Basket masculin: Granby devra commencer à gagner

Selon l'entraîneur Philippe Côté-Jacques, les Inouk ne se... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Selon l'entraîneur Philippe Côté-Jacques, les Inouk ne se débrouillent pas trop mal défensivement. C'est l'attaque qui est le problème.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Après quelques saisons difficiles, les Inouk du basket masculin étaient pleins d'espoir lorsque la nouvelle campagne a pris son envol. Mais voilà qu'ils n'ont remporté qu'un seul de leurs six premiers matchs et qu'on se demande ce qui se passe.

« Ce n'est pas le début de saison qu'on attendait, c'est clair, explique l'entraîneur Philippe Côté-Jacques. Il faut dire qu'on a perdu quelques matchs serrés, des matchs qui étaient à notre avantage à la demie, et qu'on pourrait certainement avoir deux victoires de plus. Mais c'est évident que nous ne sommes pas satisfaits... »

En entrevue à La Voix de l'Est tout juste avant le début de saison, Côté-Jacques avait affirmé qu'il visait bien davantage qu'une simple fiche de ,500. Il espérait même une place dans le top 3 de la ligue.

À l'heure où on se parle, les Inouk occupent le sixième rang, sur huit équipes, à égalité avec les Électriks de Shawinigan, qu'ils visitent justement vendredi soir.

« On vise toujours une place en séries (les quatre meilleures équipes vont y participer) et il va falloir commencer à gagner des matchs, reprend l'entraîneur. Les Électriks sont prenables et je serai très déçu si on rentre à Granby avec une défaite. »

Le problème : l'attaque

Selon Côté-Jacques, les Inouk ne se débrouillent pas trop mal défensivement. C'est l'attaque qui est le problème.

« Gabriel Chénard connait toute une saison (moyenne de 20 points par match), mais il récolte quasiment la moitié de nos points à lui seul et ce n'est pas normal. Il y a du travail à faire en attaque. »

Même s'il rêvait à une bien meilleure saison pour sa troupe, Côté-Jacques souligne qu'il dirige encore une jeune équipe et qu'on ne peut jamais être certain de rien quand on parle de la progression d'une formation.

« On a eu de très bons entraînements cette semaine. C'est un départ difficile, mais il nous reste encore huit matchs à disputer. Il n'y a rien de perdu. »

Les filles des Inouk (4-1), qui connaissent un départ étonnant, seront aussi à Shawinigan vendredi soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer