Stevenson-Fonfara: l'aspirant a dû faire du tapis roulant

Andrzej Fonfara (à gauche) fait face à Adonis Stevenson.... (Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Andrzej Fonfara (à gauche) fait face à Adonis Stevenson.

Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Pour la première fois de sa carrière, l'aspirant au titre des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) Andrzej Fonfara a dû retourner sur le tapis roulant après être monté sur le pèse-personne. Mais les gens qui ont regardé la pesée télévisée en fin d'après-midi n'en ont pas été témoins.

Jean Pascal (à gauche) et Eleider Alvarez... (Ryan Remiorz, La Presse canadienne) - image 1.0

Agrandir

Jean Pascal (à gauche) et Eleider Alvarez

Ryan Remiorz, La Presse canadienne

C'est que Groupe Yvon Michel (GYM) a tenu une pesée officielle à midi, vendredi, sous la supervision de la Régie des Alcools, des Courses et des Jeux (RACJ), comme c'est la coutume, mais à « huis clos ».

Le promoteur a ensuite tenu une autre pesée officieuse, en fin d'après-midi au Casino de Montréal, afin que les boxeurs soient plus détendus et surtout qu'ils ne soient pas en déshydratation, ce qui leur a permis de s'entretenir avec les médias.

« La Régie nous a suggéré de fonctionner de cette façon, a indiqué Yvon Michel, président de GYM. L'UFC fonctionne comme ça. Ça fait en sorte que les boxeurs sont plus "relax". Ils ont une période déterminée pour embarquer sur le pèse-personne et peuvent le faire quand ils sont prêts. Ils n'ont pas à attendre leur tour. Par la suite, ils sont disponibles pour les médias, ce qui n'est habituellement pas le cas. »

« De notre côté, nous avons indiqué au promoteur que nous n'avions pas de personnel en fin d'après-midi en raison d'un événement présenté à Thetford Mines et que nous devions tenir la pesée sur l'heure du midi, comme on le fait d'habitude, a précisé Michel Hamelin, responsable de sports de combat à la RACJ. Par la suite, une fois ses obligations remplies envers nous, le promoteur peut faire ce qu'il veut avec son événement. »

Ainsi, Fonfara (29-4, 17 K.-O.) a fait osciller le pèse-personne à 175,8 livres plus tôt en journée. Après quelques exercices, il a finalement pu afficher un poids réglementaire de 174,2 livres. Le champion en titre, Adonis Stevenson (28-1, 23 K.-O.), a facilement fait le poids à 173,6 livres.

« Ce n'est pas un manque de professionnalisme de sa part, a argué Michel à propos de l'excédent de poids de Fonfara. Son équipe nous a dit que le pèse-personne à leur gymnase n'était pas calibré comme celui utilisé ce midi. Il va être prêt. »

Idem pour les pugilistes de la demi-finale, Eleider Alvarez (22-0, 11 K.-O.) et Jean Pascal (31-4-1, 18 K.-O.), qui ont respecté la limite des 175 livres. Les deux pugilistes, qui se battront pour la ceinture WBC Silver et la position d'aspirant no 1 détenu par le Montréalais d'origine colombienne, ont affiché un poids de 174,6 livres.

Les vainqueurs à l'automne

Il appert que Stevenson pourrait finalement être obligé d'affronter son aspirant obligatoire s'il l'emporte, puisque les vainqueurs de ces deux combats se feront face à l'automne dans un combat de championnat du monde. L'entente est déjà « coulée dans le béton » auprès du WBC.

Michel a toutefois précisé que si le duel entre Alvarez et Pascal devait se conclure sur un combat nul, c'est Alvarez qui obtiendrait le laissez-passer pour ce combat de championnat, lui qui est classé premier aspirant depuis novembre 2015, à la suite de sa victoire face à Isaac Chilemba après un enlevant combat au Centre Vidéotron.

Fonfara a déjà laissé entendre que s'il devait l'emporter samedi soir, ce combat aura lieu à Varsovie.

Une séquence en jeu

En plus de défendre sa ceinture du WBC, Stevenson souhaitera poursuivre sa série de victoires par K.-O. contre Fonfara.

Cette séquence n'est pour l'instant pas très longue, avec deux victoires d'affilée par K.-O. Mais Stevenson a toujours sur le coeur son dernier affrontement face à Fonfara, remporté par décision unanime.

Le Polonais avait alors mis fin à une série de 14 K.-O. de Stevenson.

« J'étais frustré, a dit sans détour le champion du monde. Cette fois-ci je me suis entraîné pour lui passer le K.-O. Je vais être prêt. C'est le K.-O. que je vise. Je veux qu'il paie pour ça. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer