« Je ne veux plus de joueurs à temps partiel »

« L'opportunité est là et je dois la saisir »,... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

« L'opportunité est là et je dois la saisir », explique Miguel Fortin, qui est devenu entraîneur en chef plus vite qu'il ne s'y attendait.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) Après les Inouk la veille, ce fut au tour des Maroons d'annoncer l'identité de leur nouvel entraîneur-chef mardi.

Adjoint à Michel Deschamps la saison dernière, Miguel Fortin dirigera l'équipe senior en 2017-2018. Le Granbyen partagera aussi le siège de directeur général avec le propriétaire Daniel Roy.

« Lorsque j'ai accepté de donner un coup de main à Michel derrière le banc des Maroons, j'ambitionnais de devenir entraîneur en chef à plus ou moins moyen terme, a expliqué Fortin. Honnêtement, c'est arrivé plus vite que je ne le pensais. Mais voilà, l'opportunité est là et je dois la saisir. »

Fortin, 38 ans, a aussi été l'adjoint de David Lapierre avec les Inouk en 2015-2016. Il affirme avoir beaucoup appris de celui qui travaille maintenant avec les Huskies de Rouyn-Noranda.

« Quel genre d'entraîneur est-ce que je serai ? Je suis un coach qui croit que le hockey, c'est une affaire d'équipe, en particulier au niveau senior. Et c'est sur le concept d'équipe que je vais tabler. Je veux que mes joueurs soient présents, je ne veux plus de gars à temps partiel. T'as beau avoir du talent, tu risques d'être deuxième derrière un joueur moins talentueux si tu ne prends pas les choses au sérieux, si tu n'es pas dédié à la cause des Maroons. »

Cette approche a séduit Daniel Roy.

« J'aime sa façon de voir une équipe de hockey. Comme moi, il pense qu'un club devrait être un tout et non être divisé en deux ou trois groupes. Aussi, il connaît la game. D'autres personnes m'ont proposé leurs services, mais je suis convaincu que Miguel, qui connaît l'organisation, était le meilleur choix. »

Fortin a par ailleurs tenu à remercier Michel Deschamps.

« Si les Maroons sont devenus une des meilleures organisations du hockey senior, si l'équipe est devenue quelque chose d'important dans la région, c'est en grande partie grâce à lui. Et Michel m'a appris tellement de choses la saison dernière. J'ai apprécié qu'il me laisse beaucoup de place. J'entends faire la même chose avec mon adjoint. »

Son adjoint, ce sera Olivier Laliberté, qui a aussi travaillé avec David Lapierre chez les Inouk. Le gardien de but ne prend toutefois pas officiellement sa retraite, puisqu'il endossera l'uniforme des Maroons si jamais il y a urgence. Comme Fortin, lui aussi un gardien, l'a fait quelques fois cette saison.

La question des gardiens sera d'ailleurs un sujet chaud cet été chez les Maroons. Laliberté parti, il ne reste plus que Félix Guilbault, qui est encore en mode apprentissage au niveau senior.

« Qu'on le veuille ou non, ça prend un bon gardien pour gagner, qu'importe le niveau », a avoué Fortin, qui a notamment disputé trois matchs avec les Prédateurs au cours de la saison (1995-96) lors de laquelle ils ont remporté la Coupe Memorial. Il a aussi évolué avec le Blitz de Granby, dans l'ancienne Ligue semi-pro, et avec les Maroons.

Base solide

Fortin, un prof d'éducation physique au primaire dans la vie de tous les jours, a affirmé que les changements risquent de se faire nombreux chez les Maroons au cours de l'été. Daniel Roy a déclaré la même chose une fois la saison terminée.

« Il y a des choses qui sont réglées, mais qu'on ne peut pas annoncer tout de suite. En même temps, il faut faire attention, car on a une base très solide. On a quand même atteint les demi-finales la saison dernière. Mais il y aura des changements importants, c'est clair. Je pense que nos partisans s'attendent à ça », a conclu le nouvel entraîneur en chef.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer