Maxence Parrot entame son année préolympique

« La compétition va être forte. Je suis confiant,... (Janick Marois)

Agrandir

« La compétition va être forte. Je suis confiant, je viens de connaître une grosse saison, mais je sais qu'il va falloir que je sois bon. Mais j'aime ce genre de pression », explique Maxence Parrot en pensant à la prochaine saison.

Janick Marois

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Granby) Maxence Parrot l'avoue : il est fébrile. Normal, quand on sait qu'il se prépare à entamer une saison particulièrement importante.

Non, ce n'est pas une année olympique. Mais c'est une année préolympique. Et la route vers la Corée du Sud débutera la semaine prochaine pour lui.

« Pour aller aux Jeux, il faut d'abord se qualifier, a lancé Parrot, qui s'est arrêté à La Voix de l'Est mercredi après-midi. Et c'est cet hiver que ça va se passer. »

Le Canada est une puissance en surf des neiges, mais il ne pourra envoyer plus de quatre représentants en Corée du Sud. Le Bromontois le sait.

« La compétition va être forte. Je suis confiant, je viens de connaître une grosse saison, mais je sais qu'il va falloir que je sois bon. Mais j'aime ce genre de pression. C'est l'fun quand tu te retrouves obligé de bien performer. »

Parrot a effectivement connu une grosse saison en 2015-2016. En fait, ça a été sa meilleure en carrière. Il a gagné partout sur la planète. On manque d'espace pour raconter tous ses succès.

« Je ne me dis pas : "Il faut que j'en fasse autant !" Ça, c'est une attitude dangereuse. Je suis en santé, je me suis bien entraîné et ça devrait bien fonctionner. Je suis confiant. »

La semaine prochaine, Parrot s'en va en Chine. D'ici au printemps, il fera un autre tour du monde.

« Puisque c'est une année préolympique, le calendrier est très chargé. Moi, je vais participer à une quinzaine d'événements au lieu d'une dizaine. Je vais être occupé. Mais c'est correct, j'aime ce que je fais, j'aime mon sport. »

Une nouvelle figure

À 22 ans, Maxence Parrot affirme avoir toujours autant de plaisir à pratiquer son sport.

« J'aime la neige et j'aime la compétition. Mais ce que j'aime le plus, c'est créer. Créer une nouvelle figure comme je l'ai fait la semaine dernière à l'entraînement en Suisse. »

Parrot assume ainsi la paternité du « Double rodéo 1440 ». La figure fait sensation sur le web, où elle a été vue plus de... 45 000 fois sur YouTube !

« Il y a un gros côté créatif dans le surf des neiges. On est des sportifs, mais on est des artistes un peu aussi. C'est une facette que j'adore. »

Du vélo de montagne

Maxence Parrot a passé une bonne partie de son été chez lui, à Bromont. Et il a profité du décor pour ajouter un élément à son entraînement : du vélo de montagne.

« Le vélo de montagne, c'est excellent pour moi. C'est un sport d'endurance et ça, ça va me profiter, a-t-il dit. Et ça m'a permis de passer du bon temps chez nous, dans ma région et auprès des miens, ce qui a été très agréable. »

Mercredi, il est allé à la clinique de son père, qui est chiropraticien. Un dernier examen avant de repartir autour du monde. « Je suis prêt. Et j'ai hâte ! », a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer