• La Voix de l'Est > 
  • Sports 
  • > Mort de Jean Langevin: des mesures de sécurité pourraient être améliorées 

Mort de Jean Langevin: des mesures de sécurité pourraient être améliorées

Dans son rapport, le coroner soulève que l'expérience... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Dans son rapport, le coroner soulève que l'expérience de kayakiste de l'ex-directeur général de Bromont Jean Langevin était possiblement insuffisante pour affronter les rapides qui lui ont été fatals.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est

(Bromont) Bien que les organisateurs du Circuit bleu Charles-Bruneau semblent avoir pris les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des kayakistes participants en septembre dernier, plusieurs points pourraient être améliorés pour éviter des accidents. C'est notamment ce que recommande le coroner Paul G. Dionne dans son rapport sur le décès de l'ancien directeur général de Bromont Jean Langevin.

L'homme de 59 ans est mort par noyade le 16 septembre durant la seconde journée du troisième défi pour les enfants atteints de cancer, lorsque son embarcation a chaviré après avoir frappé une bouée dans un secteur de la rivière des Prairies où le courant est très fort. « Il fut difficile d'extraire M. Langevin de son kayak, indique le coroner. Une fracture ouverte de la jambe gauche s'est produite durant l'accident. Il est fort probable que c'est ce qui le retenait à l'intérieur du kayak. »

Le temps d'intervention et l'inexpérience de M. Langevin à bord d'un kayak ont pesé dans la balance dans cette tragédie, souligne le coroner dans son rapport. « Il [Jean Langevin] n'avait pas pris l'offre de participation à la formation de niveau 1 de kayak de mer. La sécurité des participants sur l'eau était assurée par deux motomarines et un zodiac. Il y avait 6 guides et 42 participants. [...] Lors de la descente des rapides du Cheval Blanc, quelques kayakistes ont chaviré et ont dû être secourus, peut-on lire dans le document. Il semble que lorsque le [kayak] de M. Langevin a eu l'accident, le sauveteur en avait plein les bras à aider les gens dans l'eau. Il était seul sur sa motomarine. [...] Il y a eu un certain délai d'intervention qui aurait pu être amélioré par la présence de deux personnes sur les motomarines. »

Recommandations

Le coroner est d'avis que les « mesures de sécurité nécessaires » ont été mises en place par les organisateurs du Circuit bleu Charles-Bruneau. Il recommande néanmoins à ceux qui chapeautent l'événement « que certaines portions du trajet qui présentent un niveau élevé de difficulté soient réservées à des kayakistes d'expérience ».

Il soutient également que seules les embarcations adaptées à des eaux tumultueuses puissent naviguer dans « les portions plus difficiles avec un grand courant d'eau ». De plus, il suggère de « limiter le débit de passage des kayakistes afin d'éviter que les secouristes soient débordés par les interventions de support ».  

Boucler la boucle

Le décès de l'ex-directeur général de Bromont avait semé émoi et consternation au sein de la communauté. Le dépôt du rapport du coroner sera une occasion pour plusieurs personnes touchées par cette tragédie de boucler la boucle, estime la mairesse de Bromont, Pauline Quinlan. « Pour nous, c'est important que les causes de l'accident aient été évoquées. Ça ne ramènera pas M. Langevin, qui était très apprécié à la Ville et au sein de la municipalité. Mais je crois que c'est une étape qui servira à tourner la page. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer