Des femmes et des courses

Alex Faucher (à gauche) et Jessica Ménard comptent... (Marie-Noëlle Lajoie)

Agrandir

Alex Faucher (à gauche) et Jessica Ménard comptent parmi ces femmes qui gravitent autour de la série canadienne de NASCAR. « La compétence a priorité sur le sexe », tranche Jessica.

Marie-Noëlle Lajoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saskatoon) La course automobile, dit-on, est un milieu d'hommes. Pourtant, c'est probablement un des sports où il y a le plus de femmes d'impliquées. Et Alex Faucher et Jessica Ménard sont manifestement très à l'aise dans le petit monde de la série canadienne de NASCAR.

La première est relationniste pour Go Fas Racing alors que la seconde s'occupe de la logistique et des communications au sein de Dumoulin Compétition. À Saskatoon, on les a vues souvent s'amuser ensemble malgré la rivalité qui oppose leurs équipes.

« L'univers de la série Pinty's, c'est comme une grande famille, explique Alex. Comme la saison ne s'étend que sur quatre mois, c'est une relation intense. Et quand l'automne arrive, on est tous un peu tristes... »

Les deux dames l'avouent : elles n'étaient pas des fans de course automobile avant de se retrouver au coeur de l'action.

« Je n'avais jamais assisté à une course de ma vie avant d'aller au Grand Prix de Trois-Rivières une première fois, en 2008, souligne Jessica. J'ai appris à aimer le sport, mais j'aime encore davantage les gens qui gravitent autour, ceux qui font que c'est un milieu intéressant et attachant. D'ailleurs, si je suis maintenant impliquée, c'est parce que je suis tombée en amour avec la philosophie de Louis-Philippe et de Jean-François Dumoulin, qui sont guidés par la passion et la persévérance. »

Une question de compétence

Selon Jessica Ménard, les femmes ont autant leur place que les hommes dans le monde de la course automobile. Selon elle, la compétence a priorité sur le sexe.

« Moi, je pense que les femmes ont leur place partout, comme les hommes ont leur place partout. Les gens de Dumoulin Compétition m'ont invité à participer à leur aventure parce que j'étais capable de faire le travail, point. Si Pierre, Jean ou Jacques avaient été plus compétents, c'est l'un d'eux qui auraient été choisis, tout simplement. On a beau dire, les choses ont quand même évolué dans notre société... »

Alex Faucher, elle, ajoute que la passion fait foi de tout, ou presque, dans le milieu de la course.

« Tu es souvent loin des tiens, tu fais de longues journées et tu travailles dans des conditions pas toujours idéales. Mais si tu trippes, y'a pas de problème. Il y a des mondes où la passion est la plus belle qualité que tu peux avoir pour réussir et le nôtre est un de ceux-là. »

Les deux sont des passionnées. Et à chacune des courses, elles vivent au rythme des performances de leur pilote.

« Je ne cours pas, mais quand Alex (Labbé) gagne ou monte sur le podium, je pense que je suis aussi contente que lui, reprend Alex. On dit que la course est un sport individuel, mais nous sommes une équipe, une véritable équipe. On gagne ensemble et on perd ensemble. »

Les femmes, au même titre que les hommes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer