Une autre saison de rêve pour les cadets de Massey-Vanier

L'entraîneur Rémy Harrisson à l'entraînement avec ses joueurs.... (Alain Dion, La Voix de l'Est)

Agrandir

L'entraîneur Rémy Harrisson à l'entraînement avec ses joueurs. «Les jeunes veulent apprendre. C'est une qualité merveilleuse», dit-il.

Alain Dion, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Cowansville) La formation cadette du Vert et Noir de Massey-Vanier connaît encore une saison exceptionnelle. À la pause du temps des Fêtes, elle montre un dossier de 16 victoires, aucune défaite et six verdicts nuls.

«Ça va plutôt bien, lance l'entraîneur Rémy Harrisson, sourire en coin. Honnêtement, on ne s'attendait pas à de tels résultats. Nous savions que nous avions une bonne équipe, mais jamais à ce point...» 

La saison dernière, le Vert et Noir était aussi invaincu à la veille de Noël. L'équipe n'avait finalement perdu qu'un seul match au cours du calendrier régulier et s'était ensuite qualifiée pour le tournoi de la Coupe Dodge ou, si vous préférez, pour le championnat provincial. 

«On regarde en avant et on se dit qu'on veut aller jusqu'au bout, reprend Harrisson, qui en est à sa première saison à la tête de l'équipe. On a le talent et on a la force de caractère pour arriver à nos fins.» 

Le Vert et Noir semble être parfait. Il marque beaucoup de buts (en moyenne près de sept par match) et en accorde très peu (en moyenne 1,5 par rencontre). 

«Nous sommes solides partout, c'est vrai, mais je pense que la clé de notre succès, c'est le travail. Ce n'est pas la première équipe talentueuse que je dirige, mais j'ai rarement dirigé une équipe où les jeunes étaient aussi travaillants. Les jeunes ont le coeur à la bonne place et ils veulent apprendre. C'est une qualité merveilleuse.» 

Les cadets de Massey-Vanier sont en secondaire 2 et 3. Ils ont donc entre 13 et 15 ans. Harrisson affirme qu'il connaissait déjà les trois quarts de ses joueurs avant que la saison ne débute. 

«J'en ai dirigé plusieurs au niveau benjamin et plusieurs autres au niveau bantam AAA d'été. C'est un gros avantage. Je connaissais les jeunes de même que leur famille et leur environnement. Savoir à qui on a affaire, savoir comment le jeune va réagir en telle ou telle circonstance, c'est un atout important.»

Étienne Bourdeau est le meilleur marqueur du Vert et Noir avec 23 buts et autant de passes. Ludovic Harrisson n'est pas en reste avec 16 buts et 29 passes. Devant le filet, Louis Lachapelle et Alexandre Champigny se partagent le boulot et affichent tous les deux une moyenne en bas de deux buts par match. 

Un programme en santé 

Le programme de hockey de Massey-Vanier est en santé. Ses équipes ont à peu près toujours du succès et ses dirigeants en sont fiers. 

«Patrick (Bergeron) fait un travail remarquable à la tête du programme depuis des années, souligne Harrisson. Tous nos joueurs sont élevés de la même façon: on prône les valeurs associées au respect et au travail. Et ça porte ses fruits.» 

Récemment, un des meilleurs joueurs de la formation cadette est retourné chez lui. Parce que, justement, il n'était pas suffisamment respectueux des valeurs prônées par le Vert et Noir. 

«On apprend aux jeunes à jouer au hockey, mais on leur apprend aussi à devenir de bonnes personnes, de bons citoyens, dit encore Harrisson. C'est au moins aussi important pour nous.» 

Harrisson et Bergeron, on le sait, sont aussi entraîneurs chez les Inouk. Le premier donne aussi un coup de main aux Braves de Farnham, même si son implication est moins importante que prévu au départ. 

«Ça fait beaucoup de hockey, mais la richesse des expériences fait en sorte qu'on peut en apporter énormément à nos jeunes», ajoute Harrisson. 

Les juvéniles de Massey-Vanier trônent aussi au sommet du classement. Après 21 matchs, les joueurs de Patrick Bergeron n'ont perdu que trois petites fois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer