Les Maroons évitent la catastrophe

En fin de deuxième période, Mathieu Papineau a... (Julie Catudal)

Agrandir

En fin de deuxième période, Mathieu Papineau a créé l'égalité 2-2. Maroons et Turmel se sont échangé l'avance quelques fois avant que les locaux n'obtiennent le dernier mot.

Julie Catudal

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Waterloo) Après s'être inclinés lamentablement 9-6 la veille à Lac-Mégantic, les Maroons ont réussi à éviter la catastrophe in extremis, samedi soir à l'aréna Jacques-Chagnon, en l'emportant 6-5 face au Turmel, la pire équipe de la Ligue de hockey senior de la Mauricie.

Les Maroons ont gagné en l'absence de Michel Deschamps. L'entraîneur et directeur général était malade, mais il avait aussi décidé de prendre une pause, une façon pour lui de protester contre l'attitude démontrée par certains de ses joueurs vendredi soir.

Uniquement au hockey senior, direz-vous. Et avec raison !

Les Maroons étaient dirigés par Martin Campbell, habituellement l'adjoint de Deschamps derrière le banc. Miguel Fortin, l'autre adjoint, était aussi absent, celui-ci pour des raisons personnelles. Substitut à Félix Guilbault samedi, le gardien Olivier­ Laliberté­, qui a déjà fait partie du personnel d'entraîneurs des Inouk, a donné un coup de main à Campbell.

Marc-Olivier Brouillard, avec un but réussi en avantage numérique à 18 : 01 de la troisième période, a brisé une égalité de 5-5 et a permis aux Maroons de se sauver avec la victoire. Les locaux ont comblé des déficits de 2-0 et de 5-4, mais ils ont aussi laissé filer une avance de 4-2 avant de finalement mettre la main sur les deux points.

Maroons et Turmel se sont échangé l'avance quelques fois, c'était du hockey intense et il y a eu quelques bons combats. Bref, les 870 spectateurs - une salle comble - ont quitté l'aréna satisfaits.

« On ne pouvait juste pas se permettre d'échapper deux matchs de suite contre une équipe comme Mégantic, a expliqué Brouillard. Ça a été une rencontre avec des hauts et des bas, un peu à l'image de notre saison, mais nous avons eu le dernier mot. Et c'est ça l'important. »

Plus loin, Martin Campbell se remettait de ses émotions, lui qui venait de remporter son premier match comme entraîneur en chef.

« J'ai confiance aux joueurs qui forment cette équipe et j'ai toujours cru en nos chances, même lorsque nous tirions de l'arrière, a-t-il dit. L'idée, c'était de ne pas lâcher et de garder les choses simples. »

Mathieu Papineau et Gabriel Cromp ont réussi un but et deux passes chacun. Maxime Guyon a récolté trois passes.

Devant le filet, Félix Guilbault a bloqué 30 rondelles. Avant de céder trois fois en troisième période, il avait connu un excellent match. Il avait notamment arrêté un tir de punition en première.

Joey Beaudoin a été le meilleur du Turmel avec deux buts.

David Godbout, qui a remporté ses deux combats, sera assurément suspendu. Il a été le premier à quitter son banc pour se battre en fin de troisième période avant d'être reçu par un casque en pleine face tiré par Nicolas Demers.

« Le Turmel et nous, ce n'est pas du show, on ne s'aime pas ! », a tranché Godbout, qui avait hérité de la tuque de Superman, remis par les patineurs des Maroons au joueur du match.

À la suite des matchs du week-end, les Maroons (11-8) se retrouvent au quatrième rang du classement, trois points derrière Saint-Léonard-d'Aston, qui est installé au sommet. Ils recevront Windsor samedi dans le cadre de leur dernière rencontre à domicile du calendrier régulier.

L'entraîneur-chef des Maroons, Michel Deschamps... (archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

L'entraîneur-chef des Maroons, Michel Deschamps

archives La Voix de l'Est

Deschamps : « Je veux du sérieux ! »

L'absence de Michel Deschamps a fait jaser pour la peine, samedi soir, à l'aréna Jacques-Chagnon.

En début de soirée, on disait que Deschamps avait la gastro. Puis, plus tard, le propriétaire des Maroons, Daniel Roy, a avoué qu'il se passait quelque chose. « Je pense que Michel veut réveiller ses gars », a-t-il dit.

Joint chez lui, Deschamps a craché le morceau.

« Je suis malade, c'est vrai, a-t-il mentionné. Mais je n'ai pas aimé ce que j'ai vu et entendu à Lac-Mégantic. Me faire dire par un joueur : "Ce n'est pas la fin du monde, on revient juste des Fêtes ! ", je ne le prends pas. Si des gars peuvent prendre off, moi aussi, je le peux ! »

Deschamps a assuré qu'il sera derrière le banc face à Winsdor, samedi. Mais il a aussi assuré qu'il aura des discussions avec une couple de ses joueurs d'ici là.

« Je veux du sérieux. Si tu ne peux pas jouer, ça prend une excellente raison. Et si tu viens au match, tu viens pour jouer et pour gagner ! »

Le propriétaire Daniel Roy semblait particulièrement songeur samedi soir. « Il se passe des choses que je n'aime pas », a-t-il laissé tomber sans vouloir aller plus loin. Michel Tassé

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer