De Uashat à Cowansville

Voilà bientôt un an que Nico Grégoire (à... (Photo Alain Dion)

Agrandir

Voilà bientôt un an que Nico Grégoire (à droite) a intégré le programme Sports-Études de l'école secondaire Massey-Vanier, concentration hockey ; Georges-Edmond « Georgie » Grégoire s'y est pour sa part joint en début de saison.

Photo Alain Dion

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est

(Granby) La passion du hockey est forte chez les jeunes Montagnais de la communauté de Uashat (Grande Baie), près de Sept-Îles. Tellement que deux joueurs ont décidé de venir s'établir à Cowansville pour perfectionner leurs habiletés.

Voilà bientôt un an que Nico Grégoire a intégré le programme Sports-Études de l'école secondaire Massey-Vanier, concentration hockey ; Georges-Edmond « Georgie » Grégoire s'y est pour sa part joint en début de saison.

Les deux adolescents de 15 ans, qui bien que partageant un patronyme ne sont pas de la même famille, résident chez leur entraîneur, Rémy Harrisson­. Celui-ci est également leur tuteur désigné.

C'est grâce à lui si le duo de Montagnais évolue au sein de l'équipe cadette (division 1) de Massey-Vanier. « J'ai joué au hockey senior dans la réserve de Pessamit. Je me suis fait des amis innus là-bas. Un d'entre eux m'avait contacté pour voir si son fils pourrait intégrer le programme à l'école. Il m'a aussi parlé de Nico. »

Si le fils de son ami n'a pas fait l'équipe, Nico, lui, s'y est taillé une place. Celui-ci évoluait dans une équipe bantam CC de Chicoutimi, mais il ne s'y sentait pas toujours chez lui. 

Deux tempéraments

Même si les adolescents se connaissaient déjà avant de joindre les rangs de Massey-Vanier, ils ont connu des parcours bien différents. « Nico a fait beaucoup de compétition, tandis que Georgie jouait plus pour le plaisir », explique M. Harrisson.

« Ils ont chacun leur caractère. Ce sont deux tempéraments différents, poursuit-il. Georgie est ricaneux, mais pas bavard. C'est mon meilleur patineur, le plus rapide, mais il doit apprendre la compétition. Nico, c'est tout le contraire : il est compétitif, il comprend la game. »

« Je dois travailler mon patin et mon caractère sur la glace ! , renchérit ce dernier. Je suis un babouneux. »

Gravir les échelons 

Un joue à l'aile gauche, l'autre à l'aile droite. Pourtant, ils sont arrivés dans la région en tant que joueurs de centre, mais surtout avec l'ambition d'en apprendre davantage sur leur sport préféré. 

Pour les deux jeunes Montagnais, le hockey est une véritable passion, qui les habite depuis la tendre enfance. À l'image des hockeyeurs d'origine autochtone Jordin Tootoo et Jonathan Cheechoo­, les Grégoire espèrent un jour gravir les échelons des ligues pour évoluer dans la LNH, comme leurs idoles, Pavel Datsyuk et Nicklas Backstrom. « Mais une étape à la fois ! », lance Georgie.

Pour y parvenir, les recrues sont conscientes des efforts à investir, particulièrement dans leurs études. Pour demeurer dans l'équipe, les joueurs doivent maintenir une moyenne globale de 70 %, soutient Nico. « Le hockey vient si on a les notes. Ça donne une bonne motivation ! », lance-t-il.

Les jeunes hommes le reconnaissent : c'est parfois difficile d'être loin de la maison, même en faisant ce qu'on aime. C'est pourquoi ils retourneront auprès des leurs, à 11 heures de route de Cowansville, durant la période des Fêtes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer