La page du Kid

Philippe Danylo, le nouveau DG du club de... (Danny Gélinas)

Agrandir

Philippe Danylo, le nouveau DG du club de golf Les Rochers bleus de Sutton. Retenez bien ce nom... Ce jeune ira loin !

Danny Gélinas

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Voix de l'Est

Rochers bleus: nouveau DG, bonnes idées !

 

C'est le temps de la rentrée.

Si dans toutes les écoles, cela signifie une nouvelle et belle relève qui se retrouve dans les classes, au sein de certains terrains de golf de la région, elle s'est manifestée au printemps dernier par un changement de garde au niveau de leur état-major. 

Je vous ai déjà amplement parlé de ceux survenus au Vieux-Village et à Acton Vale. Cette semaine, la venue du jeune Philippe Danylo à la tête du club Les Rochers bleus de Sutton fera l'objet de cette chronique. 

Faisant partie de cette nouvelle génération de jeunes gestionnaires dynamiques et innovateurs, Philippe Danylo s'est amené à Sutton en début de saison afin comme il le dit si bien « que mon équipe et moi puissions redonner les lettres de noblesse à l'un des plus beaux joyaux des Cantons-de-l'Est. »

Car il ne faut pas se le cacher, malgré le fait que le parcours regorge de beaux paysages en plus d'offrir d'excellentes conditions de jeu, on ne se bouscule pas encore suffisamment à la boutique du pro afin d'y obtenir un droit de jeu. 

Le complexe se doit donc d'être connu davantage.

« En arrivant ici, je veux amener de nouvelles idées. Nous avons beaucoup de trous possédant des paysages que l'on pourrait retrouver sur des cartes postales. On se doit de les mettre en valeur afin d'attirer de nouveaux clients », de souligner l'homme de 32 ans originaire de la région de Lanaudière et qui est un diplômé en finances de l'Université du Québec à Trois-Rivières. 

« Peu importe le moyen, on se doit de le faire connaître. Pour ce faire, nous avons mis sur pied une série de forfaits avec des vignobles de la région tout en mettant l'emphase sur les réseaux sociaux. Mais en même temps, nous nous attaquons à la rénovation de l'auberge qui je n'ai pas besoin de le mentionner, manquait un peu d'amour. D'ailleurs, mon but est de l'ouvrir à l'année longue, car nos clients pourraient bénéficier du droit d'y jouer au golf l'été ainsi que de la possibilité de pouvoir venir faire du ski l'hiver. Et que dire de l'automne avec ses couleurs fantastiques... », de mentionner celui qui depuis quelques années occupait le poste d'adjoint au professionnel au Club l'Oasis près de Lachute, parcours étant également la propriété de l'homme d'affaires, Jean Durocher. 

« Plus les gens vont venir et plus ils vont en parler, car on veut leur faire profiter de la meilleure expérience possible. Nous avons une bonne table et de belles installations, il ne reste qu'à exploiter davantage le côté de la mise en marché. Et ça, je m'en charge... ! », de conclure celui dont la personnalité m'a impressionné au plus haut point.

Bref, amis golfeurs, retenez le nom de Philippe Danylo, vous allez assurément en entendre parler...

Un trou d'un coup sur une normale 4... (fournie par le club de golf de Sutton) - image 2.0

Agrandir

Un trou d'un coup sur une normale 4 pour Frank Davoudi.

fournie par le club de golf de Sutton

On en jase autour d'un bon cigare

Si on estime que les chances de réussir un trou d'un coup sur une normale 3 sont d'environ 1 sur 89 500 (source : Magazine Golfweek), imaginez celle d'en effectuer un sur une normale 4 : 1 sur 17 millions ! ! ! 

Défier les probabilités, c'est pourtant ce qu'a fait le 6 août dernier le golfeur Frank Davoudi, lui qui a réussi l'exploit sur le trou no 6 du Club Les Rochers bleus de Sutton, une normale 4 de 288 verges. 

Quand on sait que sur ce même trou, le vent est souvent défavorable en plus de devoir surmonter une légère pente pour enfin voir au loin le vert, voilà qui représente une claque d'environ 315 verges. Comme le disait autrefois mon père lorsqu'il jouait avec de longs frappeurs : « King-Kong vous salue bien ! ! ! »

*****

L'été dernier, j'avais rédigé un texte sur cette jeune espoir en plongeon, Marilyn Bolduc de Dunham et lors de notre conversation précédant sa parution, elle me mentionnait que l'un de ses rêves les plus chers serait de participer aux Jeux olympiques de 2024. 

Elle a donc fait un pas de plus en ce sens il y a quelques semaines lors de l'une de ses premières compétitions chez les « senior » - bien qu'elle ne soit âgée que de 17 ans ! - en terminant notamment première en tremplin de 3 mètres ainsi que troisième au 1 mètre en senior, le tout en plus d'avoir été mise en nomination par la Fédération du plongeon du Québec dans la catégorie « jeunesse » pour son implication et son attitude ! Bravo « ma grande » !

*****

Je vous mentionnais également il y a quelques semaines que le sympathique proprio du Club de Golf Granby St-Paul, Joslin Coderre, faisait tout en son possible pour faire apprécier davantage ses deux parcours à sa nombreuse clientèle, et ce, dans les plus brefs délais.

Sachez qu'en plus de présenter assurément encore une fois cette année les prix les plus bas de la région, il a récemment eu l'idée de confier l'aspect « restauration » du club au traiteur Annjelo, une entreprise familiale ayant pignon sur rue à Granby. L'une des missions de celle-ci sera d'offrir un service personnalisé à tous les golfeurs.

Parmi les nouveautés que l'on proposera le printemps prochain, on retrouvera au menu davantage de mets dits « santé » tout en offrant aux convives la possibilité de prendre les différentes commandes directement du parcours, peu importe le nombre de trous joués. Bref, une belle initiative !

*****

Également propriétaire du club Waterloo, Joslin me mentionnait lors d'une récente conversation qu'il a également injecté dans cette entreprise une somme avoisinant les 150 000 dollars dans le but de doter celle-ci de machineries neuves, de procéder à la réfection de plusieurs fosses de sable en plus d'agrandir la salle de réception qui pourra dorénavant accueillir entre 350 et 400 personnes. 

Quand on est proactif ! !

Un peu d'humour

Un invité dans un club de golf très huppé se rend aux douches après une partie de golf. Rendu dans la douche, il entend des voix de femmes dans le vestiaire. Se rendant compte qu'il s'était trompé de vestiaire, il décide de sortir de la douche avec sa serviette enroulée autour du visage pour ne pas se faire reconnaître. Les trois femmes qui étaient dans le vestiaire regardent passer notre homme. 

La première s'exclame : « Une chance que ce n'est pas mon mari. »

La deuxième dit : « En effet ce n'est pas ton mari. »

La troisième leur répond : « Ne vous inquiétez pas, ce n'est pas un membre du club ! »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer