Mathieu Desjardins condamné à performer!

En tout et partout, Mathieu Desjardins compte quatre... (Joe Labrie)

Agrandir

En tout et partout, Mathieu Desjardins compte quatre victoires depuis le début de la saison.

Joe Labrie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Mathieu Desjardins n'était pas convaincu de pouvoir participer à chacune des courses à l'Autodrome Granby cette saison. Question de budget, encore et toujours. Mais voilà que ses performances à Granby, mais aussi à Drummondville et à Saint-Marcel, lui ont permis d'aller chercher les dollars de plus nécessaires à répondre présent à toutes les semaines, ou presque.

« À la fin de la dernière saison, il a fallu acheter un nouveau moteur et une nouvelle remorque, ce qui a amputé notre budget pour la peine, explique le pilote de Sorel-Tracy. En regardant le calendrier, je me disais que j'allais couper sur Granby s'il fallait faire des choix parce qu'il y a des membres de mon équipe pour qui c'est plus difficile de se déplacer le vendredi. Mais finalement, je n'ai rien manqué. »

En fait, Desjardins a fait l'impasse sur un seul programme, celui mettant en vedette les voitures à gros blocs de la série DIRTcar. Et ce n'était pas une question de budget.

« Moi, je cours pour gagner et je savais que je n'avais aucune chance de victoire ce soir-là avec mon petit bloc », précise-t-il.

Vendredi dernier, il a fini deuxième derrière François Bernier. Huitième au championnat des modifiés, il compte une victoire cette saison à Granby.

« Mais j'ai quatre victoires au total (en ajoutant ses deux gains à Drummondville et un à Saint-Marcel). Des pilotes qui ont quatre victoires à leur deuxième saison en modifié, vous n'en trouverez pas beaucoup! »

En effet. Et il est troisième au championnat à Drummondville et à Saint-Marcel, ce qui n'est pas bête non plus.

« Ça ne prendra pas 10 ans avant que je remporte mon premier championnat dans la grosse classe, je le sais. Attention, ce n'est pas de la prétention. J'ai simplement confiance en mes moyens. »

Aucun regret

Mathieu Desjardins ne mise pas sur des moyens illimités. La réalité, c'est qu'il est condamné à performer.

« Ça me met un peu de pression, mais je n'ai pas le choix. C'est parce que j'ai récolté quelques bonnes bourses cette année que j'ai réussi à faire toute la saison à Granby. Moi, quand je vais aux courses, j'y vais avec le couteau entre les dents. Je ne peux pas y aller mollo, je ne peux pas me dire que ce n'est pas grave si je termine 15e un soir donné. C'est comme ça que ça fonctionne pour moi. »

Après avoir dominé la classe sportsman, Desjardins a fini par faire le saut en modifié la saison dernière. Et il ne regrette pas sa décision.

« La compétition est très forte et ça, j'adore ça. C'était l'fun de gagner en sportsman, mais le défi n'était plus là. Même si ça coûte plus cher, je m'amuse comme un p'tit fou depuis que j'ai gradué. Non, je ne retournerais pas en arrière. »

Et il sera sur la ligne de départ, vendredi soir, alors que les modifiés s'élanceront pour 50 tours à la suite du 30e Défi-Vision. Ses fans seront rassurés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer