Joël Caron est rassuré

« Je ne dirais pas que j'avais peur en... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

« Je ne dirais pas que j'avais peur en arrivant ici, mais j'avais hâte de voir comment ça allait se passer », explique Joël Caron.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) « Honnêtement, j'ai du plaisir. On a une bonne équipe, la gang est l'fun et on sent qu'il y a de l'intérêt pour le club en ville. L'adaptation se passe très bien. »

Depuis qu'il s'est joint aux Inouk, Joël Caron a amassé 11 points, dont cinq buts, en cinq matchs. L'ancien des Montagnards de Sainte-Agathe produit et il semble se plaire dans son nouvel environnement. Ce qui est un élément clairement non négligeable.

« Qu'on le veuille ou non, j'étais à Sainte-Agathe depuis 2013, a-t-il dit avant la séance d'entraînement des Inouk, jeudi après-midi. Et en quatre ans, il se crée forcément des liens, il se développe des habitudes. L'aréna là-bas était devenu ma deuxième maison. Je ne dirais pas que j'avais peur en arrivant ici, mais j'avais hâte de voir comment ça allait se passer. Je suis rassuré. »

Caron n'habite pas Granby. Résident de Repentigny, il fait la navette tous les jours. On parle d'une randonnée d'environ 75 minutes. Les Inouk, on ne sait trop pourquoi, ont de la difficulté à trouver des maisons de pension.

« C'est correct, car ça me permet de relaxer avant et après les entraînements et les matchs. Je voyage avec Antoine Arsenault (qui arrive aussi des Montagnards). »

Ce qui ne l'empêche pas de découvrir tranquillement Granby.

« Je suis sorti déjà une couple de fois avec les gars. C'est une belle ville, un beau coin. C'est vivant. »

« On va les battre »

Les Inouk ont remporté quatre de leurs cinq matchs depuis qu'ils ont acquis Joël Caron. Leur seule défaite est survenue vendredi dernier, à domicile, face au Collège Français de Longueuil, qu'ils n'ont toujours pas vaincu en quatre tentatives cette saison.

« On va finir par les battre, a promis l'attaquant vedette. La semaine passée, on a perdu par un but et le Collège Français a inscrit deux buts très chanceux. Ce match-là, il aurait pu aller d'un côté comme de l'autre. Croyez-moi, on n'a aucun complexe à avoir face à Longueuil. »

La saison dernière, les Montagnards de Caron n'avaient perdu que huit de leurs 55 matchs du calendrier régulier. Leur objectif était clair : tout gagner. Mais ils ont été éliminés par les Inouk en demi-finale.

« La saison régulière, c'est important, mais c'est en séries que ça se passe. Personnellement, j'ai beaucoup appris de notre échec du printemps dernier. On a de la pression à Granby, mais je pense qu'on est capables d'en prendre. Cette année, je veux que ce soit mon équipe qui ait le dernier mot. »

Le numéro un

Selon des statistiques compilées par les gens des Inouk, Joël Caron est le meilleur marqueur de l'histoire de la Ligue de hockey junior AAA du Québec. Et le jeune homme avoue qu'il tire une certaine fierté de sa fiche de 144 buts et 370 points en 188 matchs.

« Ça m'a un peu surpris quand j'ai appris ça, mais ça m'a fait très plaisir. Ça veut dire que je travaille fort, mais que je suis aussi bien entouré. Y'a aucun de ces buts et de ces points qui a été réussi tout seul ! »

Caron en est à ses derniers milles en hockey junior. Mais il assure qu'il jouera à nouveau au hockey la saison prochaine.

« Je ne dirais pas non à l'Europe, mais le hockey universitaire est une option aussi. Mais je veux continuer, c'est clair. »

Gosselin: «Un autre genre de test»

Les Inouk (26-10-2) visitent le Titan de Princeville vendredi avant d'affronter les Mustangs de Vaudreuil-Dorion samedi après-midi au centre sportif Léonard-Grondin. À vue de nez, il n'y a rien là pour inquiéter les locaux.

« Le Titan (10-21-5) et les Mustangs (8-22-7) n'ont pas de belles statistiques, mais ce ne sont pas des équipes qui jouent du mauvais hockey présentement, a mentionné l'entraîneur Patrick Gosselin. C'est un test, un autre genre de test. Si on ne fait pas notre travail, on risque de se faire prendre. »

Le temps passe et les Inouk n'ont plus que 11 matchs à disputer avant le début des séries.

« Présentement, chacun des matchs a son importance. Il faut commencer à penser en fonction des éliminatoires. »

Blessé a l'épaule, Laurent Minville ratera deux autres matchs. Le Granbyen (huit but et 15 points en 29 rencontres) ne connaît pas une saison facile.

Alexandre Carle devrait pour sa part entamer son premier match devant le filet des Inouk vendredi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer