Bester se paie le deuxième favori

Philip Bester a bien entamé sa participation au... (Sarah-Jäde Champagne)

Agrandir

Philip Bester a bien entamé sa participation au Challenger.

Sarah-Jäde Champagne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Philip Bester s'est payé rien de moins que le deuxième favori lors de son entrée en scène au Challenger Banque Nationale de tennis, mardi midi.

Bester, finaliste l'an dernier, a disposé du Français Quentin Halys, 19 ans et 141e joueur mondial, en des manches de 6-2 et 7-6 (1). Non, l'athlète de Vancouver n'a pas volé sa victoire.

«J'ai bien joué, a-t-il dit. J'ai bien servi et j'ai mis énormément de pression sur le service de mon adversaire en étant agressif. C'est un bon départ et je suis content.»

Bester a un bon fan-club à Granby. Et même s'il ne jouait pas sur le court central, ils étaient nombreux à l'encourager.

«J'adore jouer ici!», a-t-il répété.

Au deuxième tour, il affrontera le Japonais Yasutaka Uchiyama, un qualifié, qui a eu le meilleur sur Frank Dancevic, triple champion du tournoi, en des sets de 4-6 et 6-3 et 6-3.

«Je n'ai pas bien servi ni très bien joué au cours des deux dernières manches», a raconté Dancevic, qui a perdu au premier tour à Granby pour une deuxième année de suite.

À 31 ans, l'athlète originaire de Niagara Falls, qui vit maintenant à Montréal, ne sait plus s'il en a encore pour longtemps sur le court. Il est classé 243e au monde après avoir été 65e en 2007.

«J'ai bien joué dernièrement. Et j'aime encore mon sport. On verra...»

Toujours chez les Canadiens, Peter Polanksy l'a emporté alors que Brayden Schnur, lui, a été défait.

Partis, les favoris!

Granby a souvent été dur avec ses favoris au fil des ans. Mardi, le Français Stéphane Robert et l'Israélienne Julia Glushko ont tous les deux été éliminés dès le départ et en deux petites manches à part ça.

Robert, 58e joueur mondial, s'est incliné 6-1 et 6-3 devant le Salvadorien Marcelo Arevalo, classé 216e, alors que Glushko, qui a déjà atteint les demi-finales du Challenger et qui est 132e, a perdu 7-5 et 6-0 devant l'Américaine Lauren Albanese, 263e.

Borfiga ne s'inquiète pas pour Auger-Aliassime

Grand responsable du développement de l'élite à Tennis Canada, Louis Borfiga a assisté à la défaite de Félix Auger-Aliassime, lundi soir. Et il affirme ne pas s'inquiéter du tout pour le jeune homme.

«N'oubliez jamais une chose: Félix n'a que 15 ans! , a commencé par dire celui qui a veillé sur la progression de plusieurs des meilleures raquettes françaises avant de débarquer au Québec. Et à 15 ans, il est tout à fait normal qu'il joue de bons matchs et parfois de moins bons matchs.»

Borfiga est toutefois d'avis qu'Auger-Aliassime n'a pas mal joué face à l'Américain Sakou Bangoura. Le Montréalais a été très dur envers lui-même à la suite de sa défaite au premier tour.

«Il n'a pas joué son meilleur tennis, c'est clair, mais il ne s'est pas mal débrouillé non plus. Et Bangoura est un joueur solide, il a offert une excellente performance et il a... 10 ans de plus que Félix.»

Borfiga a récemment indiqué qu'Auger-Aliassime n'a pas intérêt à s'éterniser dans les rangs juniors.

«Il a besoin de rencontrer plus de joueurs comme Bangoura. Mais il faut respecter son rythme aussi. Bref, il faut en prendre soin... et nous allons le faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer