«Son amour du hockey l'a conduit là»

Frédérick Gaudreau dans l'uniforme des Predators de Nashville... (fournie par les Predators de Nashville)

Agrandir

Frédérick Gaudreau dans l'uniforme des Predators de Nashville

fournie par les Predators de Nashville

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) « Quand Frédérick a marqué, on a sauté, on était super contents ! En même temps, on était soulagés. Ça montre qu'il est parfaitement capable de jouer dans la Ligue nationale et qu'il est capable d'avoir du succès. »

Des parents fiers de leur fils: France Desrosiers... (fournie) - image 1.0

Agrandir

Des parents fiers de leur fils: France Desrosiers et Jean-Pierre Gaudreau entourant le porte-couleurs des Predators de Nashville.

fournie

France Desrosiers est la mère de Frédérick Gaudreau. Accompagnée de Jean-Pierre Gaudreau, son conjoint et le père de Frédérick, elle est actuellement à Pittsburgh afin d'assister à la finale de la Coupe Stanley. Et fiston, on s'en doutera, fait vivre de très belles émotions à ses parents.

« On regardait autour lors du premier match et on se disait : "Wow, c'est gros, c'est impressionnant ! ", a expliqué Mme Desrosiers. C'est la finale de la plus grande ligue de hockey au monde et notre garçon est là. C'est... émouvant. »

France et Jean-Pierre n'avaient jamais encore assisté à un match de leur fils dans la Ligue nationale. En compagnie de l'oncle et de la tante de Frédérick, qui ont hébergé celui-ci alors qu'il évoluait avec les Voltigeurs de Drummondville au niveau junior majeur, ils ont parcouru plus de 1000 kilomètres en voiture afin de se rendre à Pittsburgh. Puis, plus tard cette semaine, ils feront la randonnée Pittsburgh-Nashville, une affaire de sept ou huit heures de route. Et ils rentreront finalement au Québec depuis le Tennessee, un voyage de plus de 17 heures !

« En fait, on va peut-être revenir à Pittsburgh, dépendant de l'allure de la série, a précisé M. Gaudreau. Ça a l'air fou comme aventure, mais on a déjà été voir Fred à Milwaukee (alors qu'il jouait dans la Ligue américaine), une affaire de plus de 15 heures de route. C'est pas grave, car on a du plaisir ! »

Ils ont du plaisir et la longueur des voyages n'a d'égal que la fierté qu'ils ressentent.

« Fred est rendu là en raison de son amour du hockey, a repris son père. Il n'a pas été repêché par la LHJMQ, il n'a pas été repêché par la Ligue nationale, mais il a toujours continué, il ne s'est jamais découragé simplement parce qu'il a toujours aimé jouer au hockey. Un jour, il nous a dit : "Le repêchage, c'est une histoire d'orgueil. Moi, je joue parce que j'ai du fun ! " »

Un philosophe

Frédérick Gaudreau, on l'a déjà écrit, a de la graine de philosophe. Souvent, en entrevue, il a raconté qu'il ne contrôlait pas tout, qu'il ne pouvait faire plus que donner son maximum. Ses parents diront même qu'il les ramène sur terre à l'occasion.

« Il ne prend jamais rien pour acquis, mais il est toujours positif, mentionne sa mère. Il a toujours été comme ça, mais il l'est probablement encore plus depuis son séjour à Cincinnati, dans la East Coast League, il y a deux ans. Là, il était loin de la finale de la Coupe Stanley et je pense que c'est à ce moment-là qu'il a appris à lâcher prise. Des revers, il en a subi quelques-uns depuis qu'il joue au hockey. Je me rappelle encore quand il a été retranché au niveau bantam AA. Mais il a grandi là-dedans et ça a fait de lui une meilleure personne encore. »

Et il savoure aujourd'hui ce qui lui arrive.

« Il est heureux, confirme son père. Mais il sait qu'il doit travailler fort, il sait qu'il devra toujours travailler fort. Et il va continuer à le faire, on le sait aussi. »

Ça, personne n'en doute.

Un but qu'il aurait échangé contre une victoire

Bien sûr, Frédérick Gaudreau était très heureux après avoir enfilé son premier but dans la Ligue nationale lundi soir à Pittsburgh. Mais voilà, il affirme qu'il aurait échangé le but en question en retour d'une victoire.

« C'était spécial, c'est certain, a-t-il dit dans un échange de courriels. Un premier but, c'est toujours spécial. Mais ça aurait été plus l'fun si ça avait été dans une cause gagnante. On va se reprendre... »

Le deuxième match de la série sera présenté mercredi soir à Pittsburgh. Et Gaudreau a confiance.

« C'est la beauté d'une longue série. On va revenir en force. On sait ce dont on est capables. On préférerait être en avance 1-0, mais ce n'est qu'un match. L'idée, c'est de rester dans l'instant présent­, de rester concentrés. »

Gaudreau prend de l'assurance à chacun des matchs. Et clairement, l'entraîneur Peter Laviolette­ a confiance en lui. Si sa place dans l'alignement n'est pas dans le béton, elle semble néanmoins de plus en plus assurée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer