Abanda a trimé dur!

Françoise Abanda a atteint les quarts de finale... (Sarah-Jäde Champagne)

Agrandir

Françoise Abanda a atteint les quarts de finale de peine et de misère.

Sarah-Jäde Champagne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Françoise Abanda a trimé dur, vraiment dur à part ça, pour atteindre les quarts de finale du Challenger Banque Nationale.

Sur le court central, mercredi soir, la Montréalaise a disposé de l'Ontarienne Bianca Andreescu, 16 ans, en des manches de 7-5 et 7-6 (5). Oui, elle en a eu plein les bras.

Andreescu, 498e au classement de la WTA et neuvième au monde chez les juniors, est toutefois un gros espoir de Tennis Canada. La semaine dernière, elle a franchi le premier tour des qualifications du tournoi de la Coupe Rogers en s'offrant l'Américaine Samantha Crawford, 99e joueuse mondiale.

Mais le match de mercredi n'avait rien d'une école de tennis. Les bris de service ont été nombreux et la qualité de jeu, en général, n'était pas particulièrement élevée. Ça frappait fort, mais ça manquait trop souvent de précision.

«Ça a été très difficile, a lancé Abanda, près d'une heure après la conclusion de son match. Honnêtement, je n'ai pas très bien joué et je le sais. J'avais énormément de difficultés avec ma première balle de service et Bianca en a profité. Mais bon, l'important, c'est la victoire...»

La 230e joueuse mondiale s'en voulait d'avoir eu besoin du bris d'égalité pour en finir.

«Ce match-là s'est éternisé pour rien. J'ai perdu de l'énergie pour rien.»

Mais elle a finalement rendu hommage à son adversaire.

«Elle a bien joué. Je dirais même qu'elle a réussi à me faire mal paraître. Donnez-lui crédit, elle le mérite.»

Au tour suivant, Abanda fera face à la Biélorusse Olga Govortsova, sixième favorite, 167e au monde et tombeuse des Canadiennes Charlotte Robillard-Millette et Carol Zhao. Et on le répète encore, ex-35e au classement de la WTA.

«Je l'ai battu en Coupe de la Fédération au mois de février à Québec, a souligné Abanda. C'est une excellente joueuse, mais ça me donne confiance de savoir que j'ai déjà eu le meilleur sur elle.»

«J'y croyais»

Plus loin, Bianca Andreescu était déçue.

«Françoise est la deuxième meilleure joueuse au pays, mais je croyais en mes chances, a-t-elle dit. Je ne sais pas, peut-être que l'expérience a fait la différence. 

Andreescu a très peu joué cette année, elle qui a été au rancart pendant six mois en raison d'une fracture de stress à un pied.

«Ça a été un long match et je ne suis pas au sommet de ma forme physique. Ça aussi, ça a peut-être joué ce soir...»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer