La page du Kid

Le commissaire, Jacques Laporte.... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le commissaire, Jacques Laporte.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Danny Gélinas
La Voix de l'Est

LHJQ: de belles histoires avec des gens qui savent redonner au hockey!

J'ai assisté à la fin de saison des Inouk et force est d'admettre que j'ai adoré la qualité du spectacle.

Outre le fait que cette ligue mérite d'être connue davantage, ce qui m'a le plus marqué, c'est de constater le nombre d'hommes de hockey ayant connu de brillantes carrières ailleurs revenir la poursuivre dans le circuit Laporte. Inutile de vous mentionner que le fait d'y retrouver plusieurs noms familiers m'a fait me remémorer bon nombre de souvenirs.

Voici donc le fruit de ces quelques observations...

À tout seigneur tout honneur, débutons avec mon vieux «chum» Jacques Laporte (photo) qui en fut nommé commissaire en novembre dernier. En ce qui me concerne, je l'ai toujours eu en très haute estime. Nous nous étions rencontrés pour la première fois en 1991 lors du Tournoi de golf de la LHJMQ. J'y étais accompagné par l'agent de joueurs Bob Perno et lui, par Sylvain Nadeau (Frontaliers de Coaticook) et la ligue nous avait jumelés au sein du même quatuor. Depuis, une grande complicité s'est établie entre nous et celle-ci s'est poursuivie alors qu'il avait délaissé la défunte Ligue junior AAA pour se voir confier les rênes des Patriotes de l'UQTR.

Plusieurs d'entre vous l'ignorent peut-être: mais si Michel Therrien connaît une si belle carrière chez les professionnels, il le doit en partie à Jacques. C'est que, voyez-vous, lorsque Bob Hartley avait quitté le Titan de Laval pour la Ligue américaine, Therrien, alors son adjoint, voulait assumer la relève. Le jugeant trop «vert» pour un tel poste, les frères Morissette s'étaient tournés vers Laporte, du défunt National de Joliette (il rêve d'ailleurs de les faire revivre!). Pendant ce temps, Therrien avait fait le chemin inverse, se voyant confier la destinée du National. Toutefois, après seulement huit matchs, Jean-Claude Morrissette, trouvant que son club ne jouait pas de façon pas assez robuste à son goût, congédia Laporte pour le remplacer par... Therrien! Et ce fut donc le début d'une longue carrière pour «Big Mike» pendant que «Jack», sans doute heureux que prenne fin ce calvaire, alla retrouver son National qu'il chérissait tant.

Pierre Petroni.... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

Pierre Petroni.

Archives La Voix de l'Est

Stéphane Morin.... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.1

Agrandir

Stéphane Morin.

Archives La Voix de l'Est

Mondou, «Petro» et le folklore

La deuxième série opposant les Inouk au Collège Français (CF) a aussi donné lieu au deuxième duel entre deux vieux compagnons de route, Pierre Petroni (photo) du CF et Stéphane Mondou, DG des Inouk. La relation entre les deux est à ce point solide que le premier a toujours agi en tant que «mentor» du second, le nommant statisticien du défunt Laser de St-Hyacinthe au début des années 90. Tous se souviendront que Petroni a dirigé la formation maskoutaine - qui alignaient les Martin Brodeur, Patrick Poulin, etc. - pendant deux saisons durant cette même période. Bien que Petroni fut congédié en 1993, Mondou continua toutefois de besogner avec le Laser, qu'il aida à déménager à Rouyn pour fonder les Huskies). Cependant, son expérience en Abitibi fut brève et il revint en Montérégie afin de rejoindre son vieil ami, mais cette fois avec les Jets de Saint-Hubert (tier-II).

Alors quelle ne fut pas ma surprise de lire dans La Voix de l'Est que, à la suite du deuxième match de la série entre les deux équipes, Mondou - avec qui j'avais passé la deuxième période -, le feu dans les yeux, accusait son vieux compère de manquer de respect envers son équipe parce qu'il avait demandé un temps d'arrêt , et ce, même si les Longueuillois menaient par un écart de cinq buts! Entendons-nous bien: ici, je ne mets nullement en doute le fait que mon ami «Steph», un homme très intègre, était bel et bien fâché sur le moment, mais cela n'était pas sans me rappeler le bon vieux folklore de la LHJMQ, alors qu'à la veille de disputer une série aller-retour entre leurs deux formations feu Ron Racette (DG des Cataractes de Shawinigan) et feu Rodrigue Lemoyne (Éperviers de Sorel) se réunissaient autour de quelques scotchs au «Vieux Bistro» de Nicolet afin de préparer leur «guerre médiatique» dans le but bien évident de remplir leurs arénas respectifs!

Enfin, s'il y a bien quelqu'un de la région qui a encouragé Petroni et sa bande lors de cette série finale, c'est l'homme d'affaires bien connu Stéphane Morin (photo). La raison en est fort simple: «Petro» et le propriétaire du Club de golf Le Rocher de Roxton-Pond sont... des beaux-frères! La soeur de Stéphane étant la conjointe de Petroni depuis des lunes...

Je vous reviendrai d'ailleurs avec quelques histoires concernant certains personnages de la LHJQ au cours des prochaines éditions de cette chronique.

On jase autour d'un bon cigare

Une toute petite primeur: on me chuchote à l'oreille que suite au congédiement de leur directeur-gérant Dominic Ricard en mars dernier, les Voltigeurs de Drummondville auraient offert le double emploi (directeur-gérant et entraîneur-chef) à Éric Veilleux, celui qui a mené les Cataractes de Shawinigan à la Coupe Memorial en 2012. Si plusieurs accepteraient volontiers de perdre un bras pour occuper de telles fonctions, il semble bien que Veilleux soit quelque peu ambivalent puisqu'il se plaît énormément à la barre des Admirals de Norfolk de la East Coast Hockey League, d'autant plus qu'il est secondé par le jeune Ben Boudreau, fils de Bruce Boudreau des Ducks D'Anaheim.

Par contre, s'il s'avérait vrai que les Oilers d'Edmonton - propriétaire des Admirals - profiteraient de la saison morte pour effectuer un «grand ménage» au sein de leur réseau de filiales, Veilleux pourrait être plus enclin à accepter le travail. Ce n'est certes pas son vieux pote et Granbyen d'adoption Patrick «Lenny» Léonard qui s'en plaindrait, étant depuis deux ans le préposé à l'équipement des Voltigeurs. Cependant, puisque le repêchage de la LHJMQ approche à grands pas, il semble que l'on presserait Veilleux de prendre sa décision, et ce, le plus tôt possible... Par contre, Dominique Ducharme, un ancien protégé de Jacques Laporte avec Joliette (le monde est petit!) qui vient tout juste de quitter les Mooseheads d'Halifax, pourrait constituer une très bonne solution de rechange...

Un brin d'humour

La Cage aux Sports du Centre Bell vient de lancer un nouveau combo «Rêve de Bergevin». Dans l'assiette, on retrouve un gros «beef» au centre avec des ailes très fortes sur le côté. Seul problème, c'est que l'on tente de cacher habilement avec de la salade le «hot-dog», qui lui, se trouve à l'arrière de l'assiette!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer