Très inquiets, les Cosmos

Les joueuses des Cosmos AAA sont inquiètes. Têtes... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

Les joueuses des Cosmos AAA sont inquiètes. Têtes basses, elles s'attendent au pire. Avec raison?

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) À ne pas en douter, Granby est une grande ville de soccer. Ce qui n'empêche pas sa seule équipe de niveau AAA en action la saison dernière d'être menacée, si on en croit les gens des Cosmos.

On va tenter de vous expliquer. C'est un brin compliqué.

Les Cosmos ont reçu la confirmation que le Fabrose, une équipe de la région de Laval, ne sera pas représenté en division U-16 féminine AAA la saison prochaine, faute de joueuses. Et puisque la Fédération de soccer du Québec entend encore avoir 14 clubs dans cette catégorie, le Dynamik de Sherbrooke, qui devrait être relégué dans le AA en raison de sa 13e place au classement en 2016, demeurera dans le AAA.

Mais voilà, les Cosmos U-15 AAA comptaient trois joueuses de Sherbrooke la saison dernière et pourrait en compter jusqu'à six ou sept en U-16 AAA en 2017. Des joueuses qui pourraient fort bien décider, pour des raisons évidentes, de finalement jouer chez elles, à Sherbrooke, l'an prochain. Ce qui affecterait sérieusement la qualité de l'équipe, au dire des dirigeants granbyens.

Il y a plus. Car le dossier a deux volets.

Ainsi, les trois organisations de soccer de Sherbrooke, le Dynamik, le Sprint et les Verts, s'apprêtent à fusionner et à devenir le Mistral. Et selon les règlements de la FSQ, une organisation qui fusionne ne peut évoluer en classe AAA pendant trois ans.

Les Cosmos ont peur. Peur que Sherbrooke, à sa deuxième saison dans le AAA, ne vienne lui prendre quelques-unes de ses meilleures joueuses et peur que Sherbrooke n'obtienne un passe-droit pour lui permettre d'intégrer la division U-16 AAA en tant qu'équipe issue d'une fusion.

Reste à voir s'ils ont peur pour rien.

De l'inquiétude dans l'air

« Nous sommes très inquiets, a lancé le président Bruno Paré. Granby est un modèle quand on pense au soccer au Québec, mais nous avons besoin de ces athlètes (de Sherbrooke) pour continuer à être compétitifs au niveau AAA parce que notre bassin de joueurs n'est pas celui des grandes villes. La question est simple : est-ce qu'on veut être compétitifs ou est-ce qu'on veut faire du soccer de participation... à l'élite ? »

Les équipes ont jusqu'au 1er décembre pour confirmer leur retour dans le AAA la saison prochaine. Puisqu'ils semblent convaincus que leurs prévisions vont se réaliser (une équipe de Sherbrooke fusionnée dans le AAA, avec d'anciennes de Granby), les gens des Cosmos se demandent s'ils ne devraient pas se retirer, tout simplement.

« On a travaillé fort pour bâtir une équipe solide au fil des ans, a repris Paré. Quelle sera la réaction des filles qui vont rester si elles savent qu'elles ne seront plus dans le coup ? »

Bien sûr, les dirigeants des Cosmos ont sondé le terrain auprès des filles de Sherbrooke.

« On a créé de quoi de fort à Granby et je pense que la majorité des filles sont intéressées à revenir, a expliqué Paul Goulet, gérant de l'équipe et père d'une des joueuses. Mais ce sont leurs parents qui les amènent à Granby deux ou trois fois par semaine et ils ont leur mot à dire. Et je comprendrais très bien que les parents préfèrent Sherbrooke à Granby... »

La saison dernière, les filles des Cosmos U-15 AAA ont terminé septièmes au classement, avec une fiche de 10 victoires, sept défaites et neuf verdicts nuls, ce qui est loin d'être vilain. Elles avaient fini troisièmes en 2015, une performance exceptionnelle selon plusieurs compte tenu, encore et toujours, du bassin de joueurs.

Les Cosmos auront une deuxième équipe AAA l'an prochain, cette fois chez les garçons, à la suite d'une promotion.

« Des suppositions »

Joint par La Voix de l'Est, le directeur des compétitions de la FSQ, Kambiz Ebadi, semblait très étonné par l'inquiétude démontrée par les gens des Cosmos.

« J'adore la passion des Granbyens pour le soccer, a-t-il commencé par dire. Mais il y a beaucoup de 'si' dans ce dossier. Nous, à la fédération, nous n'avons pas reçu de lettre nous disant qu'une équipe allait se retirer, pas plus que nous n'avons d'informations au sujet d'une fusion éventuelle d'une organisation. À l'heure où on se parle, ce sont des suppositions... »

Mais Paul Goulet a eu la confirmation du retrait du Fabrose alors qu'il est facile de trouver sur Facebook de l'information au sujet de la fusion éventuelle du soccer sherbrookois.

« Qu'importe, nous n'avons aucune confirmation à la fédération. Et si jamais il y a fusion à Sherbrooke, l'organisation ne pourra jouer dans le AAA pendant trois ans tel que le règlement le stipule. Nous allons appliquer les règlements comme nous l'avons toujours fait. »

Ebadi a enfin rappelé que les équipes ont droit à quatre joueurs de l'extérieur en uniforme par match et que, en ce sens, les Cosmos avaient les mêmes privilèges et contraintes que les autres clubs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer