Le Big Foot élimine les Maroons

Les Maroons ont subi l'élimination en demi-finale de... (Julie Catudal, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les Maroons ont subi l'élimination en demi-finale de la LHSAM samedi soir devant leurs partisans.

Julie Catudal, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maxime Massé
La Voix de l'Est

(Waterloo) On dit que l'histoire a tendance à se répéter. L'adage s'est avéré vrai pour les Maroons de Waterloo qui ont été éliminés par le Big Foot de Saint-Léonard-d'Aston pour une deuxième année consécutive.

Après avoir été malmenés 7-2 vendredi, les Maroons se sont inclinés 8-4 samedi soir devant 963 spectateurs réunis à l'aréna Jacques-Chagnon­. Ce second revers en autant de soirs a mis fin à la saison de la troupe de Michel Deschamps, dont le parcours s'est arrêté en demi-finale de la Ligue de hockey senior A de la Mauricie.

« C'est décevant. C'est pas le scénario qu'on espérait. On est tous très déçus. On pensait vraiment être capables de venir à bout du Big Foot. Malheureusement, encore une fois, la série n'a pas tourné en notre faveur », a indiqué l'entraîneur-chef des Maroons, Michel Deschamps.

Ce n'est pas tant le fait d'être battu deux fois en deux ans par la même équipe qui est frustrant, dit-il, mais plutôt le sentiment du travail non accompli.

« D'être éliminé tout simplement fait mal. On croyait réellement en nos chances. Si tout le monde avait été à 100 %, les choses se seraient peut-être déroulées autrement, mais c'est ça les séries. C'est souvent plein de petits détails qui font la différence. »

Leurs séries étant terminées, Deschamps a notamment confié que sa formation était diminuée par plusieurs blessures lors de cette demi-finale. L'épaule de Marc-Olivier Brouillard était très endommagée, Jason Crack souffrait d'une gastro et Alex Labrosse a reçu un bâton dans l'oeil vendredi, ce qui l'a empêché d'être en uniforme­ pour le match no 6.

Mais le coach des Maroons a refusé d'utiliser cela comme une excuse. « Nos deux victoires contre le Big Foot, il a fallu marquer au moins 6 buts pour les obtenir, a-t-il noté. C'est là qu'on voit que notre défaite de 2-1 (match no 2) a fait très mal. La statistique la plus importante pour St-Léonard, c'est qu'un bon nombre de nos lancers ne se rendaient pas au filet. C'est une équipe très dédiée, qui n'hésite pas à bloquer des tirs et ça explique leur succès. »

Mauvais départ

Luttant pour leur survie devant leurs partisans, les Maroons n'ont certainement pas connu le départ escompté samedi soir. Après un peu plus de quatre minutes de jeu en première période, c'était déjà 2-0 en faveur du Big Foot. Deschamps a alors vite retiré Olivier Laliberté du match pour le remplacer par Félix Guilbeault, ce qui n'a pas empêché St-Léonard de retraiter au vestiaire avec une avance de 4-0.

Certains lui ont d'ailleurs reproché sa gestion des gardiens, mais Deschamps a rejeté ses critiques du revers de la main. « Olivier avait bien fait la veille en remplacement de Félix et il en a vu d'autres. J'ai décidé de lui donner la mission de gagner ce match sans lendemain et ça ne s'est pas passé comme on le souhaitait. On a remis Félix après et l'hémorragie n'a pas arrêté pour autant... », a-t-il laissé tomber.

« C'est toujours facile de blâmer les gardiens lorsque l'autre équipe est en plein contrôle, mais c'est peut-être simplement nous qui leur avons donné la vie un peu trop facile », a-t-il ajouté.

Les Maroons ont rebondi avec des buts rapides d'Alex Coté et de Brouillard­ en début de deuxième, mais le Big Foot a répondu avec une poussée de trois filets sans riposte pour mettre le match hors de portée des locaux. Mathieu Asselin et Michaël Tessier ont réduit l'écart à 7-4 en fin de partie, mais ce fut trop peu, trop tard. Leurs rivaux ont ensuite clos le débat avec un but dans un filet désert.

Simon-Claude Blackburn, avec un tour du chapeau et une aide, a été la vedette du match pour le Big Foot. Laliberté a bloqué trois tirs lors de sa courte présence devant le filet tandis que Guilbeault a repoussé 19 lancers. De son côté, Vincent Lamontagne a effectué 31 arrêts dans la victoire.

L'heure du bilan

« On s'est quand même battus jusqu'à la fin. Ce n'était pas parfait, mais les joueurs n'ont jamais baissé les bras. On a fini 5e au classement, on a sorti une équipe qui était mieux classée que nous (Windsor) et on s'est rendus jusqu'en demi-finale. Ça fait mal en ce moment, mais on n'a pas à rougir de notre parcours », a relevé Deschamps.

Alors que les Maroons sont à l'heure du bilan, le Big Foot accède pour une cinquième fois à la finale de la LHSAM où ils affronteront le Bellemare­ de Louiseville. 

Pour sa part, Deschamps ignore toujours s'il sera de retour derrière le banc des Maroons l'an prochain. « C'est Daniel Roy (le propriétaire de l'équipe) qui va décider si mes services vont être encore requis, mais que j'y sois ou non, je sais que l'équipe partira à nouveau avec une bonne base », a-t-il assuré tout en remerciant ses joueurs et les partisans pour leur implication tout au long de la saison.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer