Le rêve de Maxime Bourgeois

« J'aime mon sport, j'en suis fou. Et je... (Catherine Trudeau, La Voix de l'Est)

Agrandir

« J'aime mon sport, j'en suis fou. Et je n'en ai jamais assez », affirme Maxime Bourgeois.

Catherine Trudeau, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Maxime Bourgeois a seulement 14 ans, mais il sait exactement ce qu'il veut faire dans la vie. Il veut jouer pour l'Impact de Montréal !

Le Granbyen est l'un des deux athlètes de la région, l'autre étant le Sheffordois Mathis Mérineau, à être membre de l'Académie de l'Impact, ce programme de développement mis sur pied par la formation de la Major League Soccer (MLS). Et ses brillantes performances ont fait en sorte qu'il a été invité à se joindre au programme des équipes nationales de Soccer Canada.

« Les choses vont bien, c'est vrai, explique Bourgeois. Depuis quelques mois, je vis autre chose, je vis quelque chose de très intense et de très satisfaisant en même temps. J'ai l'impression de m'être approché de mon rêve. »

Maxime évolue à la position de défenseur central. Il a du talent, mais on dit que c'est sa passion pour le soccer qui fait véritablement la différence.

« J'ai commencé à jouer au soccer organisé à l'âge de quatre ans, mais j'ai commencé à m'amuser avec un ballon à l'âge de deux ans, je pense. J'aime mon sport, j'en suis fou. Et je n'en ai jamais assez. »

Et il est servi présentement. Ainsi, il passe un minimum de trois heures par jour à s'entraîner, en plus de tous ces matchs qu'il dispute avec l'équipe U-14 de l'Académie, qui affronte des équipes composées de joueurs de cinquième secondaire.

« On a gagné 10 de nos 11 premiers matchs. Ça va bien. On travaille fort, mais ça va bien. »

L'équipe U-14 de l'Impact est dirigée par Eduardo Sabrango, un ancien attaquant de l'équipe en MLS.

« Nous évoluons dans un environnement totalement professionnel. Nous sommes privilégiés d'être aussi bien encadrés. »

Les joueurs de l'Académie s'entraînent au nouveau Centre Nutrilait. Ils croisent les pros de l'Impact presque quotidiennement.

« Il y a deux semaines, j'ai serré la main à Didier Drogba, reprend Bourgeois. J'étais impressionné. C'est une légende du soccer et il s'entraînait tout près de moi. »

Granby-Montréal, Montréal-Granby

Maxime Bourgeois étudie en sport-études en troisième secondaire à l'école Édouard-Montpetit, dans l'est de Montréal. Il fait la navette Granby-Montréal tous les jours.

« Je me lève à 5 h le matin et je quitte une heure plus tard en compagnie de Mathis Mérineau et de son père, qui travaille dans la région de Montréal, explique l'ancien des Cosmos. Et je reviens à la maison tous les soirs. C'est un rythme exigeant, mais je me couche tôt, je mange bien et je prends soin de moi. »

Et il ne changerait de place avec personne, lui qui a l'impression d'être au meilleur endroit pour réaliser son rêve.

« Je veux faire carrière au soccer professionnel, je veux jouer avec le gros club de l'Impact. J'ai confiance en mes moyens et je me retrouve dans un environnement parfait pour progresser. »

Bien sûr, il est un fan de l'Impact. Il pense d'ailleurs que l'équipe de Mauro Biello a ce qu'il faut pour se rendre jusqu'au bout.

« On a une belle équipe. Je vais être au match du 22 (novembre) contre Toronto, c'est sûr. C'est formidable pour notre sport ce qui se passe présentement ! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer