Fini, le Tournoi Mario-Robitaille !

Le Tournoi de soccer Mario-Robitaille aura fait partie... (archives La Voix de l'Est)

Agrandir

Le Tournoi de soccer Mario-Robitaille aura fait partie du paysage sportif granbyen pendant 38 ans.

archives La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) La 38e édition du Tournoi de soccer Mario-Robitaille, qui a eu lieu en août dernier, aura été la toute dernière.

« Ça fait mal au coeur. Je tourne la... (archives La Voix de l'Est) - image 1.0

Agrandir

« Ça fait mal au coeur. Je tourne la page sur quelque chose d'important dans ma vie », a confié Mario Robitaille.

archives La Voix de l'Est

Mandataire de l'événement, le conseil d'administration des Cosmos a décidé de mettre un terme aux activités du tournoi. La raison ? Le Mario-Robitaille ne faisait tout simplement plus ses frais.

« Même si ça faisait un certain temps qu'on y pensait, ça a été une décision très difficile à prendre, a expliqué le président des Cosmos, Bruno Paré. Le Tournoi Mario-Robitaille était un événement majeur, il existait depuis très longtemps et il portait le nom de quelqu'un qui a fait beaucoup pour le soccer. C'est dommage, c'est triste, mais nous n'avions pas vraiment le choix... »

Le tournoi perdait de l'argent et les gens des Cosmos ne voulaient pas que les pertes engendrées fassent en sorte que le coût d'inscription des joueurs de soccer de Granby soit revu à la hausse.

« Les profits générés ou les pertes engendrées par les événements que nous organisons ont un impact direct sur les frais d'inscription de nos membres, a continué Paré. En ce sens, la décision­ s'imposait d'elle-même. »

Il y a quelques années à peine, elles étaient quelque 230 équipes à s'inscrire au tournoi. Cette année, elles étaient un peu plus de 140.

« La fédération a émis plusieurs permis pour l'organisation de tournois au cours des dernières années, a encore dit Paré. Pendant le même week-end que le Mario-Robitaille, il y avait sept ou huit autres tournois à travers le Québec, dont un à Terrebonne, sur la rive nord de Montréal. Si vous êtes dans ce coin-là et que vous avez le choix entre jouer à quelques minutes de chez vous ou traverser deux ponts et faire deux heures de route pour vous rendre à Granby, qu'est-ce que vous choisissez ? Poser la question­, c'est y répondre. »

« On nous a tués »

Joint à Montréal, où il vit depuis plusieurs années, Mario Robitaille­ a eu des mots très durs pour la fédération.

« La fédé ne protège pas ses vieux tournois, ceux qui ont mis le soccer sur la carte au Québec, a-t-il lancé. C'est pas compliqué, on nous a tués en permettant à tout le monde un peu partout de faire des tournois. Je veux bien croire que c'est de l'argent qui rentre, mais il y a des limites ! »

Robitaille n'en veut à personne à Granby. « On continuait à travailler fort, mais les résultats étaient pas mal moins là. Cette décision, on aurait pu la prendre l'année dernière. C'est plate, mais les gens vont comprendre. C'était la seule décision à prendre. »

L'homme l'admet : ce tournoi, c'était son bébé. « Ça fait mal au coeur. Je tourne la page sur quelque chose d'important dans ma vie. Mais la fatigue commençait aussi à se faire sentir. Je vais continuer à aimer le soccer, mais autrement. »

La suite

En annonçant la nouvelle, les gens des Cosmos avaient au moins quelque chose à proposer aux jeunes qui viennent de perdre un tournoi qu'ils aimaient.

« Les équipes locales U-5 à U-8 pourront jouer au Festival de fin de saison (un tournoi mis sur pied il y a quelques années) alors que les formations U-9 A et U-10 A de Granby et d'ailleurs pourront se joindre à l'Inter­national Jean-Yves-Phaneuf, a souligné Bruno Paré. Nous sommes là pour les jeunes et nous ne les abandonnerons pas. »

Reste que le soccer granbyen est en deuil aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer