves est le frère cadet du journaliste sportif Serge Deslongchamps, l'un des bâtisseurs du Réseau des Sports (RDS).

***

Un autre membre de mon «club des as»: la très sympathique Céline Jetté Tardif, qui en a réussi un sur le trou no 18 du parcours Yamaska du club Granby St-Paul. L'heure était aux réjouissances non seulement en raison de cet exploit, mais aussi parce que Céline a profité de cette journée du 5 juillet dernier pour inscrire son meilleur pointage à vie, soit un 77. Bravo à notre championne...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer