Un départ inévitable, selon Steve Charbonneau

Steve Charbonneau a une longue histoire avec Jim... (archives La Presse)

Agrandir

Steve Charbonneau a une longue histoire avec Jim Popp. C'est lui qui l'a repêché, en 1997, « et c'est ni plus ni moins lui qui m'a mis dehors 10 ans après ! », rigole Charbonneau. On l'aperçoit ici avec Popp alors qu'il venait d'être libéré par les Alouettes en 2002.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) « À mon avis, Jim Popp a été un des plus grands DG de l'histoire de la LCF. Mais sa dernière présence comme entraîneur en chef a terni son image et a fait mal aux Alouettes. Son départ était devenu inévitable. »

Même s'il a annoncé sa retraite en 2008, Steve Charbonneau a une longue histoire avec Jim Popp. C'est d'abord lui qui l'a repêché, en 1997, « et c'est ni plus ni moins lui qui m'a mis dehors 10 ans après ! », rigole-t-il. 

Mais Charbonneau n'a que de bons mots pour Popp, du moins le directeur général. 

« C'est grâce à lui si les Alouettes ont été compétitifs et s'ils ont pu espérer remporter la coupe Grey à chaque année pendant si longtemps. Il a repêché une tonne de bons joueurs, il a effectué de bonnes transactions et il a nommé les bons entraîneurs. Pendant longtemps, en tout cas. Les dernières années ont été plus difficiles, c'est vrai. Tu ne peux pas rester au top éternellement, j'imagine... »

Tandem Maciocia - Chapdelaine

L'ancien joueur de ligne défensive verrait bien Danny Maciocia au poste de DG des Alouettes. Avec Jacques Chapdelaine comme entraîneur en chef. 

« J'ai gagné la coupe Grey avec Danny à Edmonton et c'est un homme de football très compétent. Et Chapdelaine, lui, a démontré qu'il était capable de faire la job comme entraîneur en chef. Ça ferait un bon duo. Et deux personnes capables de parler français, ça rapprocherait l'équipe des partisans. »

Les Alouettes ne remplissent plus le stade Molson et l'Impact est devenu plus populaire qu'eux. Tout ça agace Charbonneau, qui est toujours directeur général de la Fondation des sports adaptés. 

« Il y a maintenant une distance entre l'équipe et les fans. On est loin de l'époque où les joueurs signaient des autographes partout dans les magasins et dans les régions. Montréal reste un marché fragile pour le football. Il faut revenir en arrière. Et c'est plate à dire, mais probablement que le départ de Popp va aider... »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer